Publié dans A propos de nulliparité

Des news vite fait (2) !

Mon transfert devrait se dérouler le 28 septembre.
Il a fallu repartir pour une PDS + écho aujourd’hui même à des heures indues. Le déclenchement est pour aujourd’hui.
Il est vraiment temps que tout ça se termine ! Je sens pointer le craquage moral…
Au fait : j’ai deux magnifiques follicules à l’ovaire gauche. 20 et 22 mm.

Publié dans A propos de nulliparité

ça s’organise !

Bon voilà aujourd’hui c’est ma rentrée.

Au boulot, d’abord, avec un chef, tout content de me voir.

Pour la TEC ensuite.

  • RDV écho pris
  • RDV ostéopathe « new age » pris
  • Médocs achetés (ovitrelle)

Y’a plus qu’à !

Nous avons bien discuté avec le George. Il a été blessé que je puisse dire qu’il ne s’est jamais intéressé à tout ce qu’on vit depuis ce fameux jour avec Dr Bébé avec cette fameuse phrase « 2% de chances, va falloir passer par une FIV et qui plus est une FIV ICSI ! ».

Bref depuis ce jour maudit où on est passé du statut de « couple normal » à « couple stérile »…

Mais bon voilà, le George est un homme qui ne communique pas.

De plus, le monde médical, pour lui, c’est tout un autre monde justement ! Il est tellement largué, que l’intérêt est plutôt limité.

Alors, après expression de mes besoins, et compromis, il va essayer de s’y intéresser un peu.

Finalement, hier après-midi, en croisant une poussette double, il me sort tout de go « Des jumeaux ! C’est surement une FIV ! ». Voilà-ti pas qu’il nous voit des bébés FIV partout maintenant !

Hier soir, à la télévision, il entend le mot « Toscane » et là il me dit « t’entends, ils ont dit « Toscane » ! » avec un gros sourire.

Il se rappelle enfin que c’est le prénom que nous avons choisi, si on a une fille.

Le George viendra pour le jour du transfert, et pour les autres à venir, s’il devait y en avoir d’autres.

Publié dans A propos de nulliparité

Tomber sur un être humain ça fait du bien

Ce matin, c’était le chaos.

J’avais, et j’ai toujours les boules, que le George se foute de tout ça comme de l’an 40 ou de sa première chemise. Les résultats de l’OM ou du PSG ont plus d’importance pour lui que tout ce que j’ai pu vivre depuis ce putain de jour où on a appris qu’il faudrait faire des FIV pour procréer !!!

Ni une, ni deux, j’ai écris un long mail au Monsieur pour lui dire tout ce que j’avais sur le cœur. De sa réaction dépendra la suite. Si, il foire sur ce coup là, je ne fais plus rien. J’arrête !

Un café vite avalé, l’humeur hystérique digne d’une bonne femme en pré-ménopause, avec sueurs et tout le tointoin (même avec décapeptyl, j’étais pas comme ça !!!), je me mets en quête de m’organiser pour cette putain de TEC qui me fout les foies.

J’appelle le centre de radiologie et échographie qui m’a suivi durant la FIV (on change une équipe qui gagne) pour prendre RDV pour samedi 18 car ce jour là je serai à J10. Manque de bol, ils sont exceptionnellement fermés ce jour là ! Quand je vous dis que je ne suis pas gâtée question chance, c’est vrai !!!

Les mains tremblantes, j’attrape le portable, je cherche sur google un centre de radio-echo proche du labo où je dois faire ma PDS le même jour. J’en trouve un. J’appelle. Pareil, eux sont fermés le samedi de toute façon.

Là, ça commence sérieusement à me chauffer… J’appelle un centre dans ma ville (Issy les moules) et là : le miracle !

La fille au bout du fil, après m’avoir confirmée que le labo est ouvert le samedi, s’extasie sur ma maitrise de mon cycle !

Elle : « Ouah, vous savez que ce jour là ça sera votre dixième jour ! Incroyable ! Vous maîtriser à fond ! Non parce que j’ai une copine qui a un Iphone avec une appli qui lui organise tout son cycle avec tous ses monitoring ! Super pratique ! »

Moi : « Ah ben je voulais un Iphone justement… »

Elle : « Ben voilà, vous avez l’excuse toute trouvée »

On a bien rit, et, comme elle consciente, que le monitoring c’est la course, j’ai RDV à 8h du matin ce qui me permettra d’aller tranquillement au labo dans le 9° arrondissement pour la PDS.

Après, j’ai tenté de joindre la biologiste. Peine perdue, ça répond pas. Là, par contre, je balise.

Après, ça a était le coup de sang contre le George qui a fermé l’eau au niveau de la machine à laver, car ça commençait à fuir hier soir, et je sens que ça va encore durer avant qu’il ne fasse quelque chose.

Bon voilà, je suis sur les nerfs mais je vais me soigner, il fait beau, je vais prendre l’air. Je vais même aller au ciné et puis ce soir yoga car là y en a besoin.

Publié dans A propos de nulliparité

TEC Number One

J’ai vu le Dr Bébé hier matin.

Comme à l’usine, mon cas fut vite expédié !

Rapide mise à jour de mon dossier : FIV 1 négative. Production excellente d’embryons.

C’est toujours ça de pris, mais vu le résultat, ça me fait une belle jambe…

Moi : « Pourquoi ça a échoué Docteur ? »
Lui : « — Génétiquement, un embryon sur deux comporte une anomalie génétique qui fait qu’une nidation ne se fait pas. »
Moi : « — pourtant il était beau ! »
Lui : « — Oui, c’est vrai, mais nous n’avons pas accès à la qualité génétique. L’enveloppe était belle, certes. Mais l’intérieur c’est une autre histoire »
Moi : « — C’est parce qu’on est infertile ? »
Lui : « — Non, c’est pareil pour tout le monde ! »
Moi : « — Alors, les humains sont des êtres imparfaits en ce qui concerne la reproduction »
Lui, après quelques secondes de silence : « — Oui, il y a beaucoup de perte ! Quelques soient les médicaments pris pour améliorer la nidation, tout se joue en fait sur la capacité de l’embryon à s’accrocher ou pas. Puis à évoluer ou pas. »

Il m’explique ensuite le protocole.
J’aurai encore droit à des piqûres finalement! Du puregon à 75 UI au lieu de 150 et seulement pour 4 ou 5 jours. Après, encore une dernière piqûre d’ovitrelle pour déclencher mon ovulation naturelle. Enfin, comptez 5 jours et on transfère le blastocyste.
Va falloir que je rappelle à la biologiste, que j’en veux qu’un même si les deux survivent à la décongélation. Tant pis ! Je prend le risque d’une perte. J’espère seulement ne jamais avoir à le lui rappeler et que l’un des deux ne survive pas…

Qu’est-ce que vous feriez à ma place ?

Ah oui, je crois encore à mon miracle croate. Est-ce que nos zizi-panpans de nos vacances auront porté leurs fruits ?
Niveau symptômes : rien.
Alors le 8 septembre, je devrai savoir si mon dé 100 va tomber sur la face « ENCEINTE » ou pas …

Allez, les paris sont ouverts ! Les jeux sont faits.
RIEN NE VA PLUS !

Publié dans A propos de nulliparité, A propos de Positive Attitude

FIV et médecines douces

Bon maintenant que je sais que je vais être mangée à la sauce TEC (Transfert Embryon Congelé), j’ai envie de me donner un maximum de chance.

Non pas que je ne l’avais pas fait pour la FIV1 (pas 2 s’il vous plaît pas 2) puisque j’avais suivi subit scrupuleusement et stoïquement les piqûres d’hormones de blocage et de stimulation, les multiples prises de sang, les multiples échographies endovaginales, la ponction, les suites de la ponction, le transfert de Bubulle, l’attente avec la prise bi-quotidienne d’ovule de G-Estima qui rajoute au côté glamour des tentatives timides de relations se***** BIIIIIIIIIIIP (un billet intitulé Tout ce que vous avez voulu savoir sur le sexe en PMA sans jamais osé le demander est prévu).

Je ne compte pas également le changement radical d’hygiène de vie : arrêt d’alcool, prise de vitamines pour améliorer la conception et la nidation, nourriture saine, viandes bien cuites, arrêt total des charcuteries, nettoyage intense de la maisonnée, nettoyage quotidien de la litière de ma chatte Bibiche (elle mérite bien un billet elle aussi), arrêt de mon sport favori (aquagym) après le transfert pour ne pas ruiner les chances d’une nidation, la préservation de ma petite personne au travail avec changement radical d’horaire, culte du moindre effort, disparition lors de tensions dans le service, mensonges éhontés pour expliquer divers retards dus à mes courses et à ma ponction ovocytaire transformée en ponction de kyste ovarien…

Oui, on peut dire que j’ai mis le paquet. Hein ?

Et bien ce n’est pas suffisant.

Pour le TEC, je vais faire appel aux médecines douces à savoir l’ostéopathie pour éliminer les tensions pouvant subsister au niveau de mon bassin, l’acupuncture qui paraît améliore considérablement les chances d’une nidation, et le yoga, dont je suis adepte, avec une pause pouvant aider à tomber enceinte puisqu’elle agit au niveau du bassin.

Et là, je remercie chaleureusement ma copine Esther Ekhart qui tient un blog sur le yoga et que je consulte régulièrement pour visionner ses vidéos pour toutes les situations : ça va de « améliorer le transit intestinal » à « oublier une sale journée ».

Il y en a pour tous les petits bobos et tous les niveaux (débutant à confirmé). Bref cette fille est géniale.

Doublement géniale même puisqu’on dirait qu’elle a lu dans mon cerveau. Son dernier billet est consacré à la pause Supta baddha Khonasana qui agit sur la région pelvienne et aide à tomber enceinte 😉

En plus, c’est super facile à faire, c’est de la pure relaxation. Alors si ça vous tente allez donc faire un tour chez Esther.

Ah, je précise que c’est en anglais, mais les vidéos sont suffisamment explicites.

Edit du 29 juin 2010 :

J’ai eu ma première séance d’acupuncture. Le plus impressionnant sont les 3 aiguilles sur le pubis et se retrouver couchée sur les aiguilles plantées dans le dos. 20 minutes de repos.

J’ai ressenti des trucs au niveau du colon. Après palpation, la médecin a effectivement constaté que j’avais des troubles intestinaux et un colon irritable. Là elle traite deux choses : le colon et stimule l’utérus. Bref, on verra bien. En tout cas, ça a l’air d’agir.