Publié dans Des choses et d'autres

Mon blanc-seing

Voilà, c’est fait. Un nouveau Président a été élu. Et pour une fois, c’est celui que j’avais choisi, aussi bien pour le second tour qu’au premier tour (ce qui était déjà moins évident, puisqu’ils étaient quand même 11 au départ).

Un homme jeune qui semble avoir envie de donner un bon coup de pied à notre pays en crise.

Un qui ne fait parti ni de la Droite, ni de la Gauche. Un vrai outsider. C’est la petite cerise sur le gâteau pour moi, car, comme beaucoup j’étais fatiguée de ces politiciens de métiers, qui, une fois élus, ne s’occupaient plus qu’à placer les leurs et oubliaient bien vite les petits citoyens.

Résultat ? Une situation économique et sociétale qui pourrissait sur place depuis des décennies.

Bien sûr, certain(e)s qui me lisent sont moins enthousiastes, certain(e)s auraient même préféré Marine, et je comprends et respectent également leur préférence. Ces derniers mots peuvent perturber d’autres lectrices, mais je ne vois pas pourquoi on devrait conspuer les électeurs du FN, même si l’origine de ce parti est marqué au fer rouge. Comment ne pas comprendre le désarroi des gens dans des zones oubliés de la France ? Comment ne pas être tentés par le protectionnisme quand on délocalise à tout-va, ou face l’invasion des migrants en Europe (ce qui a grandement facilité l’entrée des terroristes d’ailleurs, quoi qu’on en dise) ? Comment ne pas être déçu par l’Union européenne ?

« Ne les sifflons pas » disait, hier soir, « Manuel Macron » (comme dirait mon fils, il préfère Manuel à Emmanuel), car il a bien compris que l’heure est grave. Il a du pain sur la planche le petit Manuel, ça tombe bien, il semble énergique.

Je dois confesser, qu’au départ, j’étais sceptique. Un type sorti de nul part, ni de droite, ni de gauche, ni des extrêmes, voulant favoriser l’essor économique de la France. C’était trop beau. Il y avait forcément quelque chose qui cloche.

Mais, j’ai scruté sa bio, sa personnalité, son programme. Je n’ai rien trouvé de dérangeant.

En France il manque d’esprit de conquête, c’est ce que ce nouveau Président représente, alors, pour une fois, j’ai envie d’y croire.

[Bon, je me doute qu’il y aura quelques petits trucs qui ne me plairont pas comme l’exonération de la taxe d’habitation qui sera forcément compensée par une élévation d’impôts sur le revenu (et c’est qui va payer plein pot ? Qui ? C’est bibi/Votre serviteuse/La Plume : ne rayez aucune mention).]

Bref.

Manuel… Tu permets que j’écorche ton prénom comme le fait mon petit garçon et que je te tutoies ?  (Après tout, tu pourrais être mon petit frère, hein ?)

J’ai déposé pour toi à deux reprises un bulletin à ton nom. J’espère que tu ne me décevras pas. On espère tous, beaucoup. La tâche qui t’attend est énorme (sans pression aucune…), mais je crois que malgré ton jeune âge, tu en as bien pris conscience.

Lors de ton discours au Louvre, tu as dis que ceux qui avaient voté pour toi pour contrer Marine alors que tu n’étais pas leur candidat ne t’avaient pas accordé leur blanc-seing.

Blanc-seing = « Mandat, feuille en blanc au bas de laquelle est apposée une signature, et que l’on confie à quelqu’un pour qu’il le remplisse à sa volonté. (Par extension) Faculté laissée ou donnée à quelqu’un d’agir, de décider à sa guise. Ils ont donné leurs blancs-seings à leurs élus. »

Jusqu’ici, à chaque fois que j’ai déposé un bulletin dans une urne, j’ai toujours eu exactement cette impression.

Que ce soit pas dépit, lorsque aucun des deux candidats en lice n’étaient mon choix, ou par conviction réelle pour l’un des deux.

Je ne vais pas te mentir, Manuel.

Pour toi, aussi, j’ai eu l’impression de signer un chèque en blanc, parce que malgré ton programme, malgré tes promesses, je sais que tu ne pourras pas tout tenir, et puis il y a les circonstances aussi qui t’obligeront peut-être à revenir sur certaines choses, et puis, il y aura des trucs qui vont me chiffonner et me faire grincer des dents.

Bref, les 5 ans à venir ne seront pas une promenade de santé, mais ai-je besoin de te le rappeler ?

Cependant, et c’est là, pour moi le côté inédit de ta personnalité, c’est que tu diras la vérité, même celle qui ne fait pas plaisir.

Fini les promesses impossibles à tenir.

Et à ça, je dis bravo, car ça ne sera pas chose aisée de le faire à une France qui a été habituée depuis trop longtemps à entendre tout et son contraire pourvu qu’on ne perde pas des voix pour se faire réélire…

Des choix difficiles à prendre, et qui ne feront pas plaisir, tu vas être obligé d’en prendre Manuel. Le prix à payer pour que notre pays sorte du marasme. Et c’est pour ça, que j’ai décidé de t’accorder mon blanc-seing 😉

Bien sûr, se faire réélire, tu y penses déjà Manuel 😉

Et pourquoi pas, si tu fais bien le job ?

En attendant, grâce à toi, je peux déjà me la péter avec un nouveau mot de vocabulaire ici et dans des dîners mondains.

Enfin, c’est surtout parce que mon chérubin de 3,5 ans qui écoutait avec ferveur ton discours au Louvre m’a questionnée sur la signification de blanc-seing, et que je n’ai pas su quoi répondre puisque j’en ignorais la signification.

J’ai fini par lui expliquer ceci.

« Voilà, tu prends une feuille en papier, tu signes, et tu la donnes à Manuel. Là, lui, il écrit : Plumeau me donne tous ses jouets, en échange, il a droit à un dessin animé ».

Bon, il avait l’air d’accord, mais pas sûr qu’il ai compris qu’il devrait se séparer de ses jouets.

Publié dans Maman d'un Plumeau

POUX !

L’enfant a des poux.

L’homme et moi, on a fait l’autruche. Enfin surtout l’homme.

On a ignoré le petit mot de la maitresse sur son cahier. Enfin, l’homme n’était même pas au courant qu’il y avait ce petit mot vu qu’il n’ouvre jamais le cahier, si bien que la semaine dernière, si je ne l’avais pas informé que le Plumeau passe en MS, il serait passé complètement passé à côté du fait que l’enfant ait échappé au redoublement.

Bref.

J’ai fait l’autruche, surtout que l’enfant ne se grattait pas au moment du petit mot.

Les semaines ont passé, et j’ai délibérément ignoré la petite affiche à côté de la porte d’une classe voisine. Affiche intitulée « Et oui, ces petites bêtes (les poux) résistent. Parents, pensez à traiter vos enfants« .

Et puis le week-end dernier, attablé au restaurant, j’ai cru avoir la berlue quand j’ai trouvé un petit truc ressemblant vaguement à un micro-moucheron se baladant sur la tête de mon fils.

J’ai balayé mentalement cette vision, me disant que c’était sûrement une bestiole récoltée à l’aire de jeux.

Et puis, l’enfant commença à se gratter. Ce n’était pas non plus intense comme grattage…

J’ai fini par évoqué la possibilité des poux. J’ai eu beau scruté la cuir chevelu du môme, je ne voyais rien.

Là, c’est l’homme qui a pris le relais. Relais de la tête dans le sable.

« Non, c’est impossible que Plumeau ait des poux ».

Hier, n’y tenant plus, je décide de faire un tour à la pharmacie.

L’homme, toujours la tête dans le sable, me siffle que je vais encore dépenser de l’argent pour rien, puisqu’il est sûr que l’enfant n’a pas de poux.

Je reviens de l’officine munie d’une lotion anti-poux et d’un peigne fin.

Je passe le peigne dans les cheveux de ma chair de ma chair, convaincue qu’on y trouvera rien.

Une petite chose s’y est accrochée. Une petite chose vivante.

Un poux…

Bref. Hier soir, j’ai traité la chevelure de l’enfant. L’homme n’a rien dit.

Je me suis dis que si je n’avais pas été là, le Plumeau aurait fini tondu afin d’assurer la salubrité d’une institution publique qu’est son école maternelle.

Je me jette donc mentalement des fleurs pour ce petit succès.

Cette auto-congratulation est dans la continuité d’un autre succès, plus évident celui-là. C’est officiel : je change de service, mais le changement ce n’est pas avant l’automne…

Enfin… Je ne vais pas faire la difficile 😉

Publié dans Des choses et d'autres

La fatiiiiiiiiigue

Elle est revenue. Elle touche tous les membres de la famille Plume, et avec, elle forcément les impatiences, les énervements et les crises de nerfs.

Voilà qu’on se couche énervés, sans histoire, sans un bisou ou un câlin.

Voilà qu’à peine réveillés, on se (re)crie dessus. Et puis ce pipi au lit là qui tombe pile là il où il ne faudrait pas. Pourquoi ? Jamais il ne m’avait fait ça.

Peut-être un accident ? Peut-être que j’y ai été un peu fort hier soir en ramassant tous ses jouets qu’il délaisse – préférant faire 30 conneries à la minute – et que je les ai déposé à l’entrée et en lui hurlant que j’allais tous les jeter.

Et puis ce matin forcément fâchée, énervée, exténuée, laissant l’enfant en pleurs sans un au revoir sans un bisous sans un « c’est pas grave ». Seul avec cette sale culpabilité et à l’abandon.

Bref. Aujourd’hui, j’ai été une très mauvaise mère…

Publié dans Maman d'un Plumeau

Retour sur nos (très courtes) vacances de Pâques

Comme je le disais précédemment, le centre aéré c’est bien joli, mais il me semble essentiel de sortir le bambin du rythme T3-école-T3, bref, sortir un peu de notre banlieue altoséquanaise.

J’avais donc posé 3 jours pour nous aérer, et ce fut une excellente idée puisque le temps était avec nous.

Musée Quai Branly

Au départ j’ai voulu tenter l’un des ateliers pour enfants qu’organise le musée, or, m’y étant pris un peu trop tard, on s’est rabattu sur une visite guidée pour les 3-5 ans.

Visite qui permet de voir, sentir ET toucher (et ça, c’est important). D’où l’appellation de la visite Sens en éveil.

A notre arrivée, le Plumeau a eu droit à son passeport du musée. Passeport qu’il faudra présenter à toutes les visites ultérieures pour avoir droit à un cadeau. Un bon moyen pour fidéliser.

Bon, l’enfant s’est relativement intéressé à ce qu’on lui racontait, du moins au début.

Il y avait des enfants bien plus jeunes que 3 ans (les petits frères/sœurs accompagnant les plus grands). Comme d’habitude le mien se révéla être le plus… disons… actif.

Vers la fin, c’était sportif pour moi.

Je pense malgré tout que même pour un 3 ans plus sage moins actif c’est encore jeune pour suivre une visite guidée, même si on vous fait sentir du cacao, toucher un instrument africain ou des plumes.

La prochaine fois, je tente l’atelier qui à mon avis sera plus adapté à mon diablotin de fils.

Plus d’info : toutes les visites et ateliers pour enfants.

Exposition sur les pompiers de Paris

Nous avons été voir l’exposition gratuite sur les pompiers de Paris qui se tient à l’Hôtel de Ville. Idée que j’ai eu en lisant maman à Paris qui nous a révélé l’existence de cette exposition.

Le môme a adoré. Il a même eu l’occasion de parler avec un pompier. Bonheur suprême.

Je ne vous apprends rien en vous révélant qu’il n’y avait que des petits garçons à cette exposition…

Vous avez encore un peu de temps pour y aller faire un tour, c’est jusqu’au 29 avril.

Batobus

Comme l’enfant avait été sage pendant mes courses Ler** Mer*** (Adelles, il n’y a pas que toi et les poites)(bon ok, je n’y vais pas tous les dimanches), je lui ai fait la surprise d’une sortie en batobus.

Sachez, cependant, que c’est 8 € le pass 1 jour pour un enfant dès 3 ans. 11€ pour un adulte parisien muni d’un pass navigo en tarif dit privilège (19€ pour un touriste). Avec un pass 1 jour, vous avez le droit aux 9 stations que le batobus dessert.

On l’a pris à la station Hôtel de Ville. Je trouve que ce n’est pas super bien indiqué depuis l’Hôtel de Ville justement…

Il a fait un temps magnifique. L’enfant a adoré et a même dragué une petite anglaise en chantant Twinkle Twinkle Little Star.

Cirque des sortilèges

Très beau spectacle féérique avec une magnifique musique.

L’enfant a énormément apprécié.

Cherry on the cake : à la fin du spectacle, les artistes vous attendent avec des sucreries (bonbons, barres chocolatées, barbapapa que le clown prépare pour vous).

Tout ici. A 6€ le ticket pour enfant, il ne faut pas hésiter !

La Chasse aux œufs du Secours Populaire 2017 au parc André Citröen
L’occasion pour le lardon de faire une vraie chasse aux œufs en dehors de nos 60m2…
J’ai pris le permis de chasse basique solidaire à 7€ sur Placeminute.
On y propose pléthore d’activités, mais vu le monde, j’ai préféré squeezer.
Au final, vu la durée de la chasse (Plumeau avait trouvé ses 3 œufs bleu jaune et blanc en quelques minutes), on aurait dû.
J’ai apprécié voir que parmi les activités on ait proposé l’apprentissage des gestes de premiers secours. Bon bien sûr, il faut être un peu plus grand que 3 ans…
La chasse se déroule de la façon suivante : on remet à l’enfant un objectif de chasse avec les couleurs des trois œufs à trouver. Une fois les trois œufs en poche, il faut se diriger vers un stand pour faire tamponner sa réussite et récupérer dans le Stand « Goûter » son goûter justement.
Les œufs sont cachés dans des boîtes. Il y assez d’œufs je vous le garantis.
Plus d’infos .

Publié dans Maman d'un Plumeau

Le billet coup de gueule du vendredi

Alors voilà, comme j’en ai marre d’attendre si je vais évoluer professionnellement (ou pas !), je propose le billet coup de gueule du jour qui sera bientôt suivi par le billet « Retour sur nos vacances de Pâques » car nous avons fait des choses quand même avec mon Plumeau de trois ans. Il n’aura pas fait que du centre aéré

AAAAAH ! LE Centre aérééééééééé !

C’est justement là où je voulais en venir.

Sur le papier comme ça, c’est rudement chouette. Tu déposes ton môme le matin, et toi pendant ce temps-là, tu bosses ou tu fais semblant de bosser (ou tu fais ton entretien de candidature le cas échéant), voire, si t’es un mauvaise mère, tu te reposes parce que quand même c’est les vacances bordel !

Bref, théoriquement, le centre aéré c’est bien.

Sauf que hier soir, alors que je récupérais mon chérubin, on m’a lancé d’un ton sec un « Ah bon ! Il a pas de déguisement ? Mais quand même c’est bizarre… Ouais bon… » Et là, soupir méprisant suivi d’un « Ben, on lui en passera un pour demain alors… »

  1. Primo : je ne vois pas en quoi c’est étrange de ne pas avoir de déguisement
  2. Secundo : je ne vois pas pourquoi je devrais investir dans une vilaine panoplie de Batman made in Bangladesh à 24€ pour que ça soit porté une fois dans l’année et que ça encombre mes placards. Je vis dans un 60m2 (je rappelle) !!!!!!!!
  3. Tertio : le centre est gavé (poke les bordelaises) de déguisements en tout genre, et vu ce que je paye par mois (tranche maxi oblige), je crois qu’on peut se fendre de lui prêter un déguisement à mon fils et même pas un joli qui plus est…

Bref, cette réflexion m’a gavée (poke les bordelaises bis). Plus ça va, moins je supporte ce type de pression qu’on te file à toi la mère.

« Comment ? Vous z’avez pas fait le gâteau vous même ?

— Ben non con*****, je bosse, je fais les courses, je rentre tard, je m’occupe de mon fils le soir (quasi exclusivement)(team parent permanent). »

« Mais vous z’êtes pas venue à la fête ?

— Ben non con*****, je bosse, je fais les courses, je rentre tard, je m’occupe de mon fils le soir (quasi exclusivement)(team parent permanent). »

« Vous z’avez pas apporté des rouleaux PQ et des boîtes à œufs vides !

— Ben non con*****, je bosse, je fais les courses, je rentre tard, je m’occupe de mon fils le soir (quasi exclusivement)(team parent permanent). Et surtout je paye forfait maxi pour que vous vous équipiez… »

Bref.

ça me gave (poke les bordelaises ter).

Mais le pompon, c’est quand la dame s’est permis d’imiter mon fils en train de bégayer (car oui, le bégaiement a fait son retour depuis une bonne dizaine de jours en version plus light que l’été dernier).

Et là, j’ai frôlé l’arrêt cardiaque.

J’en suis restée tellement coite que je n’ai pas repris la malotrue sur le champs.

Parce que bien évidemment, il était impossible de lui redresser les bretelles le lendemain matin (ce matin donc) puisqu’elle était environnée d’enfants.

C’était plus le moment ni le lieu.

Il a fallu cet incident pour réaliser que la dame en question a sûrement pris mon fils en grippe.

Je me remémore quelques une de ses phrases et là, tout s’éclaire.

« Ben aujourd’hui, il a été sympa… C’est suffisamment rare pour être souligné »

« Tu veux pas dessiner ? Ben… Dessines pas » (et surtout fait pas chier) à l’adresse de mon fils vous aurez compris.

« Ah ben ça, c’est sûr que le Plumeau… Faut qu’il fasse sa vedette »

« La maîtresse, elle est bien sympa de le récupérer pendant les siestes mais vous z’en faîtes quoi de la vie en collectivité ? Hein ? »

Je suis énervée, mais je suis surtout énervée contre moi-même.

Voilà le centre aéré c’est bien en théorie, après, il y a la réalité.

 

Publié dans Maman d'un Plumeau

Quels jeux de société pour les tout-petits ?

Oui, je persiste à écrire « tout-petits », alors qu’il a déjà 3 ans bien sonné le Plumeau, mais en même temps, à cet âge il n’y a pas pléthore de jeux de société qui soient adaptés.
J’ai fini par trouver 3 jeux de cartes.

  • Jeu « BATA-WAF » : 1er jeu de bataille

  • Jeu de paires Mistigri où il ne faut surtout pas se retrouver avec l’araignée mistigri à la fin de la partie. Le format compact est idéal pour l’emmener partout. Les cartes sont en carton épais bien solide donc facilement manipulables pour les Attilas de 3 ans. Personnellement, j’adore leur design sur le thème de la nature. Le gros intérêt de ce jeu réside dans le fait que les « paires » ne sont pas identiques ce qui demande beaucoup d’observation. Dans une des cartes de chaque paire, un insecte ou petit animal est associé à un élément de la nature (sous-bois, champignon, lavande, blé…)

  • Jeu de 7 familles : pompiers, magiciens, indiens, cowboys, gendarmes, super-héros, chevaliers. Ce jeu contient 9 familles de 4 personnages (Lisette, Achille, Loulou le chien et Maou le chat) à recomposer.

 

Conclusion : Ces 3 jeux sont adaptés pour un 3 ans, même si pour les 7 familles il faut jouer avec les cartes étalées sur la table pour s’assurer que l’enfant ne demande pas une carte qu’il a déjà. Comme je vois ses cartes, je m’arrange pour faire comme si je ne les voyais pas. Le bambin commençant à intégrer, je ne désespère pas pouvoir le faire jouer avec les cartes cachées.

Et vous ? Quels jeux de société avez-vous dégotté pour vos 3 ans ?

Publié dans Des choses et d'autres

Mon retour sur le stérilet Jaydess

Et bien, j’en suis globalement contente.

Bien entendu lors de la pause ça  a piqué un peu, ou alors je suis douillette.

(En même temps, il aurait fallu le faire entre J3 et J7, car avec un col ouvert c’est quand même plus simple. Moi, je l’ai fait quand j’ai pu c’est-à-dire à J12 environ…)

J’ai eu du spotting pendant plusieurs jours et puis hop ! Ça s’est arrêté. Pas de douleurs, juste une sensibilité les 2 jours qui ont suivi la pause.

Je mesure la chance que j’ai eu de ne pas avoir eu de spotting pendant des jours et des jours. La gynéco m’avait dit que je risquais de saigner pendant des semaines et que c’était normal et qu’il fallait prendre son mal en patience. Oui, là, je me sens chanceuse.

Les règles sont revenus à J28 comme prévu. J’ai par contre eu des règles plus longues. 5 jours de vrais règles et 4 jours de spotting derrière.

Bon voilà, ça a l’air de tourner rond cette affaire de stérilet. J’ai pas encore testé les câlins vu que l’homme et moi, on est assez fatigués ces temps-ci et pas mal pris aussi, du coup, le week-end on fait des siestes crapuleuses pas crapuleuses : des siestes tout court quoi !

J’ai pas encore inspecté mon intimité pour voir si je sentais les fils au bout des doigts.

(Et sur ce, bon appétit !)

Voilà 2 choses à expérimenter avant le rdv gynéco de la fin du mois pour le bilan post pause stérilet.

Sinon, j’ai l’intention de rédiger un billet privé (qui s’auto-détruira ensuite) tout prochainement donc n’hésitez pas à me contacter pour que je vous envoie le mot de passe.