Publié dans Des choses et d'autres

Pédale ! Pédale !

Depuis deux jours, le gamin pédale sans les petites roues.
Sachez que c’est un é-vé-ne-ment !

Et c’était pas prévu au programme. Je pensais que le môme se mettrait au vélo sans petites roues dans 2 ans.

Mais c’était sans compter sur son copain de classe C. qui sait pédaler sans les petites roues et qui n’est pas beaucoup plus vieux que le Plumeau.

J’en ai même été bluffée pour le coup, et puis je me suis dit que C. avait la chance d’avoir des Parents Parfaits qui avaient bien pris soin de lui faire faire de la draisienne pour avoir l’équilibre suffisant pour passer directement au vélo de grand. (Alors, le psy pour Madame, c’est ici !)

Mais mon Plumeau de fils, envieux au possible, a exprimé le souhait de tenter l’expérience.

Bien que sceptique, j’ai obtempéré. Après tout, on peut bien essayer (et à la 1ère gamelle, l’enfant réclamera les petites roues et c’est pas grave quoi !).

Finalement, le George Parfait a su faire pédaler le môme sur son vélo ôté des petites roues.

Le gosse se débrouille plutôt bien.

Il y a juste pour se lancer, tourner et s’arrêter que ça coince. Si bien qu’on court à côté de lui, prêts à amortir sa chute en cas de difficultés.

Sinon, on trouvé que la pelouse du parc de l’Île St Germain, c’était bien aussi.

Le môme est lancé. Il pédale, négocie les obstacles (enfin, presque… Pardon Madame qui était en train de bronzer) et s’arrête en se laissant tomber.

Du coup, lecteur, lectrice, si sur la grande pelouse de l’Île St Germain, tu vois un petiot sur un vélo et deux tarés qui lui courent après et gueulant « Pédale ! Pédale ! », surtout t’inquiètes pas.

Publié dans Des choses et d'autres

Les nouvelles en vrac

J’ai été peu ici, « et en même temps » (comme dirait un certain « Manuel« ) c’était pas l’envie qui manquait mais je n’avais rien d’assez substantiel qui méritait un billet, et à la fois, plein de petites choses, d’où mon billet « Nouvelles en vrac ».

Faudra vous en contenter.

  • La Nounou T a enfin pu avoir son renouvellement de titre de séjour. On est contents, et on va tous fêter ça ce vendredi soir.
  • Les nombreuses clés (bips à garage, local à vélo, local à poubelles, clés de boîte aux lettres et pas moins de 4 clés de porte ! Et j’en oublie) de notre Appart du Sud nous ont été livrées. On a visité, c’était propre, neuf et vide (forcément). Le séjour-cuisine m’a semblé moins grand que le nôtre en RP, mais le balcon est vraiment plus grand. Dans la foulée, l’agence de gestion locative a fait visiter à un futur locataire pendant que nous devisions sur « oui ou non, est-ce nécessaire d’emménager la cuisine ? » et que nous prenions des mesures.
  • La personne qui a visité notre appartement a manifesté son intérêt pour ce dernier. Sherry on the cake, il est d’accord pour installer lui même la cuisine et autres emménagements (placards) moyennant quelques petits arrangements que nous sommes tout à fait prompts à accorder. Donc, si son dossier est en règle, on peut dire qu’on a le cul bordé de nouilles, puisqu’on aura été livrés et trouvé le locataire le même jour. (Croisez les doigts quand même, hein !)
  • Le Plumeau a été globalement assez sage chez sa Mamie et son Papi, tant et si bien que ma mère envisage même d’allonger la durée du 1er essai de garde en vacances de 3 jours à 1 semaine…
  • Nous avons pu profité de 2 sorties en bateau où le George a pu démontrer ses talents de pêcheur : 1 poisson et 1 poulpe, qui, malheureusement, lui a fait faux bond au dernier moment. Vous croyez que la bestiole est morte, et au dernier moment elle vous échappe. Bref, on a mangé le poisson.
  • J’ai pu nager un bon moment, et c’est en revenant de ma longue nage  que je me suis notée à moi-même que « jamais, non jamais, je ne dois confier mon fils à mon mari et à mon père » (#ChargeMentale #EgalitéDesSexes #ParentPermanent tout ça tout ça….) :l’enfant, l’eau jusqu’aux genoux et sans brassards, se démenait tant bien que mal à tenter de rejoindre son père, ou son grand-père, partis pêcher des arapèdes et des bigorneaux sans lui. Conclusion : pour un homme, il suffit de laisser un enfant sur le sable avec une pelle et un râteau et c’est bon !
  • Je suis donc revenue à la nage vite. Très vite. J’ai donc enlevé ma combinaison vite. Le plus vite que j’ai pu, en fait… Tout en criant à l’enfant, qu’il ne faut surtout pas tenter de me rejoindre car il n’a pas pied.
  • La bonne nouvelle, c’est que le Plumeau ne s’est pas noyé aime manger les arapèdes vivants à même la roche. Il aime aussi les huîtres.
  • La moins bonne nouvelle, c’est que je n’ai pas gagné au tirage de l’euromillion de vendredi dernier, ce qui m’a obligée à envisager de rentrer quand même sur Paris et de faire une croix sur la demeure au bord de l’eau par la même occasion.
  • L’enfant, était d’ailleurs, dans les mêmes dispositions d’esprit que moi. « Moi, ze veux rester touzours  chez Mamie et Papi« . Encore ce matin, jour de reprise pour lui, il a dû marmonner la mine boudeuse un bonjour forcé à sa maîtresse.
  • La veille, il m’a fait un beau dessin pour la fête des mères. Un cœur multicolore assorti de sa signature brouillonne. Le Plumeau écrit son prénom mais trace les lettres à l’envers…
  • La veille également, nous avons eu une altercation avec notre voisine qui porte sur sa velléité chronique d’obstruction des communs à l’aide de son cabas. L’affaire ne mériterait pas d’être écrite ici même si la « Folle Dame » (comme dirait mon fils) n’avait pas proféré des menaces physiques à notre encontre. Bref. Ce matin, je suis sortie, flanquée du Plumeau, quasi en catimini de chez nous.
  • Et du coup, nous qui avions laissé de côté notre envie de louer ailleurs, on commence à envisager de passer à l’action.
Publié dans Des choses et d'autres, Maman d'un Plumeau, Un peu de féminisme

Vivement la pause !

Depuis quelque temps je me sens un petit peu dépassée par mon quotidien.

On parlait de charge mentale un peu partout, mais c’est exactement ce qui m’arrive. Non pas que jusqu’ici, j’ai été épargnée, mais je trouve que là ça prend une réelle ampleur !

J’ai l’impression de surfer d’un truc à l’autre, sans prendre le temps de souffler, et pourtant, en y regardant, on ne peut pas dire que je sois submergée de travail.

Alors, oui d’accord, j’ai été à une petite réunion concernant mon future job, histoire qu’au début de l’automne, lors de mon entrée officielle, je ne tombe pas des nues.

Alors, oui, je gère toujours la vie de famille et le boulot, mais ça c’est comme d’habitude, vous me direz…

Alors, oui, on gère le problème de titre de séjour et de visa arrivant à expiration de la Nounou T. On aimerait bien la garder pour qu’elle s’occupe de Plumeau l’an prochain. Problème : son visa se termine le 1er juin. Croisez-les-doigts ! Alors, c’est enquiquinant, ça pompe un peu ma sérénité, mais ça va, je gère.

Alors, oui, je fais du sport. J’en ressors lessivée, et pleine de courbatures 48h après, mais ça peut pas être ça qui me donne l’impression d’être dépassée.

Alors, oui, on va récupérer les clés de l’Appart du Sud, et il a fallu préparer les papiers (surtout les retrouver dans notre bordel), s’occuper de l’abonnement électricité et gaz, de l’assurance (et c’est même pas moi qui m’y suis collée, mais le George), mais ça peut pas être ça qui me donne l’impression d’être la tête sous l’eau.

Je crois surtout que c’est mental. Je suis mentalement fatiguée.

Le stérilet ? Sauf que j’ai pas le Mirena mais le Jaydess. D’ailleurs, j’ai revu la gynéco-au-cabinet-dépourvu-de-photos-de-Annes-Geddes, et tout va bien, si ce n’est que mes règles sont devenues des spottings qui durent 15 jours, bref, elle m’a prescrit un traitement pour le prochain cycle.

Bref, une pause s’impose.

Cela tombe bien, je vais chez mes parents dans le Sud.

On va :

  • récupérer les clés et visiter l’Appart du Sud
  • se reposer
  • se reposer
  • se reposer

Sinon, exemple de vie #PayeTonUtérus #ChargeMentale # MaisFallaitDemander

  • Le George n’a strictement aucune idée que les repas de l’Enfant (ainsi que ses activités péri-scolaires) sont réservables d’avance sur une plateforme internet (il n’a donc pas les codes d’accès, ni l’adresse) et que les factures inhérentes sont payables sur cette même plateforme.
  • De même ignore-t-il l’existence d’un second planning sur une autre plateforme internet de l’agence de garde à domicile, pareil les factures.
  • De même, ne pense-t-il jamais qu’il est opportun de préparer les vêtements de l’enfant la veille au soir.
  • Il ignore tout autant qu’il est nécessaire de rendre le livre de la bibliothèque de l’école avant chaque vendredi. Il ne sait même pas qu’il y a une bibliothèque à l’école.
  • Et quand il va chercher par le plus grand des hasards son fils à l’école le soir (1 fois sur 12), il ne comprend pas pourquoi systématiquement le sac du bambin n’est pas en bas, comme tout le monde, et perd 20 bonnes minutes à le chercher. (Réponse : le sac est systématiquement oublié sur le paterre attenant à la classe à l’étage, il faut donc monter. Et oui…)
  • « Mais pourquoi tu fais une lessive à cette heure tardive ? ça me casse les oreilles, et en plus t’es fatiguée ! » Ben parce que si j’y pense pas t’as plus rien à te foutre sur le c** conn@** !
Publié dans Des choses et d'autres

Mon blanc-seing

Voilà, c’est fait. Un nouveau Président a été élu. Et pour une fois, c’est celui que j’avais choisi, aussi bien pour le second tour qu’au premier tour (ce qui était déjà moins évident, puisqu’ils étaient quand même 11 au départ).

Un homme jeune qui semble avoir envie de donner un bon coup de pied à notre pays en crise.

Un qui ne fait parti ni de la Droite, ni de la Gauche. Un vrai outsider. C’est la petite cerise sur le gâteau pour moi, car, comme beaucoup j’étais fatiguée de ces politiciens de métiers, qui, une fois élus, ne s’occupaient plus qu’à placer les leurs et oubliaient bien vite les petits citoyens.

Résultat ? Une situation économique et sociétale qui pourrissait sur place depuis des décennies.

Bien sûr, certain(e)s qui me lisent sont moins enthousiastes, certain(e)s auraient même préféré Marine, et je comprends et respectent également leur préférence. Ces derniers mots peuvent perturber d’autres lectrices, mais je ne vois pas pourquoi on devrait conspuer les électeurs du FN, même si l’origine de ce parti est marqué au fer rouge. Comment ne pas comprendre le désarroi des gens dans des zones oubliés de la France ? Comment ne pas être tentés par le protectionnisme quand on délocalise à tout-va, ou face l’invasion des migrants en Europe (ce qui a grandement facilité l’entrée des terroristes d’ailleurs, quoi qu’on en dise) ? Comment ne pas être déçu par l’Union européenne ?

« Ne les sifflons pas » disait, hier soir, « Manuel Macron » (comme dirait mon fils, il préfère Manuel à Emmanuel), car il a bien compris que l’heure est grave. Il a du pain sur la planche le petit Manuel, ça tombe bien, il semble énergique.

Je dois confesser, qu’au départ, j’étais sceptique. Un type sorti de nul part, ni de droite, ni de gauche, ni des extrêmes, voulant favoriser l’essor économique de la France. C’était trop beau. Il y avait forcément quelque chose qui cloche.

Mais, j’ai scruté sa bio, sa personnalité, son programme. Je n’ai rien trouvé de dérangeant.

En France il manque d’esprit de conquête, c’est ce que ce nouveau Président représente, alors, pour une fois, j’ai envie d’y croire.

[Bon, je me doute qu’il y aura quelques petits trucs qui ne me plairont pas comme l’exonération de la taxe d’habitation qui sera forcément compensée par une élévation d’impôts sur le revenu (et c’est qui va payer plein pot ? Qui ? C’est bibi/Votre serviteuse/La Plume : ne rayez aucune mention).]

Bref.

Manuel… Tu permets que j’écorche ton prénom comme le fait mon petit garçon et que je te tutoies ?  (Après tout, tu pourrais être mon petit frère, hein ?)

J’ai déposé pour toi à deux reprises un bulletin à ton nom. J’espère que tu ne me décevras pas. On espère tous, beaucoup. La tâche qui t’attend est énorme (sans pression aucune…), mais je crois que malgré ton jeune âge, tu en as bien pris conscience.

Lors de ton discours au Louvre, tu as dis que ceux qui avaient voté pour toi pour contrer Marine alors que tu n’étais pas leur candidat ne t’avaient pas accordé leur blanc-seing.

Blanc-seing = « Mandat, feuille en blanc au bas de laquelle est apposée une signature, et que l’on confie à quelqu’un pour qu’il le remplisse à sa volonté. (Par extension) Faculté laissée ou donnée à quelqu’un d’agir, de décider à sa guise. Ils ont donné leurs blancs-seings à leurs élus. »

Jusqu’ici, à chaque fois que j’ai déposé un bulletin dans une urne, j’ai toujours eu exactement cette impression.

Que ce soit pas dépit, lorsque aucun des deux candidats en lice n’étaient mon choix, ou par conviction réelle pour l’un des deux.

Je ne vais pas te mentir, Manuel.

Pour toi, aussi, j’ai eu l’impression de signer un chèque en blanc, parce que malgré ton programme, malgré tes promesses, je sais que tu ne pourras pas tout tenir, et puis il y a les circonstances aussi qui t’obligeront peut-être à revenir sur certaines choses, et puis, il y aura des trucs qui vont me chiffonner et me faire grincer des dents.

Bref, les 5 ans à venir ne seront pas une promenade de santé, mais ai-je besoin de te le rappeler ?

Cependant, et c’est là, pour moi le côté inédit de ta personnalité, c’est que tu diras la vérité, même celle qui ne fait pas plaisir.

Fini les promesses impossibles à tenir.

Et à ça, je dis bravo, car ça ne sera pas chose aisée de le faire à une France qui a été habituée depuis trop longtemps à entendre tout et son contraire pourvu qu’on ne perde pas des voix pour se faire réélire…

Des choix difficiles à prendre, et qui ne feront pas plaisir, tu vas être obligé d’en prendre Manuel. Le prix à payer pour que notre pays sorte du marasme. Et c’est pour ça, que j’ai décidé de t’accorder mon blanc-seing 😉

Bien sûr, se faire réélire, tu y penses déjà Manuel 😉

Et pourquoi pas, si tu fais bien le job ?

En attendant, grâce à toi, je peux déjà me la péter avec un nouveau mot de vocabulaire ici et dans des dîners mondains.

Enfin, c’est surtout parce que mon chérubin de 3,5 ans qui écoutait avec ferveur ton discours au Louvre m’a questionnée sur la signification de blanc-seing, et que je n’ai pas su quoi répondre puisque j’en ignorais la signification.

J’ai fini par lui expliquer ceci.

« Voilà, tu prends une feuille en papier, tu signes, et tu la donnes à Manuel. Là, lui, il écrit : Plumeau me donne tous ses jouets, en échange, il a droit à un dessin animé ».

Bon, il avait l’air d’accord, mais pas sûr qu’il ai compris qu’il devrait se séparer de ses jouets.

Publié dans Des choses et d'autres

La fatiiiiiiiiigue

Elle est revenue. Elle touche tous les membres de la famille Plume, et avec, elle forcément les impatiences, les énervements et les crises de nerfs.

Voilà qu’on se couche énervés, sans histoire, sans un bisou ou un câlin.

Voilà qu’à peine réveillés, on se (re)crie dessus. Et puis ce pipi au lit là qui tombe pile là il où il ne faudrait pas. Pourquoi ? Jamais il ne m’avait fait ça.

Peut-être un accident ? Peut-être que j’y ai été un peu fort hier soir en ramassant tous ses jouets qu’il délaisse – préférant faire 30 conneries à la minute – et que je les ai déposé à l’entrée et en lui hurlant que j’allais tous les jeter.

Et puis ce matin forcément fâchée, énervée, exténuée, laissant l’enfant en pleurs sans un au revoir sans un bisous sans un « c’est pas grave ». Seul avec cette sale culpabilité et à l’abandon.

Bref. Aujourd’hui, j’ai été une très mauvaise mère…

Publié dans Des choses et d'autres

Mon retour sur le stérilet Jaydess

Et bien, j’en suis globalement contente.

Bien entendu lors de la pause ça  a piqué un peu, ou alors je suis douillette.

(En même temps, il aurait fallu le faire entre J3 et J7, car avec un col ouvert c’est quand même plus simple. Moi, je l’ai fait quand j’ai pu c’est-à-dire à J12 environ…)

J’ai eu du spotting pendant plusieurs jours et puis hop ! Ça s’est arrêté. Pas de douleurs, juste une sensibilité les 2 jours qui ont suivi la pause.

Je mesure la chance que j’ai eu de ne pas avoir eu de spotting pendant des jours et des jours. La gynéco m’avait dit que je risquais de saigner pendant des semaines et que c’était normal et qu’il fallait prendre son mal en patience. Oui, là, je me sens chanceuse.

Les règles sont revenus à J28 comme prévu. J’ai par contre eu des règles plus longues. 5 jours de vrais règles et 4 jours de spotting derrière.

Bon voilà, ça a l’air de tourner rond cette affaire de stérilet. J’ai pas encore testé les câlins vu que l’homme et moi, on est assez fatigués ces temps-ci et pas mal pris aussi, du coup, le week-end on fait des siestes crapuleuses pas crapuleuses : des siestes tout court quoi !

J’ai pas encore inspecté mon intimité pour voir si je sentais les fils au bout des doigts.

(Et sur ce, bon appétit !)

Voilà 2 choses à expérimenter avant le rdv gynéco de la fin du mois pour le bilan post pause stérilet.

Sinon, j’ai l’intention de rédiger un billet privé (qui s’auto-détruira ensuite) tout prochainement donc n’hésitez pas à me contacter pour que je vous envoie le mot de passe.