Publié dans A propos du Sweet Home

La recette du vendredi (et du weekend aussi) : les pop cakes tout chocolat (essai #1)

J’ai enfin pu me lancer dans l’élaboration de ces fameux pop cakes, sorte de gâteau en sucettes.

Alors, ce n’est pas aussi simple que ça en a l’air…

Tout d’abord, la préparation du gâteau. J’ai choisi une version fondant tout chocolat pour cet essai.

Étape 1 : préparation du gâteau

Ingrédients :

    • 100g de chocolat au lait ou noir
    • 100g de beurre
    • 100g de sucre
    • 2 œufs
    • 30g de farine

Préparation :

Mettre le four à 200°C. Mélangez le sucre aux œufs. Pendant ce temps là faire fondre au bain-marie le chocolat avec le beurre. Rajoutez le mélange fondu chocolat-beurre à la préparation sucre-oeufs. Rajouter la farine. Mélangez. C’est prêt. Mettre l’appareil dans un moule à manquer chemisé. Mettre le moule au four déjà chaud pour une cuisson de 15minutes. Une fois cuit, laissez refroidir. Il faut deux bonnes heures.

IMG_3318.JPG

IMG_3320.JPG

IMG_3322.JPG

Étape 2 : la fabrication des boules de gâteau

Écrasez le gâteau à la fourchette puis mixez-le. Rajoutez votre liant qui est une pâte à tartiner. Ici, j’ai pris 4 cuillères à soupe de Nutella (en fait 3 grosses cuillères bombées). Formez à la main des boules. Réservez au frigo une heure.

IMG_3330.JPG

Étape 3 : la préparation du glaçage

J’ai opté pour deux glaçages différents. Un au chocolat au lait. L’autre au chocolat blanc.

Sienna, qui était avec moi, m’a conseillé de rajouter du beurre pour donner de la brillance. Effectivement ça marche super bien pour le chocolat au lait mais pas pour le chocolat blanc… J’ai trouvé le mélange un peu écœurant donc je pense qu’il faudra tester avec de la crème liquide.

Mais en fait, la principale difficulté est de conserver la texture de votre glaçage au chocolat durant la fabrication des sucettes. En effet, ce dernier temps à s’épaissir, voir à accrocher le fond, rendant l’opération de la prochaine étape particulièrement délicate…

Étape 4 : fabriquer les sucettes

Récupérez les boules au frigo. Munissez-vous d’un support pour piquer vos sucettes. J’ai choisi une boîte à œufs. Sinon, de grosses pommes de terre peuvent faire l’affaire. J’avais également acheté des moules à pop cakes avec des petits trous qui permettent de piquer les sucettes mais ces dernières se sont révélées trop lourdes. Sienna et moi en avons donc conclu que la taille des boules est ultra importante pour la réussite des pop cakes.

Trempez le bout de votre bâton (j’en ai choisi avec une petite butée) dans le glaçage au chocolat et piquez une boule. Puis, trempez votre boule dans le chocolat fondu et faîtes rouler votre sucette afin que l’ensemble de la boule soit recouverte de chocolat. Laissez égoutter avant de piquer la sucette sur votre support.

Là où ça se complique c’est que selon la texture du nappage, ce dernier prenne trop de temps pour recouvrir toute la boule. Ensuite, quand on pique la sucette dans son support, ce qui aurait dû recouvrir la base de la boule s’écoule le long du bâton…

Autre complication : les boules trop grosses avec un nappage un peu trop épais rendant l’ensemble instable font que vos sucettes se cassent littéralement la gueule sur votre support. Certaines boules se sont même effondrées sur le support. L’attraction terrestre a fait qu’une boule au chocolat blanc s’est collée à une boule au chocolat au lait…

Bref, c’est vite devenu sportif !

On a quand même décoré le dessus des boules chocolatées avec des diverses décorations de pâtisseries.

Donc sur une dizaine de sucettes élaborées, on en a sauvegardé peut-être 5 ou 6 qui sont assez belles à regarder.

IMG_3331.JPG

Le plus dur fut de remettre tout cet ensemble hyper instable au frigo…

Verdict :

IMG_3327.JPG

C’est bon !

Cela se laisse manger 😉

Mais c’est un peu trop chocolaté et lourd à mon goût. Je pense donc opté pour une autre recette du gâteau de base qui ne comporte pas de chocolat. On va retenter avec du gâteau au yaourt.

La grande difficulté c’est de maîtriser le glaçage

Pour ce qui est de la préparation, ça ne se fait pas à la dernière minute !

Matériel sur lequel j’ai investi pour les pop cakes :

 

  • Le moule à pop cakes (acheté en grande surface) mais vous en avez de toutes sortes. Il y a même des machines à pop cakes.

 

  • Le présentoir à pop cakes pour la fête d’anniversaire (acheté sur Amazon)


Round Cake Pop Stand 22cm Diameter 16 holes 5cm approx apart, 6.5cm high

 

IMG_3321-0.JPG

 

 

 

 

Publicités
Publié dans A propos du Sweet Home

La recette du vendredi : le gâteau magique (un possible gâteau d’anniversaire pour le lardon)

Et oui, l’anniversaire approche. Plus que deux mois pour tout préparer. Vous me direz qu’il ne s’en souviendra pas. Et vous aurez raison. Vous me direz que c’est surtout pour me faire plaisir à moi. Et vous aurez raison bis.

Mais cet enfant est né un mois avant Noël et comme tous ceux qui sont nés peu ou prou avant (ou après) cette date, on ne pense jamais à leur fêter leur anniversaire. Et puis c’est son premier. Il faut que ça soit fêté.

Bref, il y aura un petit goûter-fiesta chez les Plumes dans deux mois. J’ai déjà le thème, déjà une idée de quoi mettre sur la sweet table et celle des invités. Restait à trouver LE gâteau que le lardon puisse manger sans s’étrangler.

Et une copinaute me parle d’un certain gâteau magique qui fait le tour de la blogosphère culinaire.

Voici la recette chez Papilles et Pupilles. Et puis la version chocolat du gâteau magique a été tentée et c’est celle-là que j’ai testé dimanche dernier.

Alors, qu’est-ce qu’il de « magique » ce gâteau ?

C’est simple, avec une seule pâte on obtient trois couches de texture différentes : une partie flan, une partie crème, une partie génoise.

Je vous invite à suivre pas à pas la recette de Papilles et Pupilles (de celle que vous voudrez : vanille ou chocolat).

N’oubliez pas d’incorporer petit à petit le lait à la pâte. Et pas d’un coup comme moi ce qui a fait quelques grumeaux alors que je m’étais échinée à bien tamiser mon mélange farine-cacao.

Autre chose d’important pour que ça réussisse : il faut une chaleur statique et non tournante.

Enfin, ne pas omettre l’étape réfrigérateur. C’est ce qui va donner la couche flan du gâteau qui juste à la sotie du four est encore tout tremblotant (c’est la pâte très liquide qui n’est pas cuite au milieu et pas encore figée).

Voici une photo de mon gâteau. Je pense que le Plumeau mangera aisément les trois couches sans s’étrangler et puis c’est au chocolat et il adore le chocolat.

IMG_3237.JPG
A la sortie du four. Encore tout tremblotant
IMG_3238.JPG
On a un peu massacré le gâteau pour goûter, j’en conviens mais les trois couches sont visibles : crème en bas, flan au milieu, génoise en haut.

Reste à trouver une déco pour le gâteau et la bougie. Je pense au saupoudrage avec du sucre glace mais j’ai envie d’un truc plus original et fun. Pas encore trouvé quoi…

Je voudrais proposer également des pop cakes disposés joliment sur la sweet table.

Donc ça sera la prochaine recette que je vais tester et vous proposer ici.

Publié dans A propos du Sweet Home

Bob la bricoleuse

Je m’étais décidée durant ma couvade de FIV2bis à faire valser le vilain et triste papier peint de l’appartement.

Quand on a emménagé (il y a 3 ans déjà), l’appartement avait été rénové en peinture, sols vinyles et papier peint. J’aurais préféré une bête sous-couche blanche sur tous les murs mais c’est du papier-peint tristounet qui a été mis. Il y en a partout (sauf dans la cuisine, les WC et la SDB). D’ailleurs, même le sol vinyle est tristounet et en plus quand il y a des tâches, elles ne partent pas toujours !

J’ai donc attaqué le détapissage dans l’entrée pour ce long week-end 😉

Il a fallu ensuite lessivé les murs pour enlever la tonne de colle sur les murs.

A ce stade, j’en étais déjà pleine de courbatures. Il a fallu ensuite combler les éraflures et petits trous avec du mastic.

Ensuite, j’ai appliqué une bonne dose de sous-couche blanche.

Histoire de jouer sur les volumes de l’entrée, il y aura 1 mur coloré  et les 3 autres en blanc.

Je vais donc faire le tour des magasins de brico-déco pour dénicher THE couleur. Vraisemblablement autour du chocolat.

Après l’entrée, je compte faire de même pour le couloir puis le salon (et là, c’est pas une mince affaire vu la taille des murs et l’encombrement des meubles). C’est donc prévu pour l’été qui arrive et pour le plus grand malheur du George qui ne supporte pas les chantiers.

Il a d’ailleurs râlé quand il a découvert l’entrée sans papier peint. Il aurait voulu s’y mettre mais pas tout de suite. Genre dans 5 ans… [Je vais le tuer]

NB1 : Pas de photo de l’entrée pour le moment… J’ai pas encore LA couleur !

NB2 : j’ai échappé à une après-midi chez Belle-Soeur et Beau-frère. BS qui a encore grossi… MAis chuuut, rien n’a été officialisé mais bon selon le George elle s’est pris un bon bide et des mégas seins.

Publié dans A propos du Sweet Home

Sushis Maki !

J’ai décidé de me remettre à faire des sushis car depuis le mariage et la PMA ben… côté cuisine, je ne faisais plus grand chose…

Enfin, en parlant de sushis, c’est plutôt des makis.

J’ai appris à en faire la première fois aux USA avec la femme de mon cousin et depuis, mon frère et moi, on en a fait des kilos !

Bref, après une longue interruption, j’ai décidé de m’y remettre mais j’avais un peu oublié et en surfant sur le blog de Clem, je suis tombée sur sa recette de ses premiers makis. En parlant de Clem, elle nous annonce qu’elle a été sélectionnée aux premiers castings de MasterChef 😉 (moi je veux qu’elle soit prise et je ne manquerai pas de suivre ses aventures !).

Revenons-en à la recette, j’ai donc réalisé sa sauce vinaigre de riz et mirin pour le riz et j’avoue que ça a apporté une réelle différence gustative. Auparavant je me contentais de verser un peu de vinaigre de riz dans mon riz cuit.

J’ai dégotté à Paname, une petite épicerie japonaise pour acheter ce qui me manquait : mirin, vinaigre de riz, gingembre macéré, et même du riz rond spécial pour sushis (j’aurais pu m’en passer et acheter du simple riz rond), du wasabi (préférez-les en poudre plutôt qu’en tubes : la seule fois où j’en ai acheté, ça n’avait aucune saveur ni piquant et ça doit être piquant !), et la sauce soja. Les feuilles de Nori, j’en avais déjà et j’aurais peut-être dû en acheter dans l’épicerie…

Dans sa recette, Clem a choisi du poisson cru, du surimi, des tomates séchées, du concombre.

Pour ma part, j’ai voulu faire californian rolls (avocat, concombre, miettes de crabe), j’ai pris aussi du saumon cru extra-frais + du surimi.

Pour le poisson cru, il faut vraiment s’assurer qu’il est frais sinon gare aux intoxications !

J’ai donc cuit mes 400 gr de riz (mais je vous dis tout de suite, c’est beaucoup trop pour 2 personnes, donc, la prochaine fois, ça sera 150g !), j’ai réalisé ma sauce vinaigre de riz et mirin puis j’ai passé beaucoup de temps à éventer et rafraîchir le riz ! Pourtant, j’avais un grand saladier en bambou dédié au refroidissage du riz.

Note pour plus tard : s’y prendre très à l’avance pour faire des makis !

J’ai prédécoupé le concombre en fines baguettes (en me débarrassant des graines), idem pour le surimi,  l’avocat et le saumon. Finalement j’ai laissé de côté les miettes de crabe (ça sera pour la prochaine fois) car j’avais déjà tellement de choses !

J’ai pu retrouver les sensations pour rouler les makis malgré toutes ces années sans en faire.

Mais j’ai eu un souci… Mon riz était encore un peu trop humide et mes feuilles de nori n’étaient pas de la meilleure qualité donc elles ont eu plutôt tendance à se déchirer plutôt que de se couper. Donc le résultat, c’était que c’était moche mais c’était quand même bon. Moches donc pas de photo…

Donc, en tout, j’ai réalisé 42 makis de deux sortes :

  • saumon cru avec concombre
  • avocat + surimi + concombre

Pour réaliser la recette, je vous invite à lire le billet chez Clem (je sais je suis une vraie paresseuse !) et à faire très attention à votre préparation du riz car c’est lui qui conditionne tout le reste. Prenez-y vous en avance ne serait-ce que pour la cuisson et la partie éventation du riz. Pour faire des makis, il faut tout découper finement donc investir dans un bon couteau de cuisine vous fera gagner du temps.

L’autre partie délicate, c’est le roulage des feuilles de nori avec les condiments à l’intérieur. Il existe une sorte de nasse en bambou pour vous simplifier la tâche. Il faut trouver (ou retrouver dans mon cas) le coup de main.

Voilà, en conclusion, les makis, c’est énormément de préparation mais quelle bonheur de les manger (si possible, accompagnés de saké ou de bière japonaise; mais je n’avais ni n’un ni l’autre) !

Publié dans A propos du Sweet Home

Cuisine, cuisine !

Durant ma semaine de congés, j’ai cuisiné.
Faut savoir que, chez moi, cuisiner a un effet thérapeutique.
Donc cette semaine, il y a eu :

  • des beignets en guise de douceurs,
  • un bœuf façon madras qui a fait deux dîner,
  • un gratin de brocolis et patate douce,
  • les töltötts au paprika qui a fait 2 dîners aussi,
  • un risotto aux poivrons et
  • un curry de poulet aux fruits pour finir.

Trois des recettes proviennent du blog http://surleplat.over-blog.com/ tenu par Clem 😉 et que je vous recommande. Je rêve encore de ces macarons au caramel et beurre salé

Je vous conseille ses töltötts qui sont des poivrons farcis, son risotto (facile à faire) aux poivrons aussi et ses beignets de carnaval.

Le bœuf façon madras et le curry de poulet sont des recettes de 2 livres de cuisine qui traînent en permanence sur mon plan de travail dont une de Julie Andrieu qui passe dans l’émission C à Vous.

Avec le George, on s’est bien régalé 😉

J’ai également acheté de quoi faire des sushis (des lustres que je n’en ai plus fait) dans une épicerie japonaise trouvée par hasard de mes pérégrinations dans la capitale.

Si vous voulez vous lancer dans un curry facile à faire je vous donne la recette du curry de poulet aux fruits de la Julie.

Ingrédients :

  • blanc de poulet
  • 1/2 oignon
  • gousse d’ail
  • 1 banane
  • 1 pomme grany smith
  • pâte de curry jaune ou poudre de curry
  • feuilles de carry
  • gingembre frais (ou en poudre)
  • 1/2 c à c de cannelle en poudre
  • 1 c à c de cumin en poudre
  • 1/2 c à c de paprika
  • 1 petit piment
  • crème de coco (sinon crème fraiche c’est aussi bien)
  • boite de tomates pelées
  • 1/2 citron

Préparation :

Couper le blanc de poulet en petits morceaux. Le saisir sur feu vif (avec huile ou beurre) pour colorer toutes les faces. Rajouter l’oignon et l’ail émincés cette fois sur feu moyen.

Couper en petits morceaux la pomme ( épluchée bien sûr) et la banane.

A ce stade de la recette, la Bibiche pointe son nez dans la cuisine et se frotte à vos mollets de manière insistante… [Bibiche adore le poulet et pense que, naturellement, vous cuisinez pour elle ! Ben voyons, et la marmotte…]

Incorporer les épices (cannelle, curry, feuilles, gingembre, paprika, cumin) et laisser embaumer. Rajouter le contenu de la boite de tomates, un peu d’eau, les fruits puis le piment coupé en tout petits morceaux. Couvrir et laisser mijoter sur feu doux pendant 20 mn.

Normalement, à ce stade, ça sent très bon, le George se pourlèche déjà les babines. C’est le moment de préparer le riz basmati. Alors… Mettre du riz basmati dans de l’eau bouillante…

Enlever le couvercle (du curry pas du riz) et laisser réduire la sauce pendant 10 mn (en augmentant le feu si besoin).

Rajouter la crème de coco (ou crème fraiche) et le jus d’un demi citron et laisser mijoter quelques minutes encore sur feu doux (sans couvercle).

Servir.

C’était tellement bon, que j’ai pas eu le temps de prendre en photo…

Publié dans A propos du Sweet Home

Soupe thaï

Le George a le rhume. Apparemment c’est la même merde que la connasse m’a refilée pendant mon protocole. La merde qui est responsable de ma réponse de ménopausée…
Il faut savoir qu’un George malade c’est chiant. Il est arrêté lui aussi et je ne le supporte plus. A tel point que j’aurais aimé qu’il voit le Dr D avec moi mais finalement je vais m’en passer du George.
Hier soir, en digne femme, je me suis dit qu’une bonne petite soupe thaï piquante et odorante lui dégagerait un peu le nez, alors, je me suis lancée.

C’est une soupe au poulet avec lait de coco, gingembre frais râpé, piment, nioc muam , cassonade et citronnelle. Bon, à la place du poulet j’ai mis du tofu . Ah oui, j’oubliais il y a des champignons de Paris.
Très facile a faire et c’était un régal.

Sinon, voilà le lien vers la recette : http://www.cuisine-thai.net/soupe-de-poulet-a-la-thai.html#more-3

Publié dans A propos du Sweet Home

Comment de donner l’impression qu’on possède un dressing spacieux quand on a une toute petite armoire dans une toute petite chambre justement parce qu’on habite en banlieue parisienne

Je crois que j’ai jamais fait un titre aussi long…

Mon armoire, c’était le bordel. Pas la peine qu’elle soit haute, sinon c’est sûr que j’irai jamais fouiller sur la dernière étagère et que les fringues y seront oubliés. Donc j’ai pas changé d’armoire.

Après, elle est peut-être un peu trop profonde… D’où mes tendances à chopper le premier top se trouvant en premier plan et oublier les fringues en arrière-plan…Surtout si la chambre est très mal éclairée ! Rajoutez là-dessus que je suis toujours à la bourre…

Et puis, il y a tous ces trucs qu’on ne met plus et dont on a conscience qu’on ne les aime plus, ces trucs qui ne nous vont plus mais dont on a dû mal à se séparer, ces trucs qu’on a acheté parce que sur le mannequin en plastique ça faisait hyper jolie mais sur toi, ça fait juste…Enfin t’as l’air complètement tarte et du coup t’as pas envie de le reconnaître donc tu mets jamais la fringue mais tu la jettes pas !

On ne sait jamais, avec juste un peu plus de poitrine, ce haut t’ira beaucoup mieux… Sauf que la jolie poitrine tu peux y faire une croix dessus ! (faut juste une grossesse ou la chirurgie esthétique pour ça)

Alors, y a pas à tortiller du cul plus longtemps. Faut trier, jeter et ranger !

Et voilà, c’était le truc pour transformer votre armoire fourre-tout en super dressing !

J’ai donc remplis deux sac de poubelles.

J’ai récupéré des boites de chaussures pour y jeter tous mes accessoires (foulards, ceintures etc.) car ces trucs-là ça avait tendance à disparaître (enfin, en tout cas, chez moi) et tu finissais pas renoncer à les mettre. J’ai d’ailleurs fait des emplettes de foulards de toute couleurs. Et comme je manque vraiment de place, j’y ai mis mes boites à bijoux (qui jusqu’à présent étaient par terre…).

20110911-193248.jpg

Après, comme on est presque en automne, j’ai rangé tout ce qui était bon pour l’été en arrière-plan et rangé le reste en premier plan, par code couleur.

20110912-111801.jpg

20110912-111940.jpg

Putain, je m’impressionne, moi-même !

Alors comme j’étais bien partie, j’ai attaqué la cuisine mais ça… ça fera l’objet d’un autre article.

Serais-je en train de me transformer en Bree Van de Kamp, la célèbre névrosée du ménage dans Desperate Housewife ?