Publié dans Maman d'un Plumeau

La convocation

Convocation.

Ces trois syllabes ont, pour moi, toujours rimé avec une certaine appréhension voire, à leur simple lecture, provoqué des angoisses telles que je n’en trouvais pas le sommeil.

Convocation à un examen…

Convocation au partiel…

Convocation par le directeur…

Convocation à un entretien…

Convocation par le DRH…

Si on y réfléchit bien, on n’est jamais convoqué pour nous annoncer une bonne nouvelle. À moi en tout cas, ça ne m’est jamais arrivée.

Alors si vous ajoutez le fait que, nous, parents du Plumeau, sommes convoqués par le maître de classe, connaissant mes doutes et mes errances sur tout ce qui touche à l’éducation que j’essaye tant bien que mal d’inculquer à mon fils, vous pouvez aisément imaginer l’impact émotionnel que revêtent ces trois petites syllabes.

Ce n’est pas une convocation écrite sur le cahier. C’est une convocation habillement déguisée en « souhait de nous rencontrer » pour évoquer le comportement de Plumeau juste avant la classe.

J’ouvre ici une parenthèse.

Pour nous communiquer oralement cette convocation, le maître a attendu perfidement de me la livrer à moi. Pourquoi dis-je perfidement ? Parce que depuis un bon mois, George et moi, avons enfin trouvé un terrain d’entente pour un partage de corvées : il dépose le Plumeau, je le récupère. Le maître a donc attendu que la corvée habituellement réservée à l’homme me soit échue de manière exceptionnelle. Parent permanent un jour. Parent permanent toujours.

Fin de la parenthèse.

J’ai une vague idée (très vague) du pourquoi de cette convocation.

La veille de l’anniversaire, le Plumeau a mordu un index de son camarade.

Il l’a fait devant le maître (1ère erreur).

Il l’a fait malgré l’avertissement de ce dernier (2nd erreur).

Bref, vendredi après-midi quand la Nounou a récupéré le marmot (qui a dit que le partage des tâches serait équitable ?), elle a eu droit à la colère du maitre d’école.

J’étais donc prévenue. Je m’y attendais un petit peu on va dire (rappelez-vous, l’idée vague). Et je sais aussi, que derrière cet index malencontreusement mordu, se cache aussi tout un tas de griefs que le maître a entassé depuis la Rentrée.

Bref. En tant que parents, on va déguster. On va prendre cher. L’enfant sera présent. Je vais essayer de dédramatiser la situation (sauras-tu trouver l’incongruité dans cette dernière phrase ?) tout en assurant à la cantonade qu’il ne faut plus que ça se reproduise (l’index mordu) et qu’il va falloir écouter en classe (même si on s’y emmerde). Bref, faire croire qu’on garde le contrôle de la situation, alors qu’il y a bien longtemps que j’ai compris qu’une fois que cet enfant est en dehors de mon giron maternel, je n’ai plus le contrôle sur rien.

C’est pour lundi matin… (Mes collègues m’ont judicieusement conseillée d’honorer les convocations en début de semaine. JAMAIS en fin de semaine : les maîtres.ses (écriture inclusive inside) sont en général sur les rotules)

Publicités

Auteur :

Grande blogueuse devant l’Éternel. Tombée dans WordPress quand elle était pet... Non quand elle a appris que ça ne serait pas du coton pour procréer. On était en 2008... Depuis, elle a eu un Plumeau grâce à une FIV IMSI. Depuis, elle continue d'écrire ici sa vie de maman et d'apprentie écrivaine.

21 commentaires sur « La convocation »

  1. Pourquoi se sentir visée (coupable?) à ce point? Et si le maitre était bienveillant et voulait juste que le plumeau soit épanoui en classe? Peut être cherche t il juste à comprendre son comportement et à voir d’où vient son mal être et si mal être il y a? Peut etre le maitre a t il déja vu cette situation avec d’autres (surement d’ailleurs) et mets dans ce cas en lace une routine sympa qui aide? Ce n’est pas forcement que pour faire des reproches à ton fils ou à vous parents qu’il vous ‘convoque’. Il n’y a pas de parents parfait, ni d’enfants parfait mais on peut dialoguer pour pouvoir vivre en communauté sans se mordre. Et pour prendre ce temps, il a esoin d’un rendez vous au calme avec vous…. Une lectrice de l’ombre

    1. Je me sens toujours visée par tout et c’est surtout que j’ai bien conscience que mon fils est difficile (d’où un entretien avec une psychologue à mon initiative). Et puis la fois où il a mordu (seule et unique fois à l’école, il le faisait plus fréquemment à la creche comme ses copains), le maître était hors de lui donc, oui, on peut raisonnablement penser que nous n’aurons pas droit à des louanges.

      1. ‘Le maitre était hors de lui’ euh, il sait qu’il travaille avec des enfants? L’an dernier dans la classe de mon fils en grande section, il y avait un petit garçon qui avait du mal a s’intégrer (il a mordu mon fils). Le maitresse a été super elle faisait des réunions fréquentes avec les parents et l’enfant. ET il s’était bien calmé à la fin. Les enseignants certes ne sont pas la pour jour le role des parents mais aident à l’intégration des enfants (du moins chez nous). Et je trouverai tellement dommage que ce soit juste une réunion pour faire des reproche à toi ou ton fils. Facile à dire, mais essaye de ne pas tout prendre pour toi. Ton fils est un petit être indépendant avec son propre caractère. Tu fais au mieux ne laisse personne te dire le contraire. Je te souhaite un rendez vous aussi positif que possible.

  2. Oh ben mince…
    Nous aussi on sera en rdv avec la maîtresse au même moment, mais c’est à mon initiative, pour faire le point sur comment ça se passe (et accessoirement comprendre pourquoi la maîtresse m’avait dit en début d’année qu’elle trouvait que ma fille était un enfant « étrange »……)

    1. Ça veut dire que ta fille au moins est sage mais le côté soit disant étrange que lui reproche (est-ce le bon terme ?) sa maîtresse est effectivement à éclaircir. Ça m’aurait interloquée aussi. S’il fait la maîtresse a oublié et elle ne tarira pas d’éloges sur ta petite poupée 😉

  3. Oh… Ne te tracasse pas trop…. Tu n’es pas la première, ni la dernière maman à qui cela arrive… Et puis, surtout, tu n’es pas coupable, ni fautive ! Chaque parent fait ce qu’il peut dans l’éducation de ses enfants ! Notre p’tit deuz aussi était (ose-je l’écrire à l’imparfait…?) un enfant mordeur… et a déjà mordu à l’école (et à la maison !)… et ce n’est vraiment pas gai d’être interpellée par son instit à ce sujet… J’espère en tout cas que le maître du Plumeau sera compréhensif et bienveillant… Bien sûr qu’il vaudrait mieux que cela ne se reproduise plus, mais bon, ce n’est encore qu’un enfant avec ses pulsions pas toujours faciles à contrôler à son âge… mais ça viendra… à force de répétitions de tous les adultes qui l’entourent ! Le tout est de rester cohérents et soudés ! Je me souviens : le jour où l’instit de mon fils m’a appelée à la sortie de l’école pour me dire qu’il avait mordu un petit copain, j’étais gênée (alors que je n’étais pas coupable !) et puis, elle m’a parlé très gentiment… et ensuite, je me suis dit que ce n’était peut-être pas plus mal que ce soit arrivé aussi à l’école (bon, pas pour l’enfant mordu, hein ! On se comprend !) : ainsi mon rejeton entendait le même son de cloche qu’à la maison dans la bouche de sa maîtresse ; bref, nous étions tous sur la même longueur d’ondes ! Et il n’y avait donc pas que sa môman qui lui disait que « c’est pas bien de mordre » !!!!

    1. Le pire c’est que la morsure il n’en avait plus fait depuis la créche donc je ne comprend pas trop et j’ai l’impression que lui non plus n’explique pas son geste. Pour se qui est du manque d’écoute et de la dispersion ça malheureusement à part lui rabâcher qu’il faut qu’il écoute et sois discipliné beeeen je ne vois pas quoi faire de plus.

      1. Tout pareil ici… et mon p’tit deuz a cinq ans passés… ça va mieux, mais il y a encore des « rechutes » ! Il ne mord quasi plus jamais… mais ça pourrait encore arriver… Rien n’est jamais tout à fait acquis… et à cet âge-là, ils sont encore très impulsifs… et ne font donc pas les choses « exprès », de manière réfléchie ! Patience et courage !

  4. En tant que Maman dont le coeur louperait quelque battements si on mordait brutalement le doigt de la chair de ma chair, j’ai quand même envie de dire :
    La veille de l’anniversaire, le Plumeau a mordu un index de son camarade (1ère erreur).
    Il l’a fait devant le maître (2ème erreur).
    Il l’a fait malgré l’avertissement de ce dernier (3ème erreur).

    Les erreurs du Plumeau ne sont cependant pas celles de ses parents, ce sont celles d’un petit garçon qui a encore beaucoup à apprendre de la vie, et elles ne sont pas « anormales » même si elles sont désagréables pour l’entourage et qu’il faut effectivement y mettre le holà. Le maître aura peut-être des tuyaux pour ne pas qu’elles se reproduisent. Il y a un bouquin qui donne aussi de bonnes idées et qui s’appelle « l’autorité, pourquoi comment » d’Anne Bacus. Je le lis par petits bouts aux WC, l’endroit où j’arrive à être peinarde quelques minutes, et pour l’une de mes deux puces que je trouve hyper difficile (mais passionnante) à éduquer et qui aimerait plier le monde à sa volonté il y a des méthodes qui m’aident beaucoup.

  5. J’espère que les mots de l’instit ne seront pas culpabilisants car vous (Plumeau et toi) ne le méritez pas. Les premiers temps de maternelle sont difficiles pour les enfants, les journées sont longues et fatigantes.

    1. Oui je l’espère aussi que les mots ne seront pas trop culpabilisants car un rdv à 8h quand on est habitués à se réveiller seulement un quart d’heure plus tôt et qu’on a déjà l’impression de n’avoir dormi que deux heures ça risque de faire mal à entendre.

  6. Je te lis depuis ta grossesse. Globalement j’ai l’impression que malgré la joie de devenir mère, la vie est de plus en plus difficile pour toi (travail,couple et maternité)… Aussi je ne m’étonne pas que le plumeau soit violent à l’occasion ou que tu le considères comme un « enfant difficile ». Et maintenant c’est l’institution qui s’en mêle… Mais si la maîtresse et la psy pouvaient lire ce blog, elles verraient que Plumeau grandit dans un environnement psychologiquement éprouvant, avec à l’occasion une grosse pression de « réussite » (à la place de qui?) sur les épaules (cf. les « baby einstein » et compagnie, la nounou anglophone au moment de l’apprentissage du langage…). Que tu peux être violente à l’occasion, et il n’est pas possible de faire comprendre à un petit enfant qu’il ne faut pas être violent s’il te voit l’être. Vu de l’extérieur, ce que tu veux bien montrer de toi est déjà énorme en terme de tensions, de mal-être et de contradictions psychologiques; Et le truc c’est que le plumeau, il n’y peut rien à ça, et il ne peut pas se remettre en question. Il n’y a que toi – et son père – qui puissiez le faire. J’espère pour lui et pour votre famille que vous y arriverez…

    1. Bonjour Jack, je suis toujours enchantée de découvrir un.e lect.eur.rice assidu.e sous-marin 😉
      Alors je vais te rassurer tout de suite sur plusieurs points.
      1er point : ma vie n’est pas de plus en plus difficile depuis que je suis mère. Si je devais comparée ma vie d’il y a 5 ans à celle d’aujourd’hui je reprends sans hésiter ma vie de maintenant (et ce sur tous les plans : boulot, couple maternité etc.), après il est vrai que ma vie est moins … reposante. Mais ça, c’est un petit vrai pour toute femme qui devient mère (moins de temps pour soi etc), côté couple c’est vrai qu’il faut se réorganiser (on va dire qu’on est sur la bonne voie) tant en terme de logistique que d’éducation. C’est aussi pour ça que je voulais qu’on voit la psy tous ensemble pour que l’homme entende que lui et moi devons tenir le même discours au Plumeau. Donc non franchement je n’ai rien à regretter de ma vie de nullipare mal dans sa peau, mal au boulot et à peine mieux dans son couple.
      2nd point : le Plumeau n’est pas violent. Il ne l’a jamais été. Je ne peux pas te laisser dire ça. Il a mordu un index en classe. Oui. C’est un acte qui n’est pas acceptable et lui même ne sait pas l’expliquer. Il l’a fait une fois en 1an et des poussières de scolarité. Par contre des violences il en a subit. Le maître que nous avons vu ne nous l’a pas catalogué comme enfant violent et dangereux. Bien sûr il a été puni. En revanche c’est un enfant attachant et aussi compliqué parce que attachant sensible et très actif. Il est le lait sur le feu et donc plus fatiguant que la moyenne (et malgré ça je ne reviendrais pour rien au monde à ma vie de PMEtte).
      3eme point : Plumeau ne grandit pas dans un environnement psychologiquement éprouvant. Je ne vois pas ce qui te permet de qualifier notre famille (et donc moi et mon mari) comme cela. Ah oui, c’est parce qu’on a fait le choix de lui offrir la chance du bilinguisme (la nounou anglophone, les baby Einstein et tout le reste), mais cette réflexion montre que tu ne t’es pas renseigné.e (je ne sais pas si tu es un homme ou une femme). Le bilinguisme est une chance. Si on suit ton raisonnement donc tous les enfants qui grandissent dans un environnement bilingue (voire trilingue et oui ça existe, vite ! Faut contacter les services sociaux !) se trouvent dans des environnements psychologiquement éprouvant qui entravent leur bon apprentissage et leur épanouissement. Et bien, tu sais quoi ? Si tu t’étais renseigné.e c’est exactement le contraire qui se passe ! Donc non seulement le Plumeau apprend l’anglais mais en plus il aime ça et surtout il possède un niveau de langage en français (vocabulaire, syntaxe, etc) bien meilleur que celui attendu de son âge (et ce n’est pas moi qui le dit mais tous les professionnels de l’enfance que j’ai pu croiser dont son maître). Quant à la soi-disant pression de réussite que je fais subir à mon enfant puisque je suis une mère malfaisante, je pense que je n’ai pas encore atteint le niveau de certains parents. j’ai donc encore beaucoup de progrès à faire dans ce domaine. C’est vrai ça je laisse l’enfant choisir quel livre et quelle langue pour l’histoire du soir alors qu’il n’est même pas encore capable de parler fluently english ! Je le laisse jouer aux voitures plutôt que de lui rabâcher les lettres de l’alphabet et de lui apprendre à lire et à écrire pour qu’il ait 1 voire 2 ans d’avance et qu’il saute une classe (voire 2 soyons fous !) et je ne lui ai pas fait passé des tests de QI… je ne suis vraiment pas à la hauteur non ? Non mais sans deconner. Tu me vois comme ça ? Vraiment ?
      Dernier point: je suis bourrée de contradictions et oui, mea culpa, mais là je dois reconnaître que tu as bien raison. Et là j’affirme  » qui n’est pas affublée de contradictions psychologiques me lance la 1ère pierre ! »
      Enfin, je voulais finir mon long commentaire pour te remercier de tant de sollicitudes envers moi et ma famille. Ne t’inquiète pas. On s’en sortira et on y arrivera.

      1. On dit souvent « ne juge pas quelqu’un avant d’avoir fait plusieurs kilomètres dans ses chaussures », alors je n’ose même pas imaginer comment quelqu’un pourrait avoir un jugement correct en se basant sur le peu qu’on perçoit à travers la petite lorgnette d’un blog et qu’on complète avec notre propre imagination bienveillante ou pas. Tu es restée super patiente dans ta réponse, je suis admirative.

        Bon, par contre, l’écriture « inclusive », beuuuuuuuuuaaaaaaaaaaarrrrrrrrrrkkkkkkkkkkkkk ;-p (https://unodieuxconnard.com/2017/11/14/lecriture-pas-tres-inclusive/)

        1. Oui mais pour l’écriture inclusive je deconnais aussi 😂😂😂. En fait c’est soit une nana qui utilise un pseudo masculin soit un mec. J’ai déjà vu une fois un commentaire acerbe sur la façon d’élever son enfant chez PMGirl. J’étais assez choquée sur le coup.

    2. Euh… Je me permets de répondre à ce commentaire qui me choque profondément ! Moi aussi, je suis Plume depuis longtemps, bien avant sa grossesse et donc la naissance du Plumeau… et je ne me permettrais jamais de la juger (ou de juger qui que ce soit) juste à la lecture de textes qu’elle nous partage… Et de toute façon, dans le monde de la parentalité, chacun fait ce qu’il peut ! Il m’arrive de « pêter les plombs » sur mes enfants, parce que je suis à bout et fatiguée… Je n’en suis pas fière… C’est clair que ce n’est pas leur monter le bon exemple, mais on reste humain ! De là à dire que mes enfants grandissent dans un milieu violent… Et oui, il arrive à mon fils de mordre (beaucoup moins souvent aujourd’hui) et ce n’est pas drôle… mais de là à dire que mon fils est violent….
      Mais qui êtes-vous, Jack, pour juger ainsi la vie d’autrui ?

      1. Quant à toi, Plume, c’est encore ton droit de râler sur ton blog qui est le tien ! Si cela te fait du bien ! Et si cela te permet d’y voir plus clair parfois….

Laisser une réponse

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.