Publié dans A propos de nulliparité

Il y a 4 ans, un petit nombre devait changer ma vie

Il y a 4 ans, par un samedi ensoleillé, on m’annonça au téléphone à 12h20 exactement un nombre.

66.33

Il s’agissait du taux de HCG.

Un petit nombre sans prétention… Mais qui changea radicalement ma vie.

J’étais enfin enceinte.

Alors enceinte je l’avais déjà été, mais elle s’était soldée par une fausse-couche à 9 semaines de grossesse, j’étais donc retournée en PMA (ne passer par la case Départ, allez directement en Prison).

Mais celle-ci de grossesse allait durer jusqu’au bout et donner un beau Plumeau. Ce jour-là, je ne le savais pas encore, je passais donc définitivement de l’autre côté. Je quittais la PMA pour toujours.

66.33…

Ce petit taux tout modeste était le résultat de la 5ème FIV ICSI.

66.33…

Ce petit chiffre marquait la fin de 5 ans de lutte, d’espoirs déçus, de pleurs, de sang,

de piqûres (de ménopur, de gonal, d’orgalutran, d’ovitrelle ou encore d’ampoule d’HCG5000),

de tonnes d’utrogestan introduits dans mon intimité (et de petites culottes jetées aussi pour celles qui savent),

de cycles menstruels qui s’enchainèrent encore et encore pendant des mois et même des années,

de vie professionnelle mise entre parenthèses (paie ton double plafond de verre en tant que femme en situation d’infertilité),

de beaucoup de RTTs pris pour assurer divers rdv médicaux PMA, de beaucoup d’euros dépensés pour les dépassements d’honoraires (et même pour une opération),

de beaucoup d’euros dépensés pour supporter les échecs ou les coups du sort (car oui, il y a eu pas mal de coups du sort),

de tonnes de remarques débiles et injustes sur notre incapacité à faire des gosses (alors qu’on n’avait rien demandé),

de 5 ans d’isolement social (voulu ou imposé), de 5 ans de solitude (forcément),

de 5 ans de voyage de noces reporté au cas où…, de vacances réservées au tout dernier moment toujours au cas où…,

de multitudes d’annonces de grossesse dans l’entourage proche et éloigné et même chez certaines personnes tout à fait improbables,

d’autant de faire-parts de naissance auxquels il va falloir répondre alors qu’on a le cœur serré, de la souffrance…

Oui, 5 ans de souffrance physique, morale et psychologique.

Énormément de souffrances…

C’était il y a 4 ans. Pour moi, c’était hier et en même temps c’était il y a des siècles.

Pour celles et ceux qui me lisent toujours coincé(e)s sur ce fichu quai, je souhaite la même Happy End.

C’était il y a 4 ans, ça semble peu et une éternité à la fois, tellement ma vie a changé, mais je n’oublie rien de la PMA.

Rien.

Publicités

Auteur :

Grande blogueuse devant l’Éternel. Tombée dans WordPress quand elle était pet... Non quand elle a appris que ça ne serait pas du coton pour procréer. On était en 2008... Depuis, elle a eu un Plumeau grâce à une FIV IMSI. Depuis, elle continue d'écrire ici sa vie de maman et d'apprentie écrivaine.

18 commentaires sur « Il y a 4 ans, un petit nombre devait changer ma vie »

  1. Ton texte m’a mis les larmes aux yeux…
    Joyeux anniversaire à ton taux! C’est une belle date en effet!
    Bientôt tu compteras plus de temps « après » que « avant » cette date charnière!
    Soyez heureux ❤

  2. Il y a des dates et des chiffres que l’on ne peut oublier. Ton texte est très émouvant et transmet très bien ce que l’on ressent pendant toutes ces années. 4 ans après j’ai à nouveau le ventre rond et pourtant je suis toujours émue en repensant à cette attente, aux émotions ressenties il y a 4 ans

    1. Très heureuse d’apprendre cette 2nd grossesse, et spontanée qui plus est. Effectivement la PMA ça remue beaucoup même encore des années après

      1. Oui ça remue la je suis persuadée qu’il va y avoir un problème vu que naturellement il y avait peu de chance que cela arrive. On est bête parfois

  3. Il y a un an jour pour jour, 2 cellules fusionnaient dans un labo lointain….ce jeudi un peu plus de 6kg de cellules roupillent sur mon sein.
    15 ans sans pilule, 10 ans d’essais ciblés, 6 ans de pma…
    Un merveilleux petit bonhomme a bouleversé nos vies juste avant Noël.
    La pma, ca reste comme une cicatrice qui gratte quand il va neiger. Heureusement, il ne neige pas souvent!
    Bisous Plume, je te suis depuis bien longtemps…

    1. Merci pour ce partage d’anniversaire ici. Contente de découvrir une lectrice en sous-marin aussi. J’espère que les 6kg de cellules te laissent dormir la nuit ou sont en voie de le faire bientôt.

  4. Ton texte est très beau…. C’est tout à fait ça ! C’est si loin et si proche à la fois ! C’est fou ! Ma fille aînée va avoir huit ans… Huit ans ! Et j’ai l’impression que c’était hier qu’une infirmière PMA m’annonçait par téléphone que la PDS était positive ! Tu as raison : on n’oublie pas… même si, dans notre cas, l’attente et le parcours PMA furent moins longs… Bisous ! Et « bon anniversaire » !

  5. Coucou Plume, on se suis de peu, moi c’est quelques semaines après 😉 C’est vrai qu’on n’oublie rien. Parfois, j’ai encore l’impression que c’est un rêve (pourtant on ne peut pas dire qu’il se fasse oublier ;-))
    Bon fiversaire !

Laisser une réponse

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s