Publié dans A propos d'écriture

Blizzard – 7ème nouvelle du projet Bradbury – Partie 4

Poignardé par un calcul

Jean-Charles observait les gouttes qui tombaient lentement depuis la poche de sa perfusion vers le tube relié à son avant-bras. Le travail avait duré toute la nuit et la délivrance survint pour l’aurore : le paléontologue avait pissé les derniers fragments de son calcul rénal dans la cuvette des toilettes de sa chambre d’hôpital, juste à temps pour le petit déjeuner.

« Une colite néphrétique c’est aussi douloureux qu’un accouchement. » lui avait glissé, compatissant, l’interne qui l’avait pris en charge.

En cela, Jean-Charles — bien qu’il n’eut jamais accouché de sa vie — n’en douta point. L’intensité de la souffrance était, en effet, pour lui totalement inédite et, en plus, il n’avait même pas pu bénéficier de la péridurale. Après son admission aux urgences de la Timone à Marseille, puis la désintégration à l’aide des ultrasons de l’énorme calcul du rein gauche, il fut placé dans une chambre. Il y passa le reste de la nuit à subir les spasmes de ses reins, et, à chaque passage aux toilettes, mettait bas ce qui lui semblait être des petits cailloux aussi saillants et coupants que des bris de verre. Le personnel médical avait quand même consenti à lui perfuser des puissants anti-douleurs, bien que ces derniers eurent une efficacité que le chercheur jugea très limitée.

Maintenant, les muscles froissés et toujours sous l’effet des drogues, il se sentait enfin glisser vers un repos salvateur.

Lorsqu’il en émergea, plusieurs heures plus tard, il aperçut le nez de patate écrasé de son pote Michel lui faisant face.

« T’as une sale gueule. lui glissa la voix rauque de ce dernier.
— ça n’équivaudra jamais la tienne. répliqua, d’une petite voix pâteuse, Jean-Charles, mais le meilleur ami du chercheur ne releva même pas sa pique.
— Le toubib a dit que tu t’en remettrais. Ce que je ne doute pas. Mais il a dit aussi que t’avais besoin de repos. J’ai toujours pensé que c’était une mauvaise idée d’interrompre ta retraite. Bref, tout est arrangé. Tu pars avec moi à Saint-Cyr dès ce soir. Manon est déjà en train d’aérer ta baraque. »

Jean-Charles n’avait pas mis les pieds dans sa petite maison de Saint-Cyr-sur-Mer depuis l’été dernier.
Il y avait fait un bref passage pour se réapproprier un peu de sa vie d’avant, celle de retraité.

Une photo apparue sur l’écran de son mobile avait brutalement interrompue cette dernière. Cela remontait maintenant à plus de deux ans…
Depuis ce jour où il avait accepté de partir en Mongolie.
Depuis qu’il avait fait la découverte de sa carrière. De sa vie même.

Jean-Charles avait ensuite accepté l’offre de l’Institut d’Étude du Neandertal où, désormais, il découpait, mesurait, pesait, et répertoriait les muscles, les organes, les tendons, les os et tous les autres tissus composant un corps humain de type néandertalien dont les anciens propriétaires – objets de la découverte de sa carrière – avaient eu l’extrême bonté de lui léguer après leur trépas. Et même Gérard, son ami, son merveilleux Cyrano, jouant si bien de son harmonica et qui, jusqu’ici, ayant eu l’audace de rester vivant et caché pour se soustraire à l’ignoble dissection, avait fini par lui confier sa dépouille exsangue.

Poignardé derrière un bar mal famé, le rein gauche horriblement meurtri.

Tout comme celui de Jean-Charles. Poignardé par un calcul.

C’était trop gros pour être une coïncidence. Ce calcul était-il le fruit d’un punition divine ? Ou l’expression symptomatique de sa culpabilité mal assumée ?

Pour l’instant, le paléontologue ne détenait pas la réponse, mais il lui sembla qu’il était effectivement crucial de quitter Marseille pour St-Cyr-sur-Mer.

Publicités

Auteur :

Grande blogueuse devant l’Éternel. Tombée dans WordPress quand elle était pet... Non quand elle a appris que ça ne serait pas du coton pour procréer. On était en 2008... Depuis, elle a eu un Plumeau grâce à une FIV IMSI. Depuis, elle continue d'écrire ici sa vie de maman et d'apprentie écrivaine.

4 commentaires sur « Blizzard – 7ème nouvelle du projet Bradbury – Partie 4 »

  1. Bon, j’attends toujours la suite avec impatience mais je voulais te signaler qu’il y a deux prénoms dans ton histoire qui me parlent tout particulièrement 🙂

Laisser une réponse

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s