Publié dans Des choses et d'autres

Vivre les belles choses (pour tenter d’oublier les moches)

Samedi 14 novembre, la matinée est belle et ensoleillée. On va préparer le biberon du matin. On câline le Plumeau un peu plus longtemps que d’habitude et avec plus d’empressement aussi. On l’installe devant la télévision face à Peppa Pig. On sort dehors profiter du soleil. Plumeau adore sauter à la Marelle. Il a fait deux tours de toboggan. On immortalise (encore) ces instants sur son smartphone (d’ailleurs, on ne compte plus les photos du môme sur le toboggan. La seule chose qui change au fil de ces photos, c’est lui qui grandit.). On va récupérer les colis Oxyb*l (cadeaux d’anniversaire et de Noël réunis du môme). On cache les colis sous le lit parental.

[Et surtout, on n'allume pas BFM TV pour faire le compte des victimes : on sait qu'il y en a déjà trop...]
[Et surtout, on oublie le texto de 2h du mat des petits bilingues pour signaler la fermeture du centre en raison de l'ETAT d'URGENCE]
[Et surtout, on oublie le mot "guerre" prononcé et reprit par l'ensemble de la classe médiatico-politique, alors qu'en janvier dernier il n'en était pas question... A l'époque, il fallait être on était tous "JE SUIS CHARLIE", vous vous rappelez.]
[Et surtout, on oublie qu'on n'a pas dormi de la nuit parce qu'on entendait sans cesse les hélicoptères et les sirènes mais aussi parce qu'on avait les boules]
[Et surtout, on évite de regarder la tête des passants complètement traumatisés]

Lundi 16 novembre, on dépose le Plumeau à sa crèche. Gros câlins et bisous. Au-revoir qui s’éternise. Plus que d’habitude.

[Et surtout, on oublie qu'on pourrait ne plus le revoir parce qu'on pourrait croiser le chemin d'un intégriste...]

On profite du soleil pour préférer la marche au grand air plutôt que la ligne 13 hyper bondé.

[Et surtout, on oublie qu'en plus de croiser éventuellement un terroriste sur son trajet, on doit se dépêcher car on doit être présente à une réunion de travail exceptionnelle du fait des événements.]

Non, vraiment, il fait beau. Exactement comme hier. On repense à sa sortie de la veille à la ferme pédagogique. Plumeau a caressé des chèvres, s’est extasié devant des oies, des canards, des coqs et des poules. On regarde les photos sur le smartphone.

[On préfère, sur le moment, oublier la minute de silence et la Marseillaise.]

Mercredi 18 novembre, c’est ensemble (George et moi) qu’on dépose le Plumeau à la crèche. Aujourd’hui c’est un jour particulier. C’est son anniversaire. Il a deux ans. Aujourd’hui, le monde cruel n’aura aucune emprise sur lui. Il va faire son goûter d’anniversaire. Il va chanter « Joyeux anniversaire ». Comme il fera encore beau, il va jouer dehors dans la petite cour intérieure, et c’est encore dehors, qu’on le récupère. Heureux. C’est tout ce qui compte.

[ET surtout, oublier l'assaut de Seine-St-Denis... Et surtout, oublier qu'il y en a au moins encore un qui court dans la nature et puis, que de toute façon, même si on le choppait, d'autres sont là pour prendre la relève. A tout moment...]

Dimanche 22 novembre, on va fêter deux anniversaires. Celui du Plumeau pour ses deux ans, et celui du George pour ses quarante ans. Il y aura deux gâteaux (un fondant au chocolat avec des petits cœurs en sucre et un gâteau aux pommes sans œufs) . Il y aura deux bougies : 40 et 2. George et Plumeau vont souffler leurs bougies ensemble après un « Joyeux anniversaire Plumeau-et-George ! » chanté en cœur. Tout le monde sera là. Celle dont on espérait le plus sa présence, après plus d’un mois d’hospitalisation, est là. La maman du George. La Titis (mamie en kabyle) du Plumeau. Il y aura des enfants, des rires, des bisous, des cadeaux, du champagne, des regards plein de tendresse, des photos un peu loupés mais surtout une bien jolie fête d’anniversaire pour George et Plumeau…

[Et surtout, oublier le reste...]

 

 

Publicités

Auteur :

Grande blogueuse devant l’Éternel. Tombée dans WordPress quand elle était pet... Non quand elle a appris que ça ne serait pas du coton pour procréer. On était en 2008... Depuis, elle a eu un Plumeau grâce à une FIV IMSI. Depuis, elle continue d'écrire ici sa vie de maman et d'apprentie écrivaine.

6 commentaires sur « Vivre les belles choses (pour tenter d’oublier les moches) »

Laisser une réponse

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s