Publié dans Des choses et d'autres, Maman d'un Plumeau

Le Plumeau volant #4 (le retour d’une première expérience)

Tout d’abord, je vous souhaite une très heureuse année 2015 en espérant que les galériennes auront ce qu’elles désirent le plus au monde.

Les trois précédents volets concernaient les informations que j’avais pu glaner et les questionnements que je me posais concernant les voyages en avion avec un bébé.

Maintenant que nous sommes revenus de notre lieu de vacances, je peux faire un premier retour d’expérience dans ce dernier opus de la rubrique « Un Plumeau volant ».

Tout d’abord, comme il a été spécifié sur le site de la compagnie aérienne, la poussette nous a été subtilisée dès la phase d’enregistrement. Orly n’est pas poussette friendly. Ce ne fut pas le cas, lors de notre retour à l’aéroport sévillan où on a pu garder la poussette jusqu’aux portes de l’avion. En revanche, une fois devant la porte de l’avion, la pliko mini a refusé de se plier correctement pour une raison que j’ignore (ou du moins je pense que la loi de Murphy s’est clairement manifestée). On a donc abandonné la poussette à moitié pliée puisque manifestement on gênait (mais personne, pas même le personnel, ne s’est proposé de nous aider alors qu’on avait que deux mains et un lardon en porte-bébé…).

Côté sécurité à Orly, la bouteille d’eau et les petits pots ont bien été séparés et examinés à part et restitués. A partir du moment où on précise que c’est pour un bébé et qu’on montre le lardon, il n’y a aucun souci.

Au retour, point de séparation des liquides et aliments pour bébés. Tout est passé sur le même tapis roulant. Plus laxistes les espagnols en terme de sécurité ? Ou plus cools envers les familles ?

Pour ce qui concerne l’embarquement, à l’aller, nous avons pu passer en priorité mais au retour, et ceci malgré le grand nombre d’enfants en bas âge, c’était sauve qui peut. Les hôtesses au sol n’ont rien fait pour faire respecter ce droit, donc nous n’avons pu que nous installer en bon dernier dans l’appareil…

Côté placement dans l’avion, nous étions effectivement placés côté hublot pour les deux vols. A l’aller, un homme était placé côté couloir et a tenu à préserver sa place, ceci malgré le fait qu’il aurait pu se déplacer à la rangée juste devant nous. Aussi, je n’ai guère eu de scrupules à le déranger. Il savait à quoi il s’exposait ! Au retour, nous avions eu plus de chance et avons pu bénéficier de la place vacante mais le Plumeau préférait quand même les genoux de ses parents 😉

Côté sécurité, l’hôtesse nous a effectivement distribué la ceinture de sécurité spéciale pour lardon voyageant sur les genoux ainsi qu’un kit de survie à savoir un gilet de sauvetage qu’il fallait je cite « obligatoirement placé dans le filet du siège devant soi », or, sachant que j’avais à peine de quoi y glisser un biberon ainsi que mes genoux et les pieds du lardon, vous pensez bien que je me suis gardée d’obtempérer. Le kit a été rejoindre le sol. Comme on ne m’avais pas expliquée comment fixer la seconde ceinture de sécurité (et que je ne me souvenais plus non plus puisque c’est expliqué dans voyage baby), j’ai opéré comme je le pensais en fonction de ma logique et en fait ce n’était pas comme ça. Il fallait passer sa propre ceinture dans la boucle de la ceinture du bébé.

Les phases de décollage et d’atterrissage n’ont pas été un souci : Plumeau supporte assez bien le problème de pression inhérent à la montée (ou descente) en altitude. Il n’a pleuré que quelques secondes à son premier décollage. Il a adoré son premier atterrissage (pour le second dans le vol retour, il dormait profondément).

Maintenant, je suis sûre que vous brûlez de savoir si le lardon a été sage.

Et bien, oui, ça a bien roulé dans l’ensemble. On a pu gérer ses moments d’ennuis avec un livre sonore (même si on n’entendait quasiment pas les animaux dû au bruit ambiant), le sac à vomi et les règles de sécurité à bord (coucou Lara !) puis l’Iphone et on a pu gérer ses fringales avec des boudoirs, un biberon, une compote et même du pain !

En revanche, le manque de place devenait difficilement supportable pour lui au fur et à mesure du vol, je voyais bien qu’il avait envie de s’allonger et d’étendre ses jambes, or ce n’était tout simplement pas possible (du moins à l’aller). Lui, comme moi, on commençait à s’ankyloser. Deux heures de vol, c’était donc bien suffisant dans ces conditions. Au retour, il a manifesté clairement son mécontentement parce qu’il cherchait son sommeil qu’il a fini par trouver au bout de 10 longues minutes (le voisin juste devant nous s’est d’ailleurs félicité d’avoir emmené ses bouchons d’oreille). En effet, c’est plutôt ardu de dormir quand la lumière crue vous tombe sur les yeux et avec l’ambiance sonore particulièrement lourde de l’appareil.

Au final, je retiens que ça s’est plutôt bien passé et que pour le prochain vol, je n’hésiterais pas à payer une place à part entière pour le lardon comme ça, il pourra en plus bénéficier de son bagage à main et croyez moi ce n’est pas du luxe !

Publicités

Auteur :

Grande blogueuse devant l’Éternel. Tombée dans WordPress quand elle était pet... Non quand elle a appris que ça ne serait pas du coton pour procréer. On était en 2008... Depuis, elle a eu un Plumeau grâce à une FIV IMSI. Depuis, elle continue d'écrire ici sa vie de maman et d'apprentie écrivaine.

11 commentaires sur « Le Plumeau volant #4 (le retour d’une première expérience) »

  1. Super ce voyage et merci pour le récit, ça m’intéresse !!! Vu que j’ai pas tout suivi, votre vol c’était un combien de temps ?
    Bises

      1. Ah yes, vu ! Et moi qui rëve d’un vol de 8h aux 9 mois de La Lueur… Tu veux pas tester avant moi :-). Bon en tout cas c’est top ces infos ! Ici ca va. Demarrage d’année à fond… Des bisez

  2. Très bonne année à toi aussi. Contente de voir que le premier vol du plumeau s’est bien passé. Nous on teste le transport avion en Avril (10 mois). Pour les fêtes, on a testé le transport train, à améliorer.
    Merci pour tous tes bons conseils.

    1. J’ai oublié de dire qu’on a testé les wc de l’avion pour changer le lardon et en fait on n’y est allés pour rien il n’avait rien fait. Il a dû péter lol

Laisser une réponse

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s