Publié dans Des choses et d'autres

Lettre à sa fille… (où comment le Québec envisage de laisser tomber les couples infertiles)

Je lis toujours les blogs PMA. Même si je commente peu.

Souvent parce que j’ai l’impression de ne plus en avoir le droit. Moi qui suis maintenant du bon côté de la barrière.

Parfois, il faut bien l’avouer, parce que mes préoccupations sont devenues désespérément triviales (la vie quotidienne super transcendante tout ça tout ça).

Et bien sûr, le corollaire de tout ça, c’est que je n’ai plus écrit un seul billet traitant de l’infertilité et de la PMA depuis un bail.

Aujourd’hui, je déroge à la règle.
Parce que ce que je lis depuis un petit moment dans la blogosphère québecoise me heurte. J’ai découvert que le gouvernement québecois remet sérieusement en question la gratuité de la procréation assistée.

Ce n’est pas encore voté mais c’est en passe de l’être…

Quand je lis les commentaires des articles traitants de cette réforme, bien entendu, les infertiles trouvent peu de soutien auprès du reste de la population (les fertiles donc) qui arguent, en gros, qu’ils en ont marre de payer avec « leurs impôts » et qu’après tout, « les enfants, c’est pas de la marchandise » et « puis qu’il y a plein d’enfants malheureux sur Terre et qu’ils ont qu’à adopter »… Juste à vomir quoi ! (Mais bon, vous connaissez la chanson)(L’infertilité, LA maladie qui génère le moins d’empathie).

Si vous voulez en savoir plus : Loi 20 sur la procréation assistée du blog Emotionsinvitro.

Et sinon, le billet qui m’a fait serrer la gorge. Celui de Marie-Eve qui écrit à sa fille, conçue par FIV, et qui lui explique que le gouvernement actuel souhaite mettre fin au programme qui lui a permis de voir le jour.

Je me suis beaucoup plainte de la PMA en France. Et c’est vrai qu’il y a des raisons de se plaindre…

Mais j’ai bien conscience que sans la prise en charge à 100% par la sécu de mes FIVs, je n’aurais jamais tenté autant de fois (5 fois… Enfin… 3 fois pour la sécu) et que je serais passée à côté de mon magnifique petit Plumeau.

Publicités

Auteur :

Grande blogueuse devant l’Éternel. Tombée dans WordPress quand elle était pet... Non quand elle a appris que ça ne serait pas du coton pour procréer. On était en 2008... Depuis, elle a eu un Plumeau grâce à une FIV IMSI. Depuis, elle continue d'écrire ici sa vie de maman et d'apprentie écrivaine.

16 commentaires sur « Lettre à sa fille… (où comment le Québec envisage de laisser tomber les couples infertiles) »

  1. Merci pour ce soutien Plume!

    Ça fait toujours chaud au coeur de voir que, même de l’autre côté de l’océan, on a des alliées!

    Et surtout, merci d’avoir partager la « Lettre à ma fille ». Ça me touche énormément!

  2. Tout simplement révoltant… ceux qui en ont marre de payer la PMA avec leurs impôts devraient réfléchir que ce sont les enfants nés aujourd’hui et demain – par PMA ou naturellement – qui paieront leur retraite et leurs soins en fin de vie.
    Et au delà de ces aspects économiques, que fait on du droit d’avoir un enfant? Quelle régression…

  3. mon Dieu, j’ai eu la nausée, et je ne dis pas ça de manière métaphorique, en lisant les commentaires sur cet article sur radiocanada…
    je n’ai pas tout lu car les larmes me montaient aux yeux… quasi pas un com de soutien !!
    bj la mentalité des gens c’est juste odieux! je leur souhaite bien des choses à ces gens là… monde de merde

  4. Tellement facile d’enlever des droits, des avancées, des services… à ceux qui n’ont pas pour acquis certains biens, dont celui de procreer sans soucis. La methode bouc emissaire, plutot que la methode « moi j’ai donc je t’aide toi qui n’a pas », marche encore et toujours, ca me revolte….

  5. Alors je peux vous parler du pays de Neandertal dans lequel je vis… (Indice hyper pointu: la patrie de Roger Federer). Ici rien n’est pris en charge et, cherry on the cake, la congélation des embryons est interdite. Je vous laisse, j’ai un mammouth à dépecer!!

    1. Vraiment!!!
      Il y a toujours pire ailleurs, hein… Je n’en reviens tout simplement pas pour la congélation des embryons! Un autre truc qui me révolte en ce bas monde!
      J’espère que vous passerez bientôt au 21e siècle…

      1. Comme ça, on te fait faire des FIV pour produire plein d’ovocytes,tu obtiens pleins d’embryons, tu te tapes un négatif et on jette tes embryons surnuméraires. Et donc tu recommences un long protocole médicale. Quelle nullité !

  6. En fait on ne jette pas des embryons, on congèle des « ovules imprégnés ». C’est-à-dire que le noyau du spermatozoïde est entré dans l’ovule mais n’a pas encore rencontré le noyau de l’ovule… Du coup c’est pas encore un être humain, pas ce que j’imagine que s’ils ont fusionné il y a déjà une âme…!!!

  7. coucou suis du pays de juju et effectivement rien n’est remboursé ici tout est à notre charge en ce qui concerne les FIVS. Pour les insés 3 peuvent être prises en charge par l’assurance de base mais comme ici on a un système de franchise, celui qui a une franchise élevée paie de sa poche. Pour la fiv la moyenne c’est 10000F suisse. Et effectivement les embryons ne sont pas jetés ils sont conservés au stade de zygote, il y a fusion mais pas développement de cellules et le max est de 5 ans pour la conservation des zygotes. Ensuite, je pense que tout est question de mentalité. La france (je suis française à la base) a une culture du « tout m’est dû », en suisse ce n’est pas le cas. Aucune chance qu’un jour ici ce soit remboursé les fivs. Le peuple refuserait à 80%. Juste pour info, le peuple a refusé une sixième semaine de congé payé, inutile de dire qu’en france cela aurait été accepté à 99% 😉

Laisser une réponse

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s