Publié dans A propos de nulliparité, Un peu de féminisme

Se faire payer la congélation et l’autoconservation de ses ovocytes par sa boîte on en parle ?

Au risque de choquer j’avoue que j’aurais bien aimé que ma boîte a l’instar de FB et Apple me fasse cette proposition lorsque j’avais 27-30 ans.

Parce qu’il faut bien avouer que j’aurais eu une période bien plus sereine dans ma vie si j’avais eu cette assurance là : une vingtaine (voire une trentaine) d’ovocytes.

Je ne me serais jamais mis la pression (appelons un chat un chat) pour :

  • obtenir un CDI
  • trouver le géniteur (appelons un chat un … Oui ! Bonne réponse !) avant l’âge canonique (35 ans en terme de fertilité. 40 ans si j’ai de la chance et un bon taux AMH  )

Chez moi, on est loin du cliché de la femme carriériste (apparemment c’est une insulte d’être carriériste)(surtout pour une femme)(mais bon passons !) parce qu’on ne peut pas faire moins carriériste que moi.

Mon ambition ultime ça a été de devenir fonctionnaire sans responsabilité hiérarchiques car au moins je m’assurais un emploi à vie. Une tranquillité bien méritée après des années de galère (CDD1, CDD2, CDD3 etc.)
Voilà pour ma carrière…
Et puis entre nous à la sortie de la fac (et même avant) j’avais déjà compris qu’en tant que femme je n’échapperai pas au fameux plafond de verre et mes premières expériences professionnelles me l’ont confirmée que trop bien.

Non, moi si j’avais eu des ovocytes stockés au congel j’aurais pu parer à l’éventualité de me retrouver encore célibataire à 40 ans et je me serais consolée en me disant que c’était pas grave : j’avais 30 ovocytes de moi-même congelés 15 ans plus tôt. Et vive les transferts d’embryon obtenus avec du sperme d’un donneur et de mes ovocytes décongelés !

Oui, avoir ses propres ovocytes congelés ça aurait été une vraie « assurance-vie » contre les aléas de la vie sentimentale notamment. Pas pour faire avancer ma carrière !

Et je pense que je n’aurais pas été la seule à apprécier de posséder son petit stock d’ovocytes.

Parce que :

  • Une femme n’est jamais à l’abri d’un mec qui la fait lambiner pendant des années.
    « C’est trop tôt »
    « Je ne suis pas prêt »
    « Faut profiter de la vie, attendons  »
    « T’es sûre ? Avec la conjoncture actuelle… »
  • Une femme n’est jamais à l’abri d’un mec qui lui fait croire qu’elle est la bonne et que « oui bien sûr que je te ferais un gosse » alors qu’en fait il en a déjà eu d’une précédente union…Donc bon… Pffff quoi ! Ce n’est pas sa priorité. Et puis ses gosses à lui devraient lui suffire non ? Pourquoi elle en veut ?
  • Une femme n’est jamais à l’abri d’un mec qu’elle aura entretenu financièrement pour se retrouver à l’aube de la quarantaine larguée par ce même mec qui aura été voir ailleurs (et faire un gosse à une autre au passage).
    Je connais deux supers nanas dans cette situation dans mon entourage proche.
    Deux supers nanas qui se sont retrouvés à 39ans le doigt dans la bouche et l’autre au c@@ on va dire.

Alors quand c’est présenté par les médias comme le super moyen pour les femmes de pouvoir enfin faire carrière c’est hyper-réducteur.

La plupart des femmes qui se retrouvent « le bec dans l’eau » à l’aube de la quarantaine c’est parce qu’elles n’ont pas trouvé « chaussures à leurs pieds ». Pas parce qu’elles ont choisi de privilégier leur carrière (et c’est d’ailleurs fort dommage !).

Se retrouver sans enfant à l’aube de la quarantaine c’est souvent plus dû aux accidents et aux opportunités qui ne sont jamais présentées que par choix de vie.

Les femmes sont quand même bien conscientes qu’à 40 ans ça marche beaucoup moins bien, non ? (même avec la pléthore de people affichant le babybump à plus de 40 ans)

Donc pouvoir congeler et auto-conserver ses propres ovocytes c’est une réelle chance.

Pour en revenir à ma pauvre petite personne, lorsqu’on a appris pour l’OATS du George, j’aurais été bien rassurée de savoir qu’en plus des ovocytes que je produirai via la PMA je disposais en plus d’un stock de trente ovocytes de moi-même 5 ans plus tôt (et même que j’aurais été plus confiante qu’en à l’issue de notre combat).

Peut-être même que si on avait directement décongelé quelques ovocytes et fait féconder ces derniers avec les zozos minables de mon George on aurait eu un +++ tout de suite (parce que des ovocytes de 30ans ça répare mieux les anomalies génétiques d’un zozo cotorep qu’un ovocyte de 35 ans non ?)

Ou alors lorsqu’à 37 ans après m’être rendue compte que la réponse ovarienne était loin d’être aussi optimale pour fiv2 alpha (1 ovocyte et zéro embryon) que pour fiv1 (14 ovocytes 6 blastos : youhou !) j’aurais certainement dégainé mon joker : décongeler quelques ovocytes de moi-même sept ans plus tôt.

Et même que si j’en avais eu la claque de stimuler mes ovaires avec des doses de gonal pour jument pour que dalle, j’aurais pu choisir de suivre un léger traitement hormonal juste pour préparer mon endomètre et lancer la décongélation de mes ovocytes et les faire féconder.

Alors quand on me parle de problème d’éthique sur le fait qu’on permette à une femme de pouvoir enfin être à égalité avec un homme sur la procréation tardive (et encore… une égalité très relative puisqu’on ne verra jamais une femme se lancer dans une grossesse passée 45 ans)(ou alors elle est folle suicidaire) ça me gonfle !
Bizarrement ça ne pose aucun problème éthique qu’un homme de 80 ans engrosse une jeunette et devienne père. On trouve ça charmant.

Faut croire que les soucis d’éthique liés à la PMA ne sont liés qu’à un seul sexe (un peu comme le fait que ça ne soit pas bien vu d’être carriériste).

Alors, en France (pays du droit de l’Homme et surtout de l’homme), les médias s’offusquent,  les gens bien-pensants (les fertiles surtout) s’offusquent et poussent de hauts cris d’orfraie.

Mais ne vous inquiétez pas, gens bien-pensants, jamais on ne verra dans notre beau pays une boîte proposer à ses employées féminines de financer la congélation et l’auto-conservation de leurs ovocytes parce que des Messieurs d’un comité d’éthique veillent au grain.
En France, plutôt que de proposer aux femmes l’auto-conservation de leurs ovocytes, on préfère voir ces dernières partir à l’étranger faire leur gosses avec des ovocytes d’une autre…

P.S. : je me doute bien qu’avec ce billet, je ne vais me faire que des amies.

P.S.2 : on se doute bien qu’avoir un stock d’ovocytes au congel ne garantie en rien le lardon à l’arrivée (même si mes propos ont tendance à le laisser penser). Avoir des ovocytes c’est bien, mais faut que le reste marche aussi… Et je ne pense pas que FB ou Apple soient ok pour financer des traitements PMA, voire des traitements PMA au long cours mais bon, ces dames auront fait carrière (soit disant) et pourront se les payer…

Publicités

Auteur :

Grande blogueuse devant l’Éternel. Tombée dans WordPress quand elle était pet... Non quand elle a appris que ça ne serait pas du coton pour procréer. On était en 2008... Depuis, elle a eu un Plumeau grâce à une FIV IMSI. Depuis, elle continue d'écrire ici sa vie de maman et d'apprentie écrivaine.

19 commentaires sur « Se faire payer la congélation et l’autoconservation de ses ovocytes par sa boîte on en parle ? »

  1. Ne m’en parle pas ! J’ai vu cet article et j’ai automatiquement pensé à notre beau pays des droits de CERTAINS hommes qui en est encore à manifester contre la PMA et s’offusquer que tous les hommes aient les mêmes droits (oh my god, après les noirs les homos veulent des droits civiques c’est quand même dingue !). Oui c’est sûr, comme tu dis, notre beau pays veille au grain…

  2. D’après ce que j’ai lu, Apple et FB participent aussi aux frais d’éventuelles FIV. incroyable mais vrai !
    Pour le fond de ton article, je m’interroge depuis ce matin et je n’arrive pas à me faire une opinion tranchée. Le mélange perso/pro me dérange et en même temps, je suis persuadée que la congélation est LA solution pour beaucoup de nanas.
    Bref, je suis partagée (pour changer :))

    1. Pour moi c’est la solution. Après que ça soit remboursée intégralement par la sécu, on ne peut pas se le permettre mais je pense que c’est un investissement que pas mal de femmes feraient malgré tout même si ça devait signifier un sacrifice financier pendant quelques temps.

  3. Moi je reste ton amie car je suis d’accord en tous points, j’aurais aimé avoir cette option plus jeune et ne pas avoir à m’en servir, mais les mentalités évoluent lentement surtout par ici.
    J’espère qu’un jour ce sera proposé à toutes les jeunes femmes et remboursé par la sécu…
    Par ailleurs, je crois que FB et Apple prennent en charge la PMA. Ma boîte qui est américaine le fait aux US car ils pensent que c’est important d’avoir un équilibre vie pro et vie perso pour être plus performant… Ici je suis beaucoup plus soutenue depuis que j’ai une boss américaine, ça change vraiment ma façon d’aborder les traitements, je suis beaucoup plus zen de ne pas avoir à stresser pour les absences au boulot, après tout le job est fait, c’est juste une question d’organisation 🙂

    1. C’est fou ! J’aurais pensé qu’avec une direction américaine on était plus sous pression et donc que les côtés perso on n’avait plutôt intérêt à les mettre entre parenthèse. Tu as de la chance de pouvoir vivre tes traitements en te sentant soutenue.

  4. Alors moi je suis absolument pour l’auto conservation des ovocytes, ça me semble vital, c’est un sacrée assurance pour toutes les raisons que tu évoques. Même si ce n’est pas l’assurance a 100% que ça suffira le jour J. En revanche, j’avoue que j’ai été assez sceptique voire un peu choquée de l’article quand je l’ai lu hier. Je crois qu’on mélange tout, qu’on amalgame conservation d’ovocytes a vie professionnelle, que le côté financement par l’employeur est carrement malsain.
    Pas sûre que ça aide a faire évoluer les mentalités malheureusement… Affaire a suivre en tout cas…

    1. Oui en fait c’est bien ça le souci c’est qu’on mélange évolution pro avec un souci très intime. La conservation des ovocytes ça ne va pas servir qu’à asseoir sa carrière ! Je pense même que c’est la dernière raison qui va pousser une femme de 30 ans à se lancer dans cette procédure.

  5. Ce qui me choque :
    – l’intrusion dans la vie privée de l’employeur. Un peu comme si l’employeur disait : là Mme vous voyez on a besoin de vous (bien sur les femmes seront volontaires, le même volontariat que pour le travail du dimanche) donc on a pensé qu’il serait bien pour vous/nous de décaler votre grossesse (et soyon cynique, pourquoi ne pas proposer alors l’avortement si l’affaire est déjà lancée…)
    – l’idée sous jacente que personne ne soulève, à savoir que TRAVAIL et MATERNITE sont incompatibles. Et que la gestion de cette incompatibilité incombe à la FEMME, à la MERE. Le père walou, tout va bien pour lui… Une étude faite sur les CV montrait même que pour un homme avoir des enfants avait un effet positif (cela installe un homme établi), alors que pour une femme c’est un facteur pénalisant (bien connu). Que de préjugés à faire sauter ! Soit disant une mesure pour attirer les femmes ! Dans ce cas pourquoi ne pas mettre en avant les mesures qui aident vraiement la parentalité (et donc les femmes aujourd’hui) : le télé-travail, les aides pour les gardes d’enfants, les aménagements du temps de travail…
    – Dernière question subsidiaire : si la femme démissionne l’employeur a un droit de regard sur les ovocytes puisqu’il les a financés … ?! Je provoque mais je trouve le mélange des genres très dangereux.
    Après je conçois que l’enjeu financier soit attractif, mais il faut penser à sa liberté individuelle…

  6. moi j’ai demandée la congélation de mes ovocytes à mon chirurgien en 2004, quand j’avais 31 ans, après ma première opération d’endométriose. A l’époque, il m’a dit que ça n’était pas encore au point niveau résultats.
    Et c’est bien dommage, parce que j’ai 10 ans de plus, des ovaires multi opérés, des ovocytes pas top, et pas d’enfant malgré les fiv. Ca me rend amère…

  7. Je ne vois pas pourquoi l’employeur et donc les actionnaires et même les autres employés puisqu’ils ont moins de chance d’être augmentés si l’employeur réalise des dépenses sans lien direct avec l’objet social
    devraient participer au financement de ce qui est strictement personnel. Si vous voulez congeler vos ovocytes, pourquoi pas ? ça paraît une bonne idée, mais pourquoi ne pas le payer vous-même ?

    1. Rassurez-vous, Madame, ça ne risque pas d’arriver en France. Ces offres restent strictement marginales et aux USA. J’imagine que Apple fait ce type de proposition pour attirer des cadres. Et puis, en France, même si on voulait se les payer ses congélations d’ovocytes, on n’y a pas droit. Il faut une réelle raison médicale comme une traitement altérant votre fertilité (anticancéreux).

Laisser une réponse

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s