Publié dans Des choses et d'autres

La trentaine « PMA »

Ce weekend, ma mère m’a envoyée un texto pour m’annoncer que ma cousine de 10 ans ma cadette était enceinte de trois mois.

Faut savoir que depuis le séjour estival chez mes parents et le gros clash avec ma mère je ne lui parle plus (faudra écrire un billet à ce sujet). Mais malgré mes efforts pour faire radio morte, ma mère s’évertue à m’envoyer un texto chaque weekend comme si de rien n’était (comme si elle ne m’avait jamais pourri mes vacances par exemple…) (bref tout est normal).

Fin de la parenthèse.

Je disais donc, comme si tout allait bien, ma mère m’apprend que mon oncle a été opéré et que ma cousine est enceinte de trois mois.

Ma première réaction a été : « Super ! Le ou la bébé et Plumeau seront assez proches en âge, ils pourront jouer ensembles » (on voit que l’aigritude est bel et bien parti).

J’ai donc envoyé un texto de félicitations à ma cousine dans la foulée pour échapper à la tension palpable entre moi et ma BS en pleine couvade koala

Ma seconde réaction a été : « N’empêche, si je n’avais pas eu Plumeau, ça aurait un sacré coup de massue. Ma cousine c’était la dernière. Elle a 10 ans de moins que moi. J’aurais été la dernière de la famille sans enfant.  Punaise… ça aurait été hyper dur à encaisser et tout ça en plein travail de deuil d’enfant. »

D’ailleurs, autre parenthèse, si la PDS avait été négative signant la fin de la PMA, l’année 2013-2014 aurait été particulièrement coton à gérer puisque toutes les nièces de mon mari à peine mariées sont tombées enceintes (genre en C1, C2 ou C5). Une vraie hécatombe… Il nous aurait fallu, en plein deuil de projet parental, faire face à trois annonces de grossesses, trois visites chez les heureux parents, trois cadeaux et trois « Oh !Qu’il/elle est mignonne. Félicitations ! » et, cela, sans compter l’inévitable question « Et alors vous, c’est pour quand ?« . Bref.

Fin de la seconde parenthèse.

 Et, puis, j’apprends la nouvelle au George. Ce dernier me demande quel âge a ma cousine. Je répond : 29 ans. Je rajoute : Elle est dans la moyenne je crois. Puis au bout d’un moment de silence, je rajoute : Pffff, à 30 ans, j’étais célibataire, on ne se connaissait même pas.

On s’esclaffe. Puis, le George rajoute : Ouais mais t’as commencé à 31 ans…

Moi, interloquée : Commencer quoi ?

Lui : à faire les essais bébés.

Moi : Nan mais tu perds la boule ! A 31 ans, je ne te connaissais toujours pas. On s’est mariés à 34 ans.

Lui : Non à 32 !

Moi : Mais non…

Lui : Ben si…

Moi, après réflexion : Donc les réels essais bébé c’était vers 32-33 ans…

George : oui…

Moi : Et on a réussi quand j’avais…

Lui : 38 ans.

Punaise… J’ai passé ma vie à la conception et à la PMA entre 32 ans et 38 ans. Autant dire que ma trentaine a été remplie que par ça !

Tout d’un coup, je me suis prise en plein dans la gueule le boomerang de l’infertilité.

Oui… Quasiment toute ma trentaine n’a été porté que par la conception d’un enfant … Pendant que d’autres tombent enceintes en couchant une fois…

Publicités

Auteur :

Grande blogueuse devant l’Éternel. Tombée dans WordPress quand elle était pet... Non quand elle a appris que ça ne serait pas du coton pour procréer. On était en 2008... Depuis, elle a eu un Plumeau grâce à une FIV IMSI. Depuis, elle continue d'écrire ici sa vie de maman et d'apprentie écrivaine.

18 commentaires sur « La trentaine « PMA » »

  1. On est « jumelles de procréation », j’ai passé la même période que toi à concevoir! Presque toute la trentaine. Mais c’est la raison pour laquelle les 40 ans qui approchent ne me font pas angoisser, puisque c’est la trentaine qui était pourrie la suite sera bien!!!
    On a un autre point commun: la relation pourrie avec notre mère. Tiens, dommage qu’on habite pas plus près our aller boire un café !!

  2. Ton post me déprime, j’ai 34 ans, 2 ans de PMA au compteur et toujours pas de bébé en vue, ça veut dire que j’en ai encore pour 4 ans ???? Heureusement que tu as eu un heureux dénouement 🙂
    Je te suivait en sous marin quand tu es tombée enceinte du Plumeau et je suis trop contente pour toi et de voir que tu fais une super maman.

    1. Zut ! Je ne voulais pas te déprimer. Je vais suivre tes aventures sur ton blog en espérant un beau dénouement très rapidement. Et bravo pour ton coming out pmesque 😉

    1. Je comprend trop bien la superstition. Oui j’ai ce sentiment là que la PMA m’a trop bouffée ce qui aurait dû être les meilleures années de ma vie. Ou alors on va dire qu’à chaque décennie vaut sa peine. A 20 ans c’est les galères de trouver une situation stable. A 30 ans la galère pour avoir un gosse. A 40… Je ne sais pas. Dans mon cas la galère pour devenir propriétaire. Bisous

  3. Ce billet me parle… forcément, moi qui ai aussi passé un sacré paquet d’années (5 quand même) à essayer de procréer pendant ma trentaine… Mais je me dis que seul le résultat compte. À ton beau Plumeau, tu pourras lui dire et lui redire combien tu l’as attendu et désiré… Bises miss.

  4. Quand je fais le décompte des années et le résultat au bout y a de quoi déprimer. Mes copines de galère sont toutes passées de l’autre côté alors peut-être que si je consacrais encore mes 10 prochaines années ça marcherait mais j’en doute. C’est très douloureux et ça restera toujours une blessure et un vide mais je vais peut-être pouvoir enfin rebondir sur cette expérience et savourer les 10 prochaines années différemment… sans attente

    1. C’est vrai que c’est douloureux le décompte du temps qui passe. J’espère pour toi que tu arriveras à profiter de ta prochaine décennie. Tu as raison sur le fait que l’attente (et l’espoir) peut se révéler être un poison qui t’empêche de vivre chaque jour. Biz

  5. C’est vrai que ça fait peur quand on regarde en arrière, mais dans ton cas le dénouement est heureux, donc je suppose que c’est un peu moins difficile à encaisser… même si on n’oublie jamais toutes ces galères, j’en suis certaine ! J’ai commencé les essais à 29 ans, je vais sur mes 32, et j’ai passé mon anniversaire de 30 ans à pleurer 2 FC et celui de 31 aux urgences à soigner une GEU. Je ne sait pas si l’infertilité a bouffé mes plus belles années (j’espère que non) mais en tout cas elle m’a pris mon insouciance.
    Je te souhaite le meilleur pour la suite !

    1. C’est vrai que l’insouciance s’est perdu pour chacune d’entre nous. J’espère un beau dénouement pour toi aussi (et plus vite que pour moi) et surtout que t’arrives à retrouver un peu de légèreté.

  6. Essais bébés à 31 ans. 38 ans dans 4 mois.
    Entre les 2, ben la PMA.
    Rencontre avec chéri à 30 ans. On peut donc dire que ma trentaine a aussi été dédiée a la pma et que presque 100% de notre vie commune aussi…
    Bim ! Dans ma face

  7. Moi aussi, la trentaine PMA… Celles qui ont fait des gosses trop facilement ont passé leur trentaine à pleurnicher que la vie est dure avec les mains dans le caca, passeront leur quarantaine à gaver la galerie avec les photos de leurs ado qui leur en fait baver à la maison et se réveillent à la cinquantaine en disant putain, mais j’ai fait quoi de ma vie?

    Nous, on a eu la trentaine PMA. Ok, c’est un peu la loose et on s’en serait passé, mais on s’est fait des copines et on a grandi et moi personnellement je pense être devenue une meilleure personne, plus empathique, même si j’ai des côtés très aigris.

    1. C’est vrai qu’on a eu une trentaine « riche » et j’avoue que ma vie sociale d’infertile aigrie me manque un peu des fois parce que bon être cloitrée chez toi avec ton nourrisson ou ton 10mois-qui-râle-parce-qu’il-sait-pas-se-rasseoir c’est chiant parfois. (putain, la merdeuf qui se plaint !)(ça mérite des baffes).

Laisser une réponse

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s