Publié dans Mode dinde activé

Retour sur ma soirée cauchemardesque (mais qui se finit bien quand même)

Mardi, 17h.
Je remplace un chef à sa réunion. On arrive à la fin de cette dernière. Je me lève pour aller voir une personne et je sens un truc qui cloque. ça coule sur mon protège-slip. ça coule pas mal.
Je me rassois et je regarde discrètement l’entrejambe de mon pantalon clair. Je ne vois rien.
J’en suis pourtant plus qu’à un seul utro par jour à insérer le soir donc cet écoulement me chiffonne. La réunion se termine, je file aux Wc et là, c’est l’horreur.
Du sang ! Bien rouge. Je pisse le sang ! Le slip est ruiné et le pantalon résiste mais pas pour longtemps. Je tente de garder mon calme mais je crie quand même un « Putain, mais c’est pas vraiiiiiii ! Merdeuuuuu ! »

17H10,
Je suis sortie du boulot après avoir littéralement jeté sur le bureau de mon chef mes notes de la réunion et avoir vu que ma maternité ne fait des urgences que pédiatriques. Donc je ne sais pas trop où aller. Je ne veux pas aller à Cochin sachant que c’est l’usine. Il me faut une prise en charge rapide.
On verra plus tard que j’ai été bien mal inspirée…

17H15,
Dans le métro, debout (heureusement que j’ai mis une serviette hygiénique)… J’envoie un message au George pour lui dire la situation et mon intension d’aller à l’hôpital européen de Ballard. La dernière fois, ils avaient été super rapides pour la prise en charge du George pour son souci de genou.

17H20,
Le George m’appelle pour me donner rdv à une station de métro. Il va m’amener en voiture à l’hôpital.

17H35,
On se retrouve au point de rdv. On tente de joindre l’hôpital le plus vite sauf que la circulation est très dense. On perd pas mal de temps à chercher une place mais il faut se rendre à l’évidence c’est mission impossible. Le George me largue devant la porte des urgences et repart chercher une place.

18h,
Enfin devant l’accueil des urgences et au guichet… il n’y a personne…
PERSONNE !
Par contre c’est blindé de personnes assises qui attendent.
Le George rentre et me vois assise.
Finalement une personne apparait au guichet de l’accueil. Elle faisait un soin dans le box d’à côté. En gros elle fait double emploi…

Je lui explique ma situation, elle appelle et semble mal à l’aise. Je ressors avec un coupon et je dois aller dans un second guichet pour m’inscrire administrativement.

On m’appellera 10 min plus tard. Un interne, un externe, ? Sais pas, il ne se présente pas. On interdit au George de me suivre dans le fameux bloc d’où venait la jeune femme du guichet.

Interrogatoire où le médecin semble avoir du mal à intégrer les informations donc je suis obligée de répéter ou de corriger en permanence. Prise de la tension, glycémie, température. On me fait repasser en salle d’attente après m’avoir expliquée qu’il n’y a pas de gynéco mais qu’on peut me faire une écho quand même.

18H15,
On m’appelle enfin. Un autre médecin. Pareil, George ne peut pas venir avec moi. je suis allongée sur un brancard et le brancard est disposé dans un couloir où se trouve déjà 4 autres brancards… Je sens que ça va être long !

19H15,
Une femme médecin me prend en charge. Tout en m’auscultant et me faisant l’hématocrite, elle m’explique qu’elle ne peut pas me faire d’écho et va me renvoyer avec une lettre à Cochin.

Et là, lectrice, tu la sens ma colère là… ?

19H20,
On part à Cochin, la circulation encore plus dense qu’il y a deux heures. On a la haine.

20h,
Après un parcours dantesque, ne trouvant toujours pas de place (c’est le soir et c’est Paris donc c’est pas la peine d’espérer hein !), je suis de nouveau larguée devant Port Royal. Je ne trouve pas de suite les urgences… C’est un peu alambiqué, en fait ça doit être une sorte de test pour éloigner les fausses urgences. Si t’es vraiment motivée tu arrives à trouver les urgences…

20H15,
Je trouve enfin les urgences et deux hôtesses d’accueil me donnent deux infos contradictoires : l’une me dit d’aller aux toilettes pour remplir un gobelet pendant qu’elle s’occupe de mon inscription, l’autre me dit « non non, on s’inscrit d’abord ! » (on garde son calme mais ça ne va pas durer). Je laisse ma carte d’identité et ma carte vitale, je répond aux questions puis je vais pisser. Il me semble que le saignement c’est calmé (ça me rassure un peu) du coup je ramène un gobelet jaune orangé.

20h20,
George a trouvé une place et chose encore plus remarquable il réussit à trouver les urgences tout seul car il est impossible de capter donc mes textos pour l’informer ne passent pas. Je suis coupée du monde…

On m’invite à entrer dans un petit box ouvert où on reprend ma tension, ma température et où on vérifie le pH de mon urine.

On me dit que je peux m’assoir en salle d’attente et qu’on m’appellera.

C’est parti pour une longue attente.

Les 2 salles d’attentes sont remplies de monde. Des ballonnées, leurs conjoints, des fois même leurs parents, des valises de maternités, des enfants qui courent et jouent et qui s’occupent comme ils peuvent.

21h
J’arrive à envoyer un texto par miracle à Fabienne pour lui expliquer que j’ai dû changer d’hôpital et que j’attends cette fichue écho. Fabienne sait déjà la situation. Elle me répondra mais je ne recevrai jamais son texto tellement le réseau passe mal…

21h20
On m’appelle. Cette fois, George peut m’accompagner. La médecin semble sortie tout droit de l’école maternelle. Après interrogatoire ( date de la ponction, terme de la grossesse, antécédents, si j’ai eu des signes annonciateurs du saignements (non aucun !), si j’ai mal ? (non aucune douleur)), elle m’explique qu’elle n’est qu’étudiante et donc que je vais devoir à nouveau attendre pour que l’interne qui la chapeaute puisse valider son diagnostic et que c’est l’interne qui fera l’écho…

Là, j’ai envie de pleurer mais je tiens. La jeune fille voit que je suis à cran. Elle m’explique qu’elles ne sont que … DEUX… Pour tous les gens qui sont dans les deux salles d’attentes.

Elle et l’interne donc…

Je suis invitée à enlever le bas car elle veut mettre un spéculum. Elle n’osera pas aller jusqu’au bout. Elle bafouille et me dit qu’elle ne voit pas le col car il y a trop de sang, qu’elle n’ose pas faire de toucher vaginal car ça risquerait d’aggraver le saignement et que le mieux à faire c’est d’attendre pour l’écho. Je sens bien que pour elle c’est un début de FC et qu’elle n’ose pas me le dire. Je la trouve mignonne de vouloir me préserver. J’ai presque envie de la rassurer.

Une fois rhabillée, j’explique avec une voix qui commence à se briser que « ça serait cool quand même vu mes antécédents, vu que j’ai déjà fait un FC à 9sa et qu’on est à 9SA, de me dire combien de temps je vais encore attendre pour avoir cette écho ». La petite me regarde, comprend visiblement ma détresse et me dit qu’elle va se renseigner auprès de l’interne. Cinq minutes plus tard, elle revient et me dis que l’interne doit faire des échos à deux patientes et qu’ensuite c’est mon tour. Nous en avons pour maxi une demi-heure d’attente. Comme l’étudiante suppute une FC sans vouloir me l’avouer, elle me dit avant que je rejoigne à nouveau la salle d’attente que je dois alerter si je me sens mal.

En salle d’attente, je trouve une ballonnée assise sur une chaise et visiblement très mal. Elle a 38,6 °C, elle est livide et je me demande pourquoi on ne l’a pas fait allonger.

Pendant cette demi-heure d’attente, avec le George on a le temps de se dire pas mal de choses.

J’ai le temps de lui glisser « qu’à mon avis c’est mort encore une fois et que c’est bien la preuve qu’on ne pourra jamais avoir de gosse et qu’il faut se résoudre à arrêter ». Le George est d’accord.

J’ai le temps de lui dire « Qu’il va falloir acheter les billets d’avion pour les USA ce week-end car on a déjà suffisamment perdu de temps avec cette connerie« 

J’ai le temps de lui dire « que si j’avais su que ça se terminerait comme ça, j’aurais préféré un bon négatif comme d’habitude au lieu de ce coup de pute ». Le George est d’accord.

Il a le temps de me dire que « maintenant tout ce qui compte c’est ma santé »

22h35,
L’étudiante a bien calculé. L’interne m’appelle. On passe en salle « urgence« .

Elle m’explique qu’elle a été informée de ma situation par sa jeune étudiante. Elle comprend l’urgence et le contexte.

Je suis invitée à me déshabiller à nouveau. Au moment de m’approcher de la table je sens que ça coule beaucoup. Je lui demande si elle a une garniture. Elle n’arrive pas à en trouver.

On entend un poc poc poc. Du sang qui tombe sur le sol.

Le George voit tout, il est livide. L’interne constate que le saignement est effectivement important.

Je m’installe sur la table, l’interne me glisse sous les fesse la garniture qu’elle a enfin trouvée, puis re-spéculum puis nettoyage du vagin avec une compresse pour voir d’où viennent les saignements.

Bonne nouvelle, elle me dit que le col ne saigne plus. Le sang qui vient de tomber était ce qui était resté coincé dans le vagin et c’est le fait de passer en position debout après une longue attente assise qui a rendu le saignement impressionnant.

On passe à l’écho. Sur le ventre d’abord. On voit l’embryon. Elle voit un rythme cardiaque. Puis écho endo. On revoit l’embryon. Imperturbable. Je vois son cœur énorme battre. Un cœur qui prend un bon tiers de tout son corps.

Elle met le son pour faire plaisir au George qui veut entendre le cœur. Un très bon rythme. L’embryon va bien. Elle cherche l’origine du saignement et trouve. Un beau décollement du trophoblaste. De cinq millimètres.

Un grand ouf de soulagement pour tout le monde ! Même l’interne semble respirer à nouveau. L’étudiante nous a rejoint. Elle apprend la nouvelle et respire aussi. Je vais être arrêtée jusqu’à la fin de la semaine. L’interne me dit qu’elle n’aurait jamais parié sur un tel diagnostic vu la quantité de sang… Moi, non plus d’ailleurs…

On me file des compresses pour m’essuyer car j’ai du sang sur les cuisses et l’étudiante m’ouvre les toilettes qui sont à côté de la salle d’écho. On me file une grosse garniture car ma serviette hygiénique est pleine. Je m’habille. Je respire. Tout va bien. L’interne n’explique pas l’origine du décollement.

Il arrive que les décollements s’invitent en début de grossesse.

Elle reconnait que les grossesses des PMEttes sont des grossesses à risques et qu’il n’est pas facile d’être zen.

Pour la suite, je suis donc invitée à m’allonger le plus possible. Elle apprend que je suis suivie par Dr D qu’elle connait et que je le vois justement vendredi soir pour une écho.

22h45,
On sort enfin des urgences. George et moi, on reste sonnés par ce qu’ont vient de vivre. On souffrira pendant 24h de maux de tête. La tension. Les nerfs. Je vais craquer une fois dans le lit. Cela me permettra de trouver le sommeil tardivement.

Le lendemain, le George ne pouvait se résoudre à me laisser. Du coup, ce fut journée tranquille pour lui aussi 😉

20130426-230054.jpg

Publicités

Auteur :

Grande blogueuse devant l’Éternel. Tombée dans WordPress quand elle était pet... Non quand elle a appris que ça ne serait pas du coton pour procréer. On était en 2008... Depuis, elle a eu un Plumeau grâce à une FIV IMSI. Depuis, elle continue d'écrire ici sa vie de maman et d'apprentie écrivaine.

56 commentaires sur « Retour sur ma soirée cauchemardesque (mais qui se finit bien quand même) »

  1. J ai eu 2 decollement pour Colleen et j ai demande a dr D de m arreter car avec mon boulot, les transports en commun, je ne voyais aps comment je pouvais rester allongee pour que le decollement cicatrise ! ! ! Il m’a arrete 15 jours ! Demande lui et il te fera un arret ! Dr D a ce niveau il est cool ! Pour Emmy, il m a arrete des 12 SA et jusqu a la fin ! Bisous

    1. J’espèer qu’il m’arrêtera car franchement les transports en commun c’est la merde en ce moment et puis pas mal de tension au boulot

  2. Force est de constater que je n’ai pas mis de côté mes émotions lors de mes passages aux urgences pour saignements… J’en pleure mais ouf quel soulagement que ça finisse bien!! Bon allez maintenant on aurait dit qu’on vous foutait la paix au ptit bout à venir , au George, et à toi! Des bisous à vous ♥

      1. Punaise… Il y a rien qui peut prévenir ce genre de truc. Moi, j’ai rien senti de particulier mardi avant 17h j’étais même plutôt en forme. Pfff

    1. C’est clair que les urgneces c’est pas le top surtout à Paris. Les pauvres médecins faisianet ce qu’elles pouvaient. Elles ont été tops !

  3. Oh mon dieu ma pauvre, tu as du te sentir tellement mal… C’est vrai qu’à l’hegp il n’y a pas d’urgences maternité mais ça avait l’air d’être la foire à Cochin.
    Tu dois être impatiente d’avoir ton écho demain, je te souhaite vraiment que tout s’apaise, que tu puisses enfin etre zen…

    1. ça aurait été coool qu’il y ait des urgences car franchement Cochin c’est la merde ! Et puis c’est proche de mon travail en 2 stations j’y étais. Pffff
      La prochaine fois (j’espère pas) j’irai à Béclère c’est proche en voiture de chez nous.

  4. J’espère pour vous qu’il n’y aura pas de prochaine fois ! L’essentiel maintenant est de vous reposer , j’espère que votre médecin va vous arrêter , les transports , le stress c’est pas top ..
    Donnez nous vite des bonnes nouvelles demain .
    Amitiés

  5. Punaise, j’ai cru que j’allais faire un arrêt cardiaque en lisant tout ça… ne nous fais plus de peurs comme ça hein ?! 😉 Bon courage pour la suite et BON REPOS !!!!!!!!!!!!

  6. Ehhhh retourne dans ton canap’ toi!
    Beclere, c pas mal au niveau prise en charge… Vu le parcours de ouf que tu t’es fait, c’est à croire qu’ils voulaient te la provoquer la FC! Ma pauvre! Pourvu que tout aille bien, ne te surmène pas, le boulot passe après le petit coeur.

  7. Quelle misère ce périple aux urgences !! J’imagine même pas le stress. J’aurai fait une syncope !!!
    Prends bien soin de toi… Et je pense à toi demain pour ton écho (j’en ai une aussi, pour vérifier la croissance de bébé suite à mes dopplers moyens).

      1. Echo Ok pour moi.J’ai pensé fort à vous aujourd’hui.. J’espère que tout va bien, que bébé poursuit son chemin et que le décollement va mieux…

  8. Ça me rappelle des souvenirs! Comme toi je suis allée a l’européen, comme toi c’était une perte de temps, comme toi on m a envoyée à Cochin (mais en ambulance, à fond sur le périph), comme toi on m’a saoulé avec linscription, comme toi une etudiante et ensuite l’interne et comme toi j’ai cru fc et comme toi bah en fait non. Et enfin, comme toi, traumatisée!! Mais calmée. J’ai passé le reste de la grossesse tranquilou sur le canap.

  9. Tu m’as fait revivre mes deux passages aux urgences, des épisodes épiques si tu savais l’état des urgences au Québec
    Le 2ème m’a plus fait flippé, je pissais littéralement le sang, on dirait un robinet (3 serviettes remplies en 2 heures), j’étais certaine que c’était fini et non la grosseur du bébé avait explosé l’hématome ce qui explique l’hémorragie.
    Comme c’est jamais 2 sans trois et que j’ai encore un autre hématome, ça me surprendrait pas que je retourne aux urgences un de ces 4, en attendant je compose avec mon canap depuis ma 9sa

    Je compatis, courage

    1. Oh ma pauvre ! Vivement la fin et le bébé dans tes bras. J’ai déjà trouvé que les urgences a Paris c’était pas top et je n’ose imaginer au Québec

  10. Putain – atroce!
    Heureusement que le petit cœur battait au final. C’est un warrior, il est là pour de bon.
    Prends bien soin de toi.
    Bises

    1. Oui atroce et j’avais peur qu’on me renvoie chez moi avec ma FC en cours… Gères toute seule ta nuit pourrave avec contractions et douleurs ! Là j’aurais hurle…

      1. Moi, à Cochin, on m’avait renvoyé chez moi, avec ma FC en cours… C’était juste atroce. Je n’y remettrais plus jamais les pieds !!! J’ai perdu mes deux embryons le soir même, à la maison… Ai souffert le martyre… bref.
        Je suis contente que tout aille bien pour vous. Il est enfin temps que tout aille bien.

  11. Comme on sait que l’histoire finit bien, j’ai lu avec moins d’appréhension. Mais putain quelle horreur! Et qu’est ce que tu fous au boulot bordel?! Tu l’entends pas ton canap’ qui se languit de toi? Allez, file! 🙂

  12. J’avais beau connaître la fin de l’histoire c’est avec la gorge serrée que j’ai lu tout ton article. Je comprends que vous soyez encore sous le choc après cette horrible soirée. Repose toi bien. Bises

  13. J’ai vécu EXACTEMENT ce que tu as vécu… idem tout pareil alors je comprends ta frayeur. Je ne sais pas s’ils te l’ont dit mais c’est assez long à se résorber, et tu peux re-saigner encore mais tant qu’il n’y a pas de caillot ce n’est pas une FC c’est juste l’hématome qui s’évacue… donc faut « essayer » de pas paniquer. Le seul remède c’est le repos. Bon courage et bises.

    1. J’évacue du vieux sang comme fin de règles mais elles me l’ont dit que ça risquait de resaigner par contre si gros débit je dois refiler aux urgences. C’est chiant que ça soit long a se résorber

      1. C’est normal, moi j’en ai encore des pertes de vieux sang aussi…
        D. va te rassurer, en plus 5 mm c’est vraiment un tout petit décollement, il va sûrement prolonger un peu ton arrêt.

  14. Chez nous décollement à 5 sa, autant dire qu’aux urgences ils ne donnaient pas cher de cette grossesse!! Et le gynéco non plus : il a refusé de m’arrêter en me disant que si ça devait se décrocher, ça se décrocherait (je ne suis pas PMette, je précise quand même)
    Bref, saignement hyper impressionnant mais pas long et au final un p’tit loup de presque 6 ans.
    Je vous souhaite la même conclusion (avec des couettes si c’est plus son genre)

    1. Je suis outrée qu’on ne vous ait pas arrêtée au moins quelques jours car faire une FC sur le lieu du travail c’est horrible. Heureusement ça c’est bien fini.

  15. Qu’elle horreur cette soirée , heureusement qu’elle se termine bien. Je suis sûre que le Dr D va t’arrêter. Avec mon petit décollement, il n’a pas hésité. Maintenant repos repos repos pour s’en remettre. Avec tout ça, ton embryon me semble être un véritable warrior qui va poursuivre sa route. Bizz

  16. Ça aurait pu être dans « mon » hôpital, 1 externe et 1 interne pour des tonnes de dames qui attendent. Ça aurait pu être moi, terrorisée quand je voyais beaucoup trop de sang, et encore plus quand la patiente était en PMA, moi qui j’essayait de ne pas montrer ma peur quand je ne trouvais pas le cœur de l’embryon, moi qui négociait avec l’interne pour qu’il vienne voir la dame très stressée avant les autres. Bref, ça me remue beaucoup et je suis contente de voir qu’elles ont été à la hauteur. Maintenant on croise les doigts puissance quinze mille, et toi tu fusionnes avec ton canapé.

    1. Elles ont été tops ! L’étudiante était trop mignonne à vouloir me ménager 😉
      Je trouve dommage qu’il n’y ait pas plus de personnel parce que, quand même, Paris c’est peuplé et les bobos de grossesse ou gynéco il y en a foison forcément.
      La prochaine fois, on ira à Béclère – pour voir s’il y a plus de personnel médical. Enfin, j’espère qu’il n’y aura pas de prochaine fois lol !

  17. Je vous lis depuis quelques temps. Je n’avais jamais commenté avant mais j’ai trouvé ce post très touchant et très dur aussi !! Quelle soirée épouvantable !! Bon repos et à très bientôt ! PS : j’espère que l’écho s’est bien passée !

Laisser une réponse

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s