Publié dans Des choses et d'autres

Un an, trois femmes, trois destins (la suite)

Avant de poursuivre, le début est .

Janvier-Février 2012

Femme1 est toujours SDF. Sa vie n’est que tristesse depuis la perte de sa deuxième fille, il y a quelques mois de ça dans des conditions dramatiques. Malgré tout, elle fait bon gré mal gré. Elle tente de se battre pour récupérer sa première fille placée à la DASS depuis sa naissance. Sa vie, depuis quelques jours, est devenue douloureuse. Se rappelle à elle le souvenir de la découverte de sa grossesse. Il y a un an. Cela aurait pu être un grand bonheur. Ce fut l’horreur…

*******

Femme2 a bien fait ce qu’on lui a dit de faire… tout comme il faut ! Elle a pris la pilule pendant deux mois. Elle a passé une échographie pour voir si ses ovaires étaient bien bloquées. Elles le sont. Elle a demandé à la sage-femme si c’était normal qu’avec la pilule elle saigne un peu chaque jour. La sage-femme a dit que c’était courant. Femme2 est donc passée à l’étape suivante du protocole standard du centre de Procréation Médicalement Assisté de l’hôpital. Le même hôpital qui aurait dû pouvoir sauver le nouveau-né de Femme1. Femme2 attaque le décapeptyl pour bloquer encore plus ses ovaires. On lui donne comme instruction de passer à la stimulation des ovaires avec du puregon et du ménopur. Femme2 se pique chaque jour trois fois puisqu’il y a trois médicaments différents. Son ventre est devenu une passoire. L’échographie révèle que ses ovaires jouent les feignasses. On lui demande d’augmenter les doses. Puis elle refait une échographie et un bilan sanguin. La sage-femme lui a expliqué qu’il n’y aurait pas plus de quatre ovocytes à la ponction. Mais le jour de la ponction, un seul et unique ovocyte sera recueilli. Il n’y aura jamais d’embryon. Trois semaines de traitement lourd pour rien. Femme2 est effondrée. Que se passe-t-il avec son corps ? Est-ce déjà la fin de sa fertilité ?

*******

Femme3 a décidé d’arrêter l’allaitement de sa fille. C’est aussi bien car ces derniers temps elle est très tendue et inquiète. Et quand elle est tendue et inquiète, elle fume beaucoup. D’ailleurs, elle n’a jamais pu s’arrêter de fumer même pendant sa grossesse. Si seulement son président de mari avait pu annoncer sa candidature plus tôt. C’était devenu depuis des mois un secret de polichinelle. Il en parlait aux journalistes en off et ces derniers faisaient des circonvolutions sur la campagne présidentielle. Femme3 sent justement que cette campagne va être pourrie. Elle a peur. Elle s’inquiète. Elle fume. Beaucoup trop.

Avril-Mai 2012

Le sol plastifié de la tente Quechua est encore trempé. Il pleut beaucoup trop dans ce pays. Femme1 est résignée à ne plus revoir sa fille. Elle n’a pas réussi à obtenir l’accès à un foyer. Cela aurait été l’unique moyen de récupérer la garde de sa fille. Puisqu’elle ne doit plus jamais la revoir, autant qu’elle s’en aille de ce trottoir de malheur face à cet hôpital où elle aurait dû pouvoir accoucher. Autant partir au soleil. Comme ça, au moins, le sol plastifiée de la tente serait toujours sec. Toute cette eau… Cela lui rappelle trop le liquide amniotique qu’elle avait perdu en octobre dernier.

*******

Femme2 a été consulter un gynécologue spécialiste en privé. Elle quitte l’hôpital. Ce dernier ne lui promettait une nouvelle tentative au mieux qu’en juin. Femme2 sent l’urgence. Il ne faut plus attendre. Elle a déjà perdu tellement de temps l’an dernier en tentant de faire un enfant comme tout le monde. Alors que son mari et elle ne seront jamais comme tout le monde. Femme2 a vu le grand spécialiste qui a une bonne renommé. Il lui a expliqué que les deux mois de pilule juste avant un protocole long avaient fusillé ses ovaires. Femme2 était d’ailleurs toute détraquée à la sortie de cette FIV faite pour rien. Une FIV sans espoir. Mais de l’espoir, elle en a eu de nouveau avec ce nouveau spécialiste. Elle refait une FIV en avril. Tout se passe bien. On recueille 7 ovocytes. Mais le lendemain, c’est la débandade : il ne reste qu’un seul embryon. Le biologiste a bredouillé que ses ovocytes « étaient pas aptes » à la micro-injection. Pour Femme2, « pas apte » ça veut dire pourri. Elle fait des ovocytes pourris donc. Femme2 est de nouveau bien démoralisée. Le résultat de cette dernière FIV sera négatif. L’unique embryon n’était pas un warrior. Mais cela n’étonne pas Femme2. Plus rien ne l’étonne désormais. Elle est désabusée… Elle repense à tout ça en faisant la queue pour aller voter. Pas que le fait de choisir un président l’ait amenée à penser à son parcours. Non. C’est juste la bonne femme enceinte avec un énorme ventre et à qui on a autorisée à passer devant Femme2 (du fait de son état) qui le lui a fait penser.

*******

Femme3 est littéralement à cran. Elle s’inquiète pour la santé de son mari. Trop de pression. Trop de coups bas provenant des politiques de l’opposition. Trop de coups bas provenant des politiques de leur propre camp. Quittons le navire avant que ce dernier ne sombre… trop de coups bas des journalistes qui n’ont jamais aimé son mari. Mais pourquoi ? Elle devrait pouvoir profiter de son bonheur tout neuf avec sa fille mais ce n’est pas le cas. Justement à propos de sa fille, même les médias ont osé s’attaquer à son enfant. Elle avait vu juste. Cette campagne présidentielle a été pestilentielle. C’est avec soulagement – oui, soulagement – qu’elle voit s’afficher le visage du concurrent de son mari. Il n’est plus président. Ils vont pouvoir enfin se retrouver.

Juillet 2012

Femme1 a obtenu ce qu’elle souhaitait. Pas la garde de sa fille. Non, ça, non. Elle s’est résignée. Mais le déménagement de la tente hors de Paris. Dans le sud. Cependant, il fait une chaleur à crever dans la tente. Et dehors c’est pire. Elle a fait un malaise dernièrement. Elle n’est pas habituée à cette chaleur. A moins que cela ne soit dû à autre chose. Elle ne sait plus au juste quand elle a eu ses dernières règles…

*******

Femme2 a revu le gynécologue en privé. Ils ont fait le point rapidement sur cet échec. Un peu trop rapidement à son goût. Mais ce Docteur a beaucoup de patientes, victime de son succès sûrement. Femme2 a la désagréable impression que le gynécologue bâcle son dossier. Pour lui, les ovocytes inaptes étaient immatures. Il faut changer le médicament pour le déclenchement. On ne change pas de protocole. La FIV de juillet se déroulera bien jusqu’au jour de la ponction. Le gynécologue s’étonne qu’il n’y ait que cinq ovocytes. Il en attendait huit. Il veut tenter la culture prolongée sur cinq jours. Femme2 objecte. Elle pense qu’avec seulement cinq ovocytes, il n’y aura plus rien. Le gynécologue n’en a cure. Il faut tenter. Cinq jours plus tard, il n’y plus aucun embryon vivant. Encore une FIV pour rien. Femme2 est totalement écœurée. Femme2 dit à son homme qu’elle veut s’arrêter là pour la procréation médicalement assistée. Femme2 s’est mise à fumer. Après tout, pense-t-elle, il y a bien des femmes qui fument et boivent et pourtant elles tombent enceintes. D’ailleurs, quand elle en croise une – de femme enceinte -, elle a envie de tirer sur une clope. C’est automatique.

*******

Femme3 réside depuis quelques jours dans sa propriété familiale dans le Var. Pas très loin, il est vrai du fort de Brégançon, là, où son mari et elle avaient l’habitude de passer de courts séjours durant l’été. Aussi, malgré elle, vit-elle au rythme des remous médiatiques autour des vacances du nouveau président. Pendant ce temps, son ex-président de mari se refait une santé (baignade, jogging, vélo et bains de foule). En parlant de santé, elle n’a pas trop la forme, Femme3. Elle ne s’est jamais trop remise, côté poids, de sa grossesse, au point qu’un célèbre magazine People a publié qu’elle était encore enceinte. Il est vraiment temps qu’elle se reprenne en main avant de reprendre sa carrière de chanteuse…

Septembre-Octobre 2012

Femme1 est finalement de nouveau enceinte. Une troisième grossesse. Elle repense à sa première fille toujours à la DASS et qu’elle n’a jamais pu récupérer. Elle repense à sa seconde fille, morte tragiquement quelques minutes après sa naissance à quelques pas de la maternité dans cette fichue tente Quechua. C’était il y a un an tout juste. Elle ne refera pas la même erreur. Elle se rend au centre de planning familial du grand centre hospitalier. Non. Elle ne refera pas la même erreur. Le bonheur de la maternité c’est pour ceux qui ont un toit.

*******

Femme2 était décidée à ne plus recourir à la procréation médicalement assistée. Au vu de ce qui s’est passé, elle estime que les miracles et les succès, c’est pour les autres. Mais son mari a réussi à la convaincre de tenter les inséminations. Son sperme s’étant amélioré, les chances d’une grossesse sont désormais possibles (bien que faibles) avec une simple insémination et puis c’est quand même moins contraignant qu’une FIV. Alors, Femme2 a trouvé la gynécologue parfaite qui accepte de faire des inséminations dans son cabinet. Cela la changera du milieu hospitalier. C’est donc avec espoir, que Femme2 tente son premier cycle d’insémination. Le résultat sera négatif mais Femme2 est bien décidée à retenter. Si elle pouvait échapper à une autre FIV…

*******

Femme3 a retrouvé son corps d’avant. Elle reste marquée et blessée par la fureur médiatique dont elle a fait l’objet concernant son poids et son look et surtout de la brutalité dont son mari a fait l’objet durant cette campagne présidentielle. Histoire de relancer sa carrière, elle accorde une interview à un magazine féminin où elle dira notamment que « la maternité, à chaque fois, la laisse défaite ». Pas facile, en effet, une grossesse à 43 ans… Mais avant d’avoir sa fille, elle aurait donné n’importe quoi pour y arriver. Elle était si désespérée à cette époque. Comme cela semble loin maintenant qu’elle entend les rires de sa chère petite.

Décembre 2012

Femme1 se félicite. Doublement même. Elle se félicite d’avoir mis un terme à cette troisième grossesse même s’il faut reconnaître que la décision a été douloureuse. Elle se félicite d’avoir déménagé vers le sud. L’hiver, dans le sud, est quand même plus doux que là d’où elle vient. En plus, cette année, cet hiver est particulièrement clément. Pourvu que ça dure…

*******

Femme2 est fatiguée. Enchaîner trois cycles d’insémination avec un boulot très prenant, c’était pas la meilleure idée. Pour le jour de Noël, il n’y aura pas de miracle. Elle aura ses règles. Encore un négatif.  Mais ça ne l’attriste même pas. Elle sait que les contes de fées c’est pour les autres. Femme2 voit poindre l’imminence d’une autre FIV. Elle est résignée. Et pour tout dire, elle s’en fout. Elle se fiche pas mal de savoir ce que ça donnera. En fait, ce que Femme2 voit, c’est que c’est la dernière. La dernière FIV. La fin du cauchemar. L’infertilité lui a bouffée sa vie depuis trop longtemps. Femme2 a soif de re-vivre. Le vide laissé par cet enfant, elle l’a comblée. D’ailleurs, la nature a horreur du vide, c’est bien connu. Femme2 aussi. Femme2 ne jure que par trois choses : trouver un autre poste plus passionnant, refaire la décoration chez elle, partir enfin pour son voyage de noces outre-Atlantique. C’est bien simple, si cette dernière FIV devait donner un taux de beta-HCG supérieur à zéro, ça l’emmerderait. Rapport à ce voyage de noces qu’elle a repoussé depuis tant d’années. Au cas où…

*******

Femme3 fête ses 45 ans en famille. Que de rebondissements cette année ! Elle a enfin pu se mettre à son quatrième album… La prochaine année promet d’être encore plus enthousiasmante. Les médias n’ont pas été tendres avec elle mais elle est bien décidée à faire encore parler d’elle ! Les médias… Une vraie histoire d’amour-haine.

Voilà, c’est la suite de « Un an, trois femmes, trois destins » autour de la maternité.

J’ai totalement inventé la vie en 2012 de Femme1 car Lara, suite au premier opus, avait bien essayé de chercher sur le Net ce qu’elle était devenue mais n’avait rien trouvé. Donc j’ai laissé libre court à mon imagination.

Pour Femme2, c’est facile, c’est moi.

Pour Femme3, même quand on ne veut rien savoir de sa vie, il suffit d’aller chercher dans la presse People et mon imagination brode autour.

Je trouve ça intéressant de voir comment on peut évoluer en un an. Ce billet j’aurais pu l’écrire à la fin décembre 2012 mais j’ai choisi de le faire là, parce que j’étais retombée sur ce billet en faisant le ménage sur ce blog.

Publicités

Auteur :

Grande blogueuse devant l’Éternel. Tombée dans WordPress quand elle était pet... Non quand elle a appris que ça ne serait pas du coton pour procréer. On était en 2008... Depuis, elle a eu un Plumeau grâce à une FIV IMSI. Depuis, elle continue d'écrire ici sa vie de maman et d'apprentie écrivaine.

19 commentaires sur « Un an, trois femmes, trois destins (la suite) »

  1. Sympa comme idée – enfin, quand je dis sympa, je parle bien de ta façon d’écrire, de l’idée, des parallèles… mais sur le contenu, ça fout les boules.
    J’espère que votre voyage de noces sera encore repoussé, mais pour une excellente raison cette fois.
    Bises

    1. Au vu de l’actualité je pourrai rajouter un quatrième personnage : Femme4 qui a perdu bébé in utéro car soit disant pas de place dans la maternité… Punaise… ça me révolte !
      Bisous

    1. Talents que je n’exploite pas alors qu’il me reste un roman à finir… LOL !
      Je ne rêve que des States et de m’acheter un nouvel objectif grand angle pour faire de superbes photos de paysages. MAis que m’arrive-t-il ? LOL !
      Bisous à toi, Marvelous et Gecko !

  2. Beau récit!
    espérons quand même un beau succès à cette FIV, et même si ça foirait, peut-être que ce bébé tu vas le concevoir outre atlantique quand t’auras lâché toute pression 😉
    Bisous du Québec

      1. Faut pas perdre espoir, même si je te comprends à fond. J’ai passé ma journée aux urgences, j’ai saigné, assez pour m’en inquiéter, écho qui dit que tout va bien, mais je remets ça demain, suis pas rassurée. Et bizarrement, suis vraiment pas surprise, j’encaisse stoïque en m’attendant au pire. Rien n’est encore perdu, mais dans ma tête si. Deux mois piles de grossesse! peut-être que ça va s’arrêter là! Je te reviendrai avec des nouvelles . Accroche -toi!

      2. Quelle angoisse tu as dû avoir ! Mais bon, souvent, il y a des saignements en début de grossesse. J’imagine qu’ils ont dû trouvé un petit hématome. Repos en tout cas ! Et tiens-moi au courant. Merci pour tes encouragements parce que le moral flanche un peu là… ❤

      3. En plein dans le mile, un hématome! Le médecin m’a dit que ça allait se résorber tout seul, bébé va bien et son coeur bat normalement. D’après le doc je peux reprendre le travail et ça nécessite pas un repos total à la maison, mais faudra se ménager quand même. Voilà où j’en suis! Affaire à suivre!
        Sinon, ne baisse pas les bras, la PMA est un combat de longue haleine, et faut y aller mollo. Et même quand ça marche, faudra s’accrocher, rien ne sera gagné tant qu’on aura pas vu le bout du tunnel. Reçois toutes mes ondes positives .
        Bisous

      4. héhé ! Je pourrais être gynéco 😉
        Sinon l’espoir est très dur à conserver en France ces temps-ci… En ce moment on tape sur les couples infertiles et les gynécos soit disant peu scrupuleux qui envoient leur patientes vers des cliniques privées espagnoles… Ce débat, au départ sur le mariage aux couples homosexuels, tourne au pugilat contre la PMA (déjà bien moribonde). Avec ma psy, on en a parlé et elle est estomaquée de voir comment ça tourne et à quel point c’est difficle pour nous, couples infertiles, de faire face à toute cette incompréhension… Je suis plutôt en mode rebelle. Le prochain article de ce blog va montrer à quel point.
        Bises et … REPOS !

    1. Si seulement ça pouvait être vrai… En ce moment je pense à une Femme4 qui a perdu son bébé in utero à cause d’un manque de place en maternité. La même maternité qui aurait pu sauver le bébé de Femme1… Les boules !

  3. J’adore le concept! Vraiment, j’adore le bilan que tu fais et la vision des 3 destins.
    Reste que, ma préférée, c’est femme 2. Même si son parcours n’est pas le plus beau! Alors je croise pour que le bilan 2013 soit meilleur, plus serein, pour elle!

  4. J’étais totalement passée à côté du 1er épisode… J’ai tout découvert ce matin et bravo quel talent… C’est triste quand même ces histoires mais c’est tellement bien raconté…

Laisser une réponse

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s