Publié dans A propos de nulliparité

Féminité et souvenirs d’enfance #4

J’ai encore 10 ans et je suis bien embêtée. Depuis quelques temps, j’ai des pertes bizarres. C’est jaunâtre et ça sent pas bon du tout. C’est sûrement à cause des WC de l’école qui sont dégueus de chez dégueus. Et puis ça gratte en plus !

Je finis par en parler à ma mère. Elle constate effectivement que c’est pas normal. Sûrement une infection. Ma première infection gynécologique. Y a pas d’âge pour en faire. Fallait bien commencer un jour.

Bref, me voilà d’abord chez le médecin qui m’enverra directement au laboratoire pour faire un prélèvement vaginal. Là aussi, le tout premier.

J’ai donc compris que j’allais devoir montrer mon zizi à quelqu’un que je connais pas et qu’il allait devoir trifouiller à l’intérieur afin de savoir de quoi j’étais atteinte.

On ne peut pas dire que ça m’enchantait mais il fallait bien en passer par là pour me débarrasser de ces pertes et de ces démangeaisons.

Je me retrouve donc le bas du  corps intégralement nu, les pieds dans les étriers et face à un jeune mec.

Si j’avais pu choisir…

A 10 ans, je peux vous dire que je ne faisais vraiment pas la fière dans cette position.

Mais ça a été pire après.

Le mec, s’était mis en tête de me rassurer et il n’avait rien trouvé de mieux (afin de réussir cet objectif louable, avouons-le) que de me déclarer :

« T’as qu’à imaginer que je suis ton grand frère » et ça avec un clin d’œil complice…

Alors… Si j’avais un tant soit peu de dignité, je peux vous dire qu’elle a été littéralement désintégrée.

Non mais comment ce jeune con a-t-il pu penser qu’en me disant ça, ça allait me détendre ? Il avait quoi comme références familiales pour me sortir un truc pareil ? Il faisait du touche pipi avec sa sœur ou sa cousine ?

Vous pouvez imaginer sans problème à quel point j’ai été vachement rassurée et en confiance durant mon premier examen et prélèvement vaginal…

Punaise, si à l’époque, on m’aurait dit que des prélèvements gynéco et examens gynécos j’allais en faire et bien plus que la moyenne, je me serais pendue haut et court !

Et dire que j’ai subit un prélèvement vaginal par un pervers pédophile… Nan, parce que pour me sortir un truc pareil, il faut être pervers et pédophile, vous êtes d’accord !

c’est vrai qu’on est hyper à son aise…
Publicités

Auteur :

Grande blogueuse devant l’Éternel. Tombée dans WordPress quand elle était pet... Non quand elle a appris que ça ne serait pas du coton pour procréer. On était en 2008... Depuis, elle a eu un Plumeau grâce à une FIV IMSI. Depuis, elle continue d'écrire ici sa vie de maman et d'apprentie écrivaine.

15 commentaires sur « Féminité et souvenirs d’enfance #4 »

  1. Y a rien n’a imaginer du tout : il est médecin, tu es malade point. La seule chose à dire dans ce cas-là c’est « t’inquiètes pas ce ne sera pas long, préviens-moi si je te fais mal ».
    Sont tordus parfois les gens !

  2. Oh le lourd… pas sain le toubib! Ceci dit tu trouves que le premier passage sur la chaise à étrier c’est flippant à 10 ans, mais ça l’est déjà à un âge standard… Alors j’imagine oui!!

  3. quelle histoire, la pauvre choupinette de 10 ans! c’était hyper violent quand même. Heureusement que tu n’es pas restée traumatisée…
    Quelles sont les probabilités que tu aies recroisé ce doc 20 ans après dans le cadre de la PMA?? Ouh ça fait froid dans le dos n’y penses pas!! gros bisous

Laisser une réponse

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s