Publié dans A propos d'écriture, Le Casino (la série)

Série le Casino : épisode 43

Sur la surface d’acajou poli, Mr Goutdurisque repose d’un geste las son verre de Gin. Son regard se perd dans les méandres sombres de ses réflexions. Il soupire et s’exclame :

— Quand même, nous manquons sérieusement de chance ! Perdre une partie FIV ICSI, ça se comprend mais jouer avec un seul embryon, c’est …

— Nul. tranche-je, plus sombre que jamais.

— Euh… Oui, c’est nul. admet-il, peiné.

— Il nous faudrait peut-être un grigri ? lance avec espoir le Doc.

Ce dernier, comme pour FIV2, nous avait rejoint et s’était mis en tête de me « coacher » à la militaire.

Il est vrai que je n’avais jamais ressenti autant d’espoir que pour cette FIV2bis. Le protocole, en comparaison des deux précédents, était une balade de santé. Les PDS et les échographies avaient été réalisées sans stress et les résultats étaient là. 12 follicules prêts à être ponctionnés. 7 ovocytes. Tout était parfait ! Trop parfait… Comme toujours, il y a toujours un grain de sable qui s’insère dans les rouages et qui fout tout en l’air. Le grain de sable était arrivé le lendemain de la ponction. Il nous restait un seul ovocyte vivant micro-injecté. Notre équipe de choc — Mr Goutdurisque, le Doc et moi-même — étions atterrés et effondrés.

Finalement, il y eut le transfert de l’unique embryon et malgré les encouragements que Mr Goutdurisque me prodiguait, le mal était fait. Je n’y croyais plus. J’étais encore victime du « pas de bol ». Je ne voyais pas l’intérêt de jouer avec un seul embryon même si, pour certaines, l’unique embryon avait été THE ONE. Et effectivement, le jour J, le résultat fut sans appel. DNLP triompha encore…

Nous en étions donc à deviser sur notre échec dans le petit salon que Mr Goutdurisque et moi-même affectionnons tant.

— Je crois qu’il nous faudra un sacré grigri, Doc… Sans vouloir t’offenser. Moi, perso, je ne connais aucune sorcière. Il nous en faudrait une qui désenvoute. fais-je, pince sans rire,avant de m’abreuver d’un bon whisky.

— Quand je pense que c’est à cause d’un manque de maturation des ovocytes ! lance, amère, Mr Goutdurisque. Une fichue ovitrelle qui n’a pas fait son travail. Une fichue dernière piqûre qui a tout mit par terre.

— C’est dingue, de ne pas avoir de bol comme ça ! dis-je.

— Oui, mais le Dr D va proposer autre chose pour le déclenchement ! Et c’est bien plus efficace. lance, confiant, le Doc avant de finir son verre de whisky.

— C’est vrai, admit Mr Goutdurisque qui retrouve aussitôt son sourire.

— Sans compter que l’embolisation des varicocèles de Monsieur a porté ses fruits, alors, que nous n’en étions pas sûrs du tout. Pensez donc ! 53 millions ! s’écrit le Doc avant de reposer bruyamment son verre vide.

— Hourra ! s’écrit, heureux, Mr Goutdurisque. Fêtons ça avec un autre verre de Gin. Garçon ! Apportez-moi un autre verre.

— Et n’oubliez pas de m’apporter une vodka, fais-je souriante au garçon qui s’approche avant de m’adresser à mon ami. Mr Goutdurisque, vous m’avez promis de me faire fumer un bon cigare de Havane si je perdais.

— Oh oui, bien sûr. fait-il en sortant de sa poche intérieur le dit cigare.

Nous nous lançons dans une conversation joyeuse autour de mes premiers pas de fumeuse et commandons trois autres verres.

Le Doc et Mr Goutdurisque se mettent à rire sur la DHEA que je prends depuis plusieurs jours.

— Eh ! Vous croyez que sa libido a augmenté ? fait Mr Goutdurisque en aparté au Doc. Non parce que… Hihihi… J’aurais bien aimé en avoir de la DHEA.

— HAHAHAHA ! hurle de rire le Docavant de reprendre son sérieux et d’ajouter avec sévérité. Mais, vous n’y pensez pas, malheureux ! si vous en prenez, il va vous poussez de la poitrine !

— Ah bon ! s’inquiéta Mr Goutdurique.

Après un petit temps de silence, le Doc se remet à hurler de rire et lance, goguenard :

— Hé bien, mon ami. Si vous aviez vu votre tête quand j’ai dit que vous alliez prendre de la poitrine ? Meuuuh non ! Je plaisante bien sûr ! C’est un pro-estrogénique et un pro-androgénique. HAHAHAHAHA !

Les fous rires de mes compagnons m’amusent. Je reprend un quatrième verre. Un cuba libre.

Le volume de nos voix devient de plus en plus fort.

Mais qui est cette fille, couverte de sueur, qui se lève et qui s’approche de la fenêtre pour prendre un peu d’air ?

— Hé ! Mme Looseuse ! V’nez donc gouter à ce merveilleux cognac ! fait Mr Goutdurisque.

Les garçons du salon ont depuis longtemps renoncé à nous servir eux-mêmes et ont fini par nous laisser les bouteilles à notre disposition sur la table voisine.

Mr Goutdurisque s’improvise Barman face à un Doc subjugué.

— Nom dddde Zeus ! T’es vachement fortiche ! Hips ! fait ce dernier.

— Rhoooo ben tu sais… explique Mr Goutdurisque, ravi, avant d’émettre un rot énorme. Tu sais ? J’ai fais tous les métiers !

— Ah bon ? dis-je.

— FAR-PAI-TE-MENT ! Madame ! Ai fait tous les métiers. MOI ! Hips !

Deux cadavres de bouteille sont posées négligemment sur le sol.

Mais qui est donc cette fille qui se lève en titubant et qui se dirige vers la cheminée ?

— Il était uuun petit navire-euh ! Il était un petit navire-euh ! Qui n’avait ja-ja-ja-jamais navigué ! Qui n’avait ja-ja-ja-jamais navigué ! entonnons-nous en cœur. Ohé ohé !

Un troisième cadavre s’ajoute aux deux autres. L’une des bouteilles se met à rouler sur le plancher.

Mais qui est donc cette fille qui s’adosse contre le mur et qui chante à tue tête « Ohé ohé » ?

— Hé ! Looseuse ! R’venez ! On a enco… core une aut’ bouteille à finir ! lance, Mr Goutdurisque.

Ce dernier se sert et pose la quatrième bouteille vide sur le sol mais bizarrement cette dernière ne tient pas debout et roule également.

Mais qui est donc la fille adossée contre le mur et qui fait mine de se redresser juste avant de se pencher pour vomir tripes et boyaux sous les fous rires amusés de Mr Goutdurisque et du Doc ?

— Ouhahaha ! Elle supporte pas l’alcool ! se moque le Doc. Allez ! Au lit ! Un ordre de ton coach ! OUHAHAHAHA !

La fille s’essuie bouche et a encore mal au coeur. La fille c’est moi et je ne me fais pas prier plus longtemps et abandonne les hommes à leur beuverie.

— Il était un petit navireuuuuh… Euh… commença, titubant Mr Goutdurisque dont le visage bouffi est aussi rouge qu’une tomate.

— Il était un petit navire ! Il était un petit navire ! Qui n’avait ja-ja-ja-jamais navigué ! entonne le Doc.

— QUI N’AVAIT JA JA JA JAMAIS NAVIGUÉ ! hurlent-ils en cœur avant de s’écrouler sur la table en acajou à l’unisson.

Se faisant, ils font tomber le dernier cadavre de bouteille de la table qui se met à rouler.

— JA ja jamais navi…. grompf …grompf…. Zzzz ! Zzzzz ! ZZzz !

Publicités

Auteur :

Grande blogueuse devant l’Éternel. Tombée dans WordPress quand elle était pet... Non quand elle a appris que ça ne serait pas du coton pour procréer. On était en 2008... Depuis, elle a eu un Plumeau grâce à une FIV IMSI. Depuis, elle continue d'écrire ici sa vie de maman et d'apprentie écrivaine.

9 commentaires sur « Série le Casino : épisode 43 »

    1. Santé ! Hips !
      Sinon, je ne sais pas si c’est la DHEA ou l’hypnose mais certaines nuits je rêve de c** comme la nuit dernière mais bon c’est parce que l’ovulation va arriver aussi.

  1. la dhea n’a pas agit sur ma libido mais ma recherche de l’ovulation oui 😉
    dis je peux trinquer avec toi et le docteur D?!!
    bizzzz
    à bientôt

  2. Ah enfin, j’adore ta petite série, et je souhaite que tu nous annonces bientôt une très bonne nouvelle et que le Doc te dises, je le savais mais je n’avais pas le droit de le dire sinon le futur aurait été modifié » 🙂
    Kissou !

Laisser une réponse

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s