Publié dans A propos d'écriture, Le Casino (la série)

Série le Casino : épisode 40

Un éclair lézarde le ciel noir puis un terrible coup de tonnerre nous fait sursauter.

— Et bien…Voilà qui est bien inhabituel : un orage au mois de janvier ! s’étonne Mr Goutdurisque.

Je n’ai pas le temps de renchérir sur les bizarreries du climat et notamment sur cet hiver bien trop doux pour être honnête qu’un terrible vrombissement de moteur se fait entendre rapidement suivi par des crissements de pneus freinant brutalement.

Ni une ni deux, Mr Goutdurisque et moi-même nous levons pour aller jeter un oeil à la seule fenêtre de notre salon cosy préféré.

A ma plus grande stupeur, j’aperçois une voiture qui, au passage, a laissé des grosses traces de pneus noires sur la moquette du couloir du Casino.

Dans ce Casino, il n’y a jamais de voiture. Jamais. C’est la première fois que j’en vois une et celle-ci me semble vaguement familière.

— Voilà qui est curieux ! s’exclame mon compagnon.

La vague familiarité que j’éprouve en observant le bolide s’intensifie en voyant les portes s’ouvrir vers le haut avec un souffle bien caractéristique. De la fumée blanche s’échappe de l’intérieur.

Et enfin, je me rappelle soudain où j’ai déjà vu cette voiture en découvrant l’occupant qui s’en extrait.

La DoLorean du film mythique des années 80. Retour vers le futur…

L’homme à la chevelure blanche — le Doc du film — referme la portière vers le bas et se met à courir comme un dératé.

La curiosité étant à son comble, nous décidons de quitter le salon et de voir où notre homme vêtu de son inimitable veste de laboratoire se dirige.

A peine sommes-nous sortis de la pièce, que nous tombons nez-à-nez avec lui.

— Ah Marty ! Tu ne peux pas savoir comme je suis content de te voir. me lance-t-il d’un ton sur-excité avant de s’approcher de moi et de m’enserrer dans ses bras.

Confuse, je regarde Mr Goutdurisque qui ne semble pas comprendre plus que moi ce qui se passe.

— Euh… Doc, je ne suis pas Marty. En fait, il n’est pas là. Je pense que vous vous êtes trompé d’endroit et pour tout dire… d’espace-temps si vous voulez mon avis…

— Ah… il semble déçu puis se ravise avant d’ajouter, sûr de lui. Bon, alors, je t’appellerai Martine. C’est toi que je suis venue chercher. Il n’y a pas une seconde à perdre ! me lance-t-il d’un ton empressé.

— Et minute, là ! Je te dis que je ne suis pas Marty ni Martine. Je suis Mme Looseuse et je file nulle part !

— Et bien ça serait bien dommage, car on va devoir revivre ce que tu as vécu en mai 2010 ! Je parle bien sûr de la FIV ICSI et de la magnifique récolte que tu as obtenue à la ponction.

— Quoi ?!

— Je n’ai pas le temps de tout t’expliquer en détail. Il faut juste que tu m’accompagnes jusqu’à la Dolorean…

— Certainement pas ! Je ne veux pas revenir en mai 2010. Je reste ici en janvier 2012. J’ai une FIV2 à faire.

— Mais c’est justement pour ça que je suis ici. lance le doc, au comble de l’impatience. C’est pour la FIV2. Il faut revivre la FIV1 pour donner des chances à la FIV2. C’est CAPITAAAAL ! explique-t-il avec une voix devenue suraiguë par l’urgence avant de se tourner vers Mr Goutdurisque et de lui lancer d’un ton autoritaire. Vous, Vous venez aussi !

— Quoi ? s’alarme Mr Goutdurisque. Mais pourquoi ?

— Oui, c’est vrai pourquoi on doit vous accompagnez pour revivre ma première FIV foireuse. J’ai pas tellement envie de revivre ça, moi. dis-je, en râlant.

— Il le faudra pourtant car en mai 2010, le Casino que tu as créé n’existait pas et la FIV de mai 2010 doit être intégrée dans l’histoire du Casino.

— Excusez-moi mais… Il me semble…Enfin, je ne suis pas spécialiste des espaces-temps et tout ça… Mais si on change un élément du passé, ça peut foutre en l’air le futur, non ? rétorque-je.

— Oui. Sauf que… Enfin, je n’ai pas le temps de t’expliquer. Martine, il faut foncer à la Dolorean.

— Loo-seuse ! Pas Martine ! lance-je d’un ton agacée.

— Un voyage dans le temps ! fait dans un murmure Mr Goutdurisque qui prend soudain conscience de la situation rocambolesque.

Nous courons tous les trois vers le bolide. Mr Goutdurisque s’installe en premier à l’arrière — avec beaucoup de difficulté due à son obésité — rapidement suivi pas moi et le Doc.

Ce dernier commence à toucher aux boutons et ajuste la date de destination au 2 mai 2010.

Il me regarde et me lance :

— C’est bien le 2 mai que tu as commencé tes piqûres, non ?

— Euh… Ouais.

— Parfait !

— C’était un dimanche et j’ai fait venir une infirmière. Très gentille au demeurant… Mais, ça risque rien pour le futur qu’on revienne à cette date. Et puis, je risque de rencontrer mon double…

— C’est vrai ça ! s’insurge Mr Goutdurisque.

— Ah ! Oui, c’est juste. Et bien il faudra à tout prix éviter ton double !

— Putain, ça promet… marmonne-je.

— Quant au futur. Justement… il fait une pause pour qu’on prenne bien la mesure de ce qu’il va ajouter. Ton futur a déjà été bouleversé. Et on est là pour tout réparer.

— Quoi ? siffle-je sous le choc de cette nouvelle. Mais vous allez faire en sorte que ma FIV1 va réussir ?

— Non. Elle va foirer.

— Génial ! raille-je. Alors ça ne sert à rien qu’on reparte là-bas !

— Mais on doit l’intègrer dans le Casino. Il faudra donc pousser ton double à jouer la partie FIV1 avec DNLP.

— De mieux en mieux ! lance-je narquoise. Elle va adorer ça, j’en suis sûre. Et je serais là pour observer mon double en train de pleurer face à une DNLP triomphante ? C’est ça votre plan à la noix ?

— Au moment où tu as eu ton résultat négatif, tu étais seule. Mr Goutdurisque n’existait pas encore.

— Ouais et alors ?

— Et alors ? ça change tout ! C’est là, Mr Goutdurisque, que vous intervenez ! Vous devrez épaulez Martine à la partie OATS.

— Euh… Laquelle. J’ai bien peur d’être perdue là… glisse mon ami d’un ton pas très assuré.

— Et bien, la Martine de mai 2010, bien sûr ! rétorque, agacé, le Doc.

— Et mais, en fait, vous n’existez pas dans la vraie vie ? Comment pourrais-je vous suivre ? Je ne suis pas obligée de le faire ? Non ?

— Vrai. Tu n’es pas obligée. Mais le Casino, non plus n’existe pas dans la vraie vie et pourtant, on est bien, là, à cet instant ? C’est toi qui a tout créé et qui continues de créer. Alors…Pourquoi n’existerais-je pas, moi aussi ?

— C’est pas faux… fais-je, après un petit temps de réflexion.

— Et comme c’est toi le patron. Tu peux te payer le luxe d’un voyage dans le temps. ça te permettra de faire le point avant d’attaquer la FIV2. fait-il d’un ton satisfait avant de lancer les moteurs de la Dolorean.

La suite au prochain épisode…

Publicités

Auteur :

Grande blogueuse devant l’Éternel. Tombée dans WordPress quand elle était pet... Non quand elle a appris que ça ne serait pas du coton pour procréer. On était en 2008... Depuis, elle a eu un Plumeau grâce à une FIV IMSI. Depuis, elle continue d'écrire ici sa vie de maman et d'apprentie écrivaine.

13 commentaires sur « Série le Casino : épisode 40 »

  1. Toujours une imagination prolifique ! Ca me fait triper. Bon, je préfère la Plume que la Looseuse. Sors de ce personnage poussiéreux et démodé et attaque FIV2 en super Martine winneuse. Biz biz, Plumeplume, et bonne année.

Laisser une réponse

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s