Publié dans A propos de Positive Attitude

Le jour où George devint un héros

C’était en Algérie pendant nos vacances.
Nous étions tous partis à la plage : famille Plume, cousins, enfants des cousins, frères, sœurs, leurs gosses, les voisins … Bref, toute une tripotée ! Nous devions être environ une vingtaine.
A quelques jours du ramadan, les plages étaient plus que bondés. Il avait fallu plus d’une heure au lieu de 30 min pour s’y rendre. Les parkings étaient pleins et donc il nous avait fallu plus de 15 min pour trouver une place et en tournant et virant, on observait, dépités, un des frères de George qui ne trouvait aucune place. Bref, encore plus d’une heure pour que tout le monde (une bonne vingtaine je rappelle) se retrouve sur une plage noire de monde et s’installe.

Nous nous baignons enfin. La mer est agitée. J’aide une nièce à revenir du large vers le bord. Une belle-sœur s’effraye de la vigueur des courants et interdit ses enfants de se baigner. C’est l’heure du goûter.
Tout le monde revient pour manger fruits, yaourts, gâteaux et boire. Les algériens ne font pas des mini goûters ! On décide de partir.
Plus sage, compte tenu du monde, sinon si on tarde on mettre deux heures pour rentrer. On prépare nos affaires. On s’apprête a quitter la plage quand on s’aperçoit qu’il nous manque un gosse. Une petite Helena de 4 ans tout juste.

Panique à bord.
La mère court demander aux voisins si ils ont aperçu la petite. Tout le monde cherche la puce. Le George me demande de garder les affaires et les gosses restant tandis que les autres adultes cherchent.
Un de mes nombreux neveux, 14 printemps et la voix ayant tout juste mué me lance un : « mais c’est dingue ! Elle était là juste à côté !
– ben tu sais… commence-je a expliquer de « tout » mon savoir en matière d’enfant, un gosse a la faculté de disparaitre quand t’éternues.
– ah ouais ? dit le gamin incrédule.
– ben ouais.
Dix minutes plus tard, une agitation.
Des cris de joie.
– il l’a trouvée ! il l’a trouvée ! S’écrit un autre gosse.
Devant tout le monde, le George émerge, la gosse en pleurs dans les bras.
Elle était partie se promener. Suffisamment loin pour ne pas avoir su retrouver son chemin. Le George avait été le seul à chercher à l’autre extrémité.
– c’est un héros ton mari ! Me lance le neveu ado de sa nouvelle voix de mâle.
– je sais.

Et dire que c’est cet homme-là qui est OATS !

Publicités

Auteur :

Grande blogueuse devant l’Éternel. Tombée dans WordPress quand elle était pet... Non quand elle a appris que ça ne serait pas du coton pour procréer. On était en 2008... Depuis, elle a eu un Plumeau grâce à une FIV IMSI. Depuis, elle continue d'écrire ici sa vie de maman et d'apprentie écrivaine.

10 commentaires sur « Le jour où George devint un héros »

  1. De toute façon, c’est pas ceux qui sont les plus fertiles qui feront les meilleurs parents, j’ai même tendance à croire que c’est le contraire, tout pile.

    1. Oui et en plus c’est une réflexion très objective : j’avais déjà vu ça avant même de vouloir un gosse

  2. Quelle jolie anecdote! Je crois que l’attente de cet enfant nous prépare vraiment à être meilleurs que ceux qui n’ont attendu que 9 mois, et c’est encore plus flagrant pour les hommes, non?

Laisser une réponse

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s