Publié dans Le Casino (la série)

Série le Casino : épisode 6

La petite phrase est tombée comme un couperet.

« Et en plus, il ne lui reste qu’un seul embryon »

Au début, j’ai simplement cru que j’avais mal compris, après, j’ai pensé que le bookmaker avait été mal informé, et qu’il avait voulu créer un effet d’annonce en dramatisant la situation afin d’attirer les badauds.

Puis, j’ai aperçu Mr Goutdurisque. Là, j’ai compris que c’était vrai. Ses joues avaient perdu leur couleur rouge habituelle  : il était pâle, presque cadavérique. Ce sont ses yeux qui m’ont tout dit. Son regard navré et gêné confirmait l’incroyable. L’hécatombe avait bien eu lieu.

Il s’est approché doucement de moi et m’a glissé « Je suis navrée, ma chère…Vraiment, je ne sais plus quoi vous dire… Il paraît que ce sont des choses qui arrivent…Enfin, quatre sur cinq … »

Je ne lui répond même pas. J’accuse le coup. Une partie de moi, ne veut  toujours pas y croire.

Ils ont dû se tromper de personne. Le Dr bébé avait dit que les blastocystes c’était mieux parce que ça résistaient mieux.

Mais non, ils n’ont pas résisté. Enfin, si. Un seul. L’unique rescapé.

Mr Goutdurisque passe son gros bras autour de mes épaules et me conduit vers son lieu favori. Le salon de thé.

« Après une telle déception, rien ne vaut une gourmandise ! lâche-t-il,  avec un pauvre sourire, en tentant vainement de me remonter le moral. Et puis, n’oubliez pas, ils vous en reste encore un. C’est sûrement le bon. Quelque part, cette hécatombe a eu du bon, ça vous a éliminé les plus faibles ! dit-il, en voulant me consoler. Mais je comprend votre déception et surtout votre crainte.

— Elle m’en veut personnellement, je crois. lâche-je froidement.

— Pardon, je ne vous suis pas.

— Dame Nature La Pute.

— Oui, cela ne fait aucun doute. m’affirme-t-il, le regard lointain mais soudain très noir. Une noirceur que je ne lui avait jamais vu.

— Elle a triché. Qu’est-ce que ça pouvait lui faire que j’ai droit à plusieurs TEC ?

— Vous aussi…Vous avez triché… Ce n’est pas à un vieux singe qu’on apprend à faire la grimace. me glisse-t-il avec un oeil malicieux.

— Comment… Comment … avez-vous su ? l’interroge-je, surprise et honteuse à la fois. Il rit doucement puis ajoute.

— Ma chère, dans ce casino, si on en prend la peine, tout se sait. Mais, je ne vous blâmerais pas. Vous avez bien fait. Force est de constater que, malheureusement, sur ce terrain-là , elle vous a battu. DNLP est une vrai tricheuse. Le problème, c’est qu’elle a les moyens de le faire à une dimension que vous ne pouvez même pas imaginer ! explique-t-il, arborant, encore une fois, son regard noir.

— Je me trompe où vous avez déjà eu affaire à elle, par le passé ? me risque-je. Après un petit temps de silence, il me glisse sa réponse, son regard à la fois vague et embué.

— Oui… Tout le monde a affaire à Elle… à un moment de sa vie. Mais pour moi… il me regarde avec un pauvre sourire puis rajoute. C’est un peu comme pour vous, ma chère, Elle a pris beaucoup de plaisir à me faire souffrir… Dans le passé… » Son regard se perd à nouveau dans des souvenirs que je devine douloureux.

Le serveur s’approche de notre table avec sur son plateau deux tasses de thé fumantes et une dizaine de pâtisseries en tout genre. Il dépose le contenu du plateau sur notre table devenue soudain très silencieuse.

Mr Goutdurisque rajoute une grosse pincée de sucre puis remue son breuvage, son petit doigt boudiné levé.

« Vous savez, tout ça c’est du passé. dit-il, souriant. Maintenant, ce qui compte c’est la partie qui va se jouer tout à l’heure. Manger, prenez des forces. Rien n’est encore perdu. L’unique rescapé pourrait bien vous surprendre. » conclut-il en tentant de me rassurer.

Je bois mon thé fumant mais ne touche pas aux pâtisseries, malgré les encouragements de Mr Goutdurisque. Je n’ai tout simplement pas faim. J’ai perdu l’appétit. Je suis prise d’une énorme lassitude. J’ai envie de tout arrêter. De tout envoyer valser. Je repense à ce que mon compagnon de table m’avait révélé au sujet des nettoyeurs.

« Dîtes-moi… Vous avez déjà fait appel aux… »

Je prend prestement un stylo et une feuille de papier et inscrit la fin de ma question : NETTOYEURS ?

Mr Goutdurisque suspend sa mastication et me regarde tour à tour d’un air ébahi puis malicieux. Sur le même petit morceau de papier, il inscrit, à son tour, ce tout petit mot.

OUI.

Avec un clin d’œil, il écrit encore ceci.

Je me suis définitivement débarrassé de tous les « rouges ».

En me tendant le papier, il arbore un énorme sourire. Sourire accolé à son regard plus noir que jamais. Le mélange est assez détonnant.

« Vous devriez faire appel à votre Mr Hargne… Dans le vestibule. » glisse-t-il tranquillement, d’un air entendu, tout en buvant le reste de son thé.

Après cette collation, il a fallu se rendre à l’évidence.

C’est l’heure.

L’heure de la partie a sonné.

Nous nous rendons à l’immense salle de jeux. En s’approchant de ma table,  on assiste à une cohue indescriptible. Des gens, tenant nerveusement leurs petits cartons blancs dans leurs mains, sont amassés dans le plus grand désordre autour de la table. Certains n’arrivent même pas à l’atteindre et se retrouvent cantonnés à se poster derrière la première rangée de parieurs.

La répartition est équitable à la mesure de l’enjeu. 50%.

Jouant des coudes pour m’approcher de ma place, je n’aperçois même pas mon adversaire de toujours. DNLP. Pourtant, elle est déjà là. Sa voix perçante couvre le brouhaha ambiant.

« Qu’est-ce qu’elle croyait ? Que son petit tour de passe passe allait me déstabiliser ? »

Des rires fusent de sa cour qui s’est agrandi depuis notre dernière partie.

« Ah ! Quand on parle du loup ! m’apercevant enfin. Ou plutôt, devrais-je dire loup-seuse ! lance-t-elle, désireuse de distraire ses groupies qui d’ailleurs ne se privent pas d’éclater de rire à son jeu de mot.

— Oooh ! Très spirituel. lance-je, à mon tour, narquoise, tandis que j’arrive à me glisser à ma table. Dites-moi, il vous a fallu combien temps pour l’élaborer ce trait d’esprit ? 6 mois ? Un an ? Deux ans ?

— Ça suffit ! Mesdames, un peu de tenu. s’exclame le croupier, très énervé par toute cette agitation.

— Rajoutez deux dés 100 à la partie. lance-je, suffisamment fort, pour être entendu. Des « Ooh » fusent dans l’assistance.

— Je les ai déjà préparés, avec le dé 4, cela va s’en dire. répond le croupier. Sachez cependant, que la direction du Casino n’approuve pas ce genre de méthode,  Madame ! dit-il, glacial à mon encontre.

— Et ses méthodes à elle ? La direction l’approuve ?

— Ce… Là n’est pas la question, bafouille-t-il, rouge d’énervement. Si vous continuez comme ça, j’annule la partie pour triche !

— Laissez… laissez. De toute façon, c’est l’acte de désespoir. explique, DNLP, faussement magnanime. Cette pauvre femme, n’a plus qu’un seul embryon. Alors, on peut bien lui passer cette petite incartade.

— Comme vous voudrez. lance, froidement, le croupier à l’encontre de DNLP. Mesdames ? entonne-t-il solennellement en montrant à l’assistance les trois dés, RIEN NE VA PLUS ! »

Les trois dés sont lancés en l’air. Et le temps fut suspendu. Les respirations de toute l’assistance se stoppèrent. Les battements cardiaques aussi. Tous les yeux sont braqués sur ces trois petits dés figés en l’air.

La suite au prochain épisode.

Publicités

Auteur :

Grande blogueuse devant l’Éternel. Tombée dans WordPress quand elle était pet... Non quand elle a appris que ça ne serait pas du coton pour procréer. On était en 2008... Depuis, elle a eu un Plumeau grâce à une FIV IMSI. Depuis, elle continue d'écrire ici sa vie de maman et d'apprentie écrivaine.

13 commentaires sur « Série le Casino : épisode 6 »

    1. tu crois pas si bien dire en employant le terme « cadeau » : les règles pdt la grossesse s’appellent des « règles anniversaire ». Merci du cadeau !!!! mon doc m’a raconté qu’une de ses patientes, en tec, avait arrêté son ttt depuis 5 jours et pas fait sa pds car débarquement british, et bien en fait, elle était enceinte (et grossesse normale, pas geu)… si ça peut te rassurer !
      t’es à combien de jours là ?
      moi j’ai des pertes type pré-rrr (celle dont on se rendait même pas compte avant et qu’on apprend à guetter pour mieux digérer le cadeau mensuel, comme tu dis) depuis avant le transfert, alors à quoi se fier ?????
      c’est chiannnnnnnnnnnnnnnt !!!!

      1. Alors, pour moi, ça a commencé dimanche après-midi et ça a été presque tout de suite les chutes. Lundi idem. Mardi débit normal et là, ben plus grand chose.
        Là, j’ai dû sortir m’acheter une sucrerie car c’est limite l’évanouissement (hypoglycémie). Avec un Prince ça va mieux déjà 😉
        Arf ! n’arrive aps à décoller les deux biscuits pour manger le chocolat à l’intérieur. Mais…heu !

  1. C’est aussi ce que j’ai entendu dire… Mieux que ça, mon ex belle-soeur s’est rendue compte qu’elle était enceinte à 3 mois passés de grossesse. Elle continuait à avoir ses régles. Je continue de croiser les doigts pour toi. Biz

    1. Ecrire ça m’aide ! Là j’ai appelé le centre pour avoir une explication à ce symptôme, savoir si je devais quand même faire la PDS ou pas. J’ai lu que ça pouvait être aussi une GEU donc ça peut être grave :
      Eh bien, personne !
      Je pense que je vais changer de centre, ça va pas faire long feu…

  2. Pour écarter un problème, il te faut faire la PDS, pas le choix et selon le résultat, une 2ème et une écho. Par deux fois (dont en juin pour la FIV), je perdais du sang. Le 1er coup, c’était à cause d’un décollement du placenta, le 2ème coup, on ne sait pas pourquoi. Bon, chez moi, ça n’a jamais bien fini ces histoires mais les accroches étaient réelles et le danger d’une GEU écarté.
    Courage !

    1. J’ai fini par les avoir les infirmières du centre. Toujours aussi « aimables » d’ailleurs. Franchement j’ai de plus en plus envie de partir de ce centre : à chaque fois que j’appelle, j’ai l’impression :
      1- de déranger ;
      2- d’être idiote, apparemment je pose des questions très cons ;
      et 3- une fois que j’ai raccroché, je ne suis pas plus avancée et là je me mets à déprimer…
      bilan des courses : « Non madame, avoir vos règles 4 jours en avance c’est tout à fait normal. Y a pas de problèmes de dates ! Faîtes la PDS »
      Traduction : ma pauv’ fille tu comprend rien, c’est toi le cobaye et nous les dieux, cherches pas à comprendre ! Fais ta putain de PDS et arrêtes de nous emmerder !

  3. Rhooo, j’oubliais de te féliciter pour ta série, je suis fan. D’autant que j’ai commencé le récit de l’invitée de Saddam Hussein, c’est captivant 🙂

  4. Bonjour, on ne se connait pas; je découvre ton blog et je suis hallucinée par le suivi auquel tu as eu droit. j’explique : mon supergygy m’a expliqué qu’aller jusqu’au balsto c’est prendre le risque de perdre les embryons qui sont potentiellement viables in utéro. Comment l’hopital qui te suit a-t-il pu prendre 1 si grand risque? On ne peut pas sacrifier tous les embryons … ce que je viens de lire est délirant. je suis suivie en seine et marne par « supergygy » et à l’hopital américain. Jamais je n’ai entendu dire qu’on tentait tous les blasto. Les blasto ne résistent pas mieux à l’extérieur (au labo) mais s’accrochent mieux dans l’utérus. Quant aux règles, il m’est arrivé la même chose au tec précedent, soit 4 jours de règles d’avance. Supergygy a expliqué que comme les embryons ne s’étaient pas accrochés, la chute des hormones avait entrainé l’arrivée des règles en avance, que le cycle était chamboulé avec les doses d’hormones que nous recevons. Il m’a aussi demandé de faire la pds (pour confirmer le resultat qui était négatif). Je te souhaite de trouver un centre à la hauteur, de trouver une secrétaire aimable (car merde, on vit un enfer), de trouver un gygy qui soit compétent et humain et surtout, surtout : je te souhaite de connaitre le bonheur que tu mérites. Bon courage à vous 2.

    1. Merci Fabienne pour ce long commentaire. Finalement ça sera une copinaute qui m’aura donné l’explication de ce qui m’arrivait.
      En plus, j’avais émis ma crainte de perte plus importante de blastos au Dr Bébé du centre qui lui m’avait dit tout le contraire. « Chez nous, les blastos résistent mieux à la décongélation…On préfère els blastos. »
      Rassurée, je me disais que j’avais tout bon…Hum ! bon on repassera.
      Et dire que j’avais obtenu 12 embryons à j3 parfaitement viables. Si on m’en avait congelé au moins 6 et laissé pousser les autres, je pense qu’on aurait augmenté un peu mes chances.
      Mais bon, c’est du passé…Place au futur. J’ai déjà contacté deux centres. Un va m’envoyer un formulaire. Pour l’autre, faudra rappeler le 2 novembre en espérant décrocher le fameux formulaire.
      Et je suis en quête de super gygy. J’ai déjà en tête un type. Je vais aller le voir pour un contrôle de routine et on verra bien 😉

Laisser une réponse

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s