Publié dans Le Casino (la série)

Série Le Casino : épisode 2

Le dé 100 s’élance de la main droite. DNLP, approche ses doigts de sa bouche maquillée rouge sang. Dames Pimbêche et Orgueilleuse ont les yeux qui sortent des orbites. Mr Goutdurisque mord nerveusement son cigare. Je ne bronche pas. Le dé 100 atterrit sur le tapis vert et se met à rouler…

Le dé 100 roule encore et encore et ne semble pas décidé à s’arrêter. DNLP se tâche les incisives avec son rouge à lèvres en se mordant les doigts. Dames Pimbêche et Orguilleuse ont leurs mâchoires inférieures qui décrochent, et suivent de leurs yeux globuleux les va-et-viens du dé. Le cigare a été littéralement guillotiné par les dents de Mr Goutdurisque, tendu à l’extrême. Je suis la seule à ressentir une grande lassitude, je soupire et lève les yeux au ciel. Je l’ai tellement vu cette face « PAS ENCEINTE », que finalement je peux me permettre d’admirer les décorations du plafond.

Soudain, un cri. Le cri de joie de DNLP.

C’est perdu, encore une fois.

Je regarde le dé 100. Une grosse impression de déjà-vu. Le croupier soupire et ramasse ma misérable mise. Les petits jetons cuivrés avec « MINI-ESPOIR » gravés dessus.

Mr Goutdurisque recrache la tête de son cigare et déclare d’un ton glacial à DNLP : « Mouais, c’est une bien petite victoire, Madame ! Pas de quoi pavoiser ! »

DNLP l’ignore complètement tout occupée à ramasser avec avidité son gain, un tas de plaquettes vertes avec ses initiales gravées dessus. Elle claque des doigts et un assistant sort d’un caddie, un petit paquet cadeau rose. Mon cadeau mensuel. DNLP ne me regarde même pas et lâche, d’un ton impérieux, à son assistant l’ordre de me remettre le-dit paquet. Je le prend, bien obligée, sous les fous-rires de Dames Pimbêche et Orgueilleuse. L’humiliation est totale.

« Souhaitez-vous arrêter, maintenant ? » me demande le croupier. Ce n’est pas une demande. C’est une supplique.

« — Non, et je vous signale qu’il faudra envisager de changer de dé. Le mois prochain, je ferai une TEC avec un blastocyste. Comme pour la FIV en mai, c’est 50% de chance. » je répond d’un ton plat. Puis j’ajoute sur le même ton. Pensez à prendre un dé 4, Mr le croupier. »

Cela a l’effet d’un boomerang. Dans l’assistance, on entends des « Oh » de surprise. Mr Goutdurisque, ravi, applaudit de ses mains potelés.

« Magnifique ! Cette table est décidément très intéressante. Je crois que je vais rester. Quel suspense ! » déclare-t-il, tout excité, comme un enfant.

DNLP, pâlit, mais se ressaisit presque immédiatement. Avec un petit rictus nerveux de ses lèvres, elle déclare, sur un ton se voulant confiant : « Excellent ma chère ! De toute façon, j’adore jouer ! ». Sa provocation fait rire l’ensemble de sa cour.

« — Tant mieux, moi aussi j’adore jouer. » réponds-je d’un ton de défi.

La cour de DNLP pousse alors des cris d’indignation.

« Comment ose-t-elle lui parler de la sorte ? Mais pour qui se prend-t-elle ! » raille Mme Pimbêche.

« — Ce n’est pas grave, ma chère. dit DNLP sur un ton calme. De toute façon, elle va perdre. On ne peut pas gagner contre moi ! »

Son rire cristallin retentit et a pour effet de glacer les badauds de la table de jeu.

Un employé du casino m’apporte, avec une certaine réluctance, un petit caddie. Celui-ci est rempli de jetons rouges. Je les connais bien ces jetons. On ne peut pas les jouer, ni les utiliser, ni les échanger. On ne peut que les amasser. Je soupire.

La vache ! Cette fois, on ne m’a pas rater. J’en ai jamais eu autant. Qu’est-ce que je vais faire de tout ça ?

A la vue du caddie, Mme Orgueilleuse éclate de rire et désigne mon encombrant gain à Mme Pimbêche.

« Ah ah ah ! Vous avez vu ! Elle a récupéré tout un tas de jetons « HAINE » ! Ah ah ah ! »

J’ai juste envie de la tuer, là. Cette fois, le concierge n’en voudra pas. C’est sûr ! Et si je les jetais ? Ni vu ni connu…

« Permettez, madame ? me lance Mr Goutdurisque, en saisissant mon caddie afin de le tirer hors de la table. Il est bien lourd ! Avec un tel tas, vous devriez faire appel à des professionnels.

— des professionnels ? je demande, interloquée.

— Oui ! Vous ne connaissez pas les « Mr Hargne » ?

— Non.

— Ce sont des employés qui s’occupent spécifiquement de ce type de jetons. Je vois que vous avez tout à apprendre ! dit-il d’un ton badin. Suivez-moi, nous allons nous restaurer un peu. Tout ça, ça m’a donné une de ces faims ! ».

Dans l’indifférence générale, nous nous dirigeons, lui et moi, vers un salon de thé, qu’il affectionne particulièrement, selon ses dires.

Gêné par son obésité et son manque de souffle, il fini par me laisser tirer mon encombrant caddie. L’excitation du jeu, plus l’exercice  physique lui ont donné chaud. Il finit par déboutonner quelques boutons de sa redingote, puis essuie son front bombé avec un mouchoir blanc en tissu de très belle facture.

Nous nous asseyons à une table, et j’installe le caddie non loin de moi. Le serveur se dirige vers nous, et tout en regardant avec dégout mon caddie, prend nos commandes en affectant une fausse neutralité.

« Il est vrai, ma chère, que ça ne se fait pas d’amener un caddie remplie de jetons « HAINE », mais mon petit doigt me dit, que de toute façon, votre concierge n’en voudra pas. dit-il, en me faisant un clin d’oeil. Et puis, j’ai très faim ! Nous nous en occuperons plus tard. Comme je vous le disais, à l’instant, il vous faut absolument acquérir les services d’un Mr Hargne. Ces employés, hum, comme dirais-je, sont en fait des clones. »

des clones ! ça existe ?

Il me laisse quelques instants, pour accuser le coup, avant de reprendre, tranquillement.

« En effet, ce casino est très spécial, comme vous avez pu le constater. »

Le serveur nous amène nos thés et nos pâtisseries. Mr Goutdurisque, regarde ses trois éclairs au chocolat et soupire, agacé.

« Oh, mon p’tit, pourriez-vous me ramenez ces fabuleux petits financiers à la pistache ! Je n’aime pas les éclairs au chocolat, c’est mauvais pour mon cholestérol ! Enfin, je les mangerai quand même puisque vous les avez amener… » s’adresse-t-il au serveur, avec un petit air enjoué.

— Oui, Monsieur, je vais voir ce que je faire… » répond le serveur, d’un ton froid.

« Des clones ! Des clones ? Mais j’en ai pas vu ! lance-je, dubitative.

— Si ma chère, vous les avez certainement vu mais vous avez dû penser, alors, qu’il s’agissait d’une seule et même personne. Or, ils sont… des milliers !

— Des milliers ?

— Oui. Ce casino est en fait gigantesque et la plupart d’entre eux travaillent des les profondeurs du casino. Quant aux autres, ils se répartissent parmi les milliers de tables de jeu.

— à quoi, ils ressemblent ?

— Ils sont petits, une grosse tête, avec un front bombé, une forte calvitie, et un menton très pointu. Ils ont le teint cireux, des yeux petits rapprochés. Des bouches très fines et tordues. Un nez vilain, mais vilain. Tout crochu ! Ils ont souvent avec eux des attachés-case et un gros trousseau de clés. Ils sont sinistres. De bien piètre compagnie. Froids, je dirais même glacial. Austères, oui, on peut dire ça. En fait, pour être franc, ils font même un peu peur… Mais, ils sont d’une redoutable efficacité et d’une grande discrétion. Vous pouvez, absolument tout leur demander. Ils sont les seuls à savoir quoi faire de vos encombrants jetons rouges.

— Est-ce que ça veut dire, qu’ils peuvent les utiliser ?

— Oui d’une certaine façon. Mais…hum ! rajoute-t-il en chuchotant après s’être raclé la gorge d’un air gêné. Il vaut mieux ne pas en parler ici. Le vestibule est plus indiqué pour ce genre de conversation. après un petit temps de silence, il me désigne avec son  index boudiné les caméras de sécurité, puis rajoute, cette fois, sur un ton plus assuré. Sachez, cependant, qu’il existe une banque dédiée aux jetons rouges. Les Mr Hargne tiennent cette banque. Avoir un Mr Hargne à son service permet de « placer » vos jetons et de libérer votre coffre-fort de la conciergerie.

— C’est, en effet, très pratique. Je ne pouvais pas les utiliser et visiblement, ces jetons provoquent des réactions bizarres. A commencer par le concierge. J’ai même l’impression, avec le recul, que c’était plus de la peur que de la colère envers moi.

— Et ça se comprend, ma chère. Sachez que ces jetons attirent la pègre du casino. Des criminels sans scrupule ! Ils rodent autour de vous, comme des vautours et vous proposent leurs vils services. explique-t-il en déclamant quasiment ses phrases. Puis, il rajoute, sur un ton plus posé. Le problème, c’est que si vous deviez faire appel à eux, dans le but désespéré de vous débarrasser de ces jetons, ils pourraient vous attirer des ennuis. Les crimes seraient commis en votre nom même s’ils sont perpétré par ces soit-disant nettoyeurs ! Dans ce casino, vous êtes le seul responsable des jetons « HAINE » que vous accumulez. Les oublier dans un coin, comme vous avez pu le constatez, ne sert à rien. La pègre rode et va vous solliciter sans arrêt. Les jeter, ne fera que les attirer davantage : on retrouve toujours le propriétaire car les jetons sont marqués. Reste à les confier à un Mr Hargne qui les stockera, en votre nom, dans un coffre-fort spécial de cette banque, elle même située dans les profondeurs du casino.

— Où puis-je trouver un Mr Hargne ?

— Ne vous en faîtes pas. Je me charge de faire passer la candidature. me lance-t-il, rassurant avec un petit clin d’oeil. Il enfourna dans sa bouche un éclair au chocolat. Mastiqua goulument, puis héla le serveur afin de lui demander ce que les financiers à la pistache étaient devenus…

La suite au prochain épisode…

Publicités

Auteur :

Grande blogueuse devant l’Éternel. Tombée dans WordPress quand elle était pet... Non quand elle a appris que ça ne serait pas du coton pour procréer. On était en 2008... Depuis, elle a eu un Plumeau grâce à une FIV IMSI. Depuis, elle continue d'écrire ici sa vie de maman et d'apprentie écrivaine.

6 commentaires sur « Série Le Casino : épisode 2 »

    1. Oui c’est un embryon de 5-6 jours. Il a plus d’une centaine de cellules.
      Cet embryon a statistiquement plus de chance de s’accrocher qu’un embryon de 2 ou 3 jours qui a 8 ou 16 cellules.
      Je te souhaite bonne chance pour ta FIV et que tu récoltes de beaux blastocystes pour avoir un maximum de chances.
      Biz

  1. superbe plume. J’adore l’histoire du casino, c’est super bien trouvé.

    Je suis désolée pour ce cycle.
    Pour le transfert je ne pense pas qu’on puisse te forcer à t’en mettre deux… mais quelles sont les chances que les deux s’accrochent ???
    Et sinon, même question qu’isa, blastocyte ou embryon c’est quoi la différence ?

    bises

    1. Merci. Ben j’essaye d’avoir le secrétariat du labo PMA pour leurn rappeler que j’en veux qu’un si d’aventures les deux survivent à la décongélation.
      Un blastocyste est un « gros » embryon d’une centaine de cellules. Il a 5 ou 6 jours.
      On a 50% de chance qu’il s’accroche ou 50% de chance qu’il n’évolue pas une fois dans l’utérus. C’est bien mieux qu’un « petit » embryon de 3 jours à 8 cellules qui, lui, a seulement 20 à 25% de chances de s’accrocher.
      Si on m’en met deux, j’ai donc statistiquement 1 chance sur 4 d’avoir des faux jumeaux !! avec toutes les complications imaginables. Car une grossesse gémellaire n’est pas anodine : plus de chances de prématurés, plus de chances de fausse couche précoce ou tardive, plus de fatigue, plus d’effets indésirables car les taux hormonaux sont deux fois plus importants …
      Je te souhaite bonne chance pour ton IAC

  2. J’adore cette analogie avec le casino…. Tu trouves le moyen de transmettre ce que tu ressens à la perfection avec tous tes personnages.
    Pour ce cycle-là, n’oublie pas que le dé est à 2 faces simplement : c’est du 50% de chances ma belle, ça peut être la bonne !!!!!!

    1. Oui le casino c’est mon inconscient 😉
      Les persos arrivent tout seuls. si seulement les bébés arrivaient tout seuls aussi…

Laisser une réponse

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s