Publié dans A propos de nulliparité

Début du traitement

Après mon petit week-end à Prague, c’est le cœur lourd que je viens acheter les médicaments pour mon traitement.

Le pharmacien, au vu des piqûres que je dois me faire, me tend la carte d’une infirmière. Il se trouve que mon traitement a commencé le dimanche. Je pensais donc qu’il serait exclu de trouver une infirmière qui aurait la bonté de vous piquer un dimanche… J’étais donc résolue à me débrouiller et vu mon expérience jusqu’ici, c’était presque devenu normal…

J’appelle donc ladite infirmière qui veut bien passer chez moi : 1° miracle !

Elle me dit tout de suite, qu’avec le décapeptyl, j’aurais du mal à m’en sortir toute seule.

Pourquoi ? après avoir mélangé la poudre avec le solvant, il faut arriver à récupérer la solution, et c’est là que ça se complique. Dommage, que la boîte pharmaceutique n’est pas pensé à fabriquer des ampoules avec les solutions toutes préparées, surtout quand on sait que ce sont les bonnes femmes qui se piquent toutes seules la plupart du temps.

Ensuite, il y a la piqûre… Le mieux c’est de disposer d’une toute petite aiguille : l’avantage c’est qu’elle est fine et courte ! La piqûre est donc indolore (du moins en principe, si vous ne vous y prenez pas comme un manche).

L’infirmière me pique donc, et là génial, je ne sens rien : 2° miracle !

Quand aux effets secondaires, pour l’instant je n’ai rien, j’ai même plutôt la forme : 3° miracle.

Hier, je me suis piquée toute seule, avec l’infirmière qui me surveillait. Il faut bien penser à positionner l’aiguille en parallèle de la peau (et non perpendiculairement, contrairement à ce qu’on pourrait croire) et là effectivement je n’ai rien senti, sauf quand elle m’a dit d’enfoncer toute l’aiguille (heureusement qu’elle est courte…), puis il a fallu injecter le produit. Là j’ai eu un peu mal, mais apparemment moins qu’elle : elle avait mal pour moi (c’est mignon ça ).

Bref, c’est  le métier qui rentre, je recommence ce soir, et si je vois que décidément infirmière c’est un métier, je vais faire appel à ses services, même si le soir, ça ne l’arrange pas.

Hier soir, vu mes prouesses, ça a un peu gonflé à l’endroit où j’ai piqué. Petit truc : un petit glaçon dans une poche en contact avec le point douloureux : ça dégonfle illico et j’ai aucun bleu ! Dernier miracle !

Publicités

Auteur :

Grande blogueuse devant l’Éternel. Tombée dans WordPress quand elle était pet... Non quand elle a appris que ça ne serait pas du coton pour procréer. On était en 2008... Depuis, elle a eu un Plumeau grâce à une FIV IMSI. Depuis, elle continue d'écrire ici sa vie de maman et d'apprentie écrivaine.

Laisser une réponse

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s