Publié dans A propos de nulliparité

C’est parti pour la FIV ICSI

Hier, j’ai vu le Dr Bébé. nous avons évoqué le cas Ninou puis je lui ai signifié mon intention de commencer le traitement pour le mois de mai 2010. Si, ça ne marche pas, comme il faut, au moins, trois mois de repos, j’en profiterai pour partir, avec le Ninou, aux USA voir ma cousine.
J’ai donc déjà vu les infirmières qui m’ont remis un dossier à compléter et à photocopier en deux exemplaires !!
Il y a notamment des décharges ou autorisations pour la Procréation Médicalement Assistée (PMA), l’autorisation de congeler les embryons surnuméraires (ce que nous ferons car je n’ai pas envie de me faire ponctionner à chaque tentative).

Aujourd’hui je repars au centre de PMA pour assister à une séance d’information animée par un médecin et un infirmier.

En m’accompagnant vers les infirmières, le Dr Bébé m’a dit « S’il faut, vous n’aurez pas besoin, vous pourriez tomber enceinte naturellement ». Réponse :

« Dr, je ne crois plus aux miracles ! »

Il est vrai que j’ai entendu cette phrase depuis un an que je le consulte et quant à ceux qui sont au courant de ma situation, ils me disent un « tu verras, ça va venir quand tu y penseras plus, quand tu seras en vacances et détendue ».

J’ai été en vacances cet été, je n’y ai plus pensé et … rien.

Cela fait déjà bien 3 mois, que je ne suis plus déçue quand les règles arrivent.

J’ai donc passé plusieurs étapes :

  • l’étape de non-acceptation : « non, ils ont dû se tromper, le second examene montrera que c’est un coup de fatigue »
  • l’étape de colère
  • l’étape des miracles : « on va les faire mentir, je vais tomber enceinte comme ça, sans prévenir »

Maintenant j’en suis à l’étape d’acceptation.

En gros, une PMA c’est comme un deuil. Ici, il s’agit du deuil de faire un enfant de manière naturelle.

Je dois avouer, quand même, puisque j’ai décidé de faire ce blog en évitant tabou, que je lui en veut au Ninou d’être victime d’une OATS, parce que finalement c’est moi, qui en plus de la frustation que ça engendre, qui vais subir le traitement.

Oui, je sais, ce n’est pas bien, c’est mal très mal ! 😛 car il n’y est pour rien mais bon, voilà, je crois que là aussi, c’est une période à passer. C’est important de faire partager ses sentiments, même les mauvais, les non avouables. c’est aussi le but de ce blog.

Donc, moi, je dis, les filles, si vous en voulez à votre conjoint, eh bien, ne vous culpabilisez pas, car après tout, c’est vous qui allez souffrir, douter, et donc c’est un juste retour des choses. Après, il faut faire les choses intelligemment. Il ne faut pas lui faire sentir, il faut en parler, il faut, après, arrêter de lui en vouloir, car ce n’est pas constructif et il faut se battre.

Passer les étapes, passer les étapes. Une par une. Avancer.

Il restera à gérer cette situation avec le travail (ça fait déjà deux articles où je promets un article entièrement consacré à cette question) et surtout à gérer vis-à-vis de l’entourage (ce qui fera l’objet d’un autre billet) qui va, ou a déjà, posé la question qui fâche : « alors, les tourtereaux, c’est pour quand l’héritier ? ».

Ensuite, quelque soit l’issue de mes tentatives de PMA (FIV ICSI), j’aborderai dans ce blog la possibilité que cela ai échoué et donc le nouveau deuil et, surtout, gérer, là encore, avec un entourage pas toujours compatissant…

Je pense que ce point est très important à évoquer car nous sommes dans un monde où l’enfant est roi et c’est très difficile dans cette société d’assumer, ou par choix ou par nécessité, le fait d’être un couple sans enfant. Là, aussi, gros boulot donc… Plein d’articles en perspectives.

Dans le cas d’une bonne issue, il faudra que j’évoque un autre problème… Faut-il le dire ou pas, que son enfant est issu d’une PMA,  qui ? Comment ? et surtout, comment lui dire au principal intéressé (le bébé) ? à quel âge ?

Publicités

Auteur :

Grande blogueuse devant l’Éternel. Tombée dans WordPress quand elle était pet... Non quand elle a appris que ça ne serait pas du coton pour procréer. On était en 2008... Depuis, elle a eu un Plumeau grâce à une FIV IMSI. Depuis, elle continue d'écrire ici sa vie de maman et d'apprentie écrivaine.

Laisser une réponse

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s