Publié dans Des choses et d'autres, Maman d'un Plumeau

Une année pour tout changer

Avec nos soucis, et mes envie de Montessori, j’ai fini par craquer et j’ai investi dans le dernier livre de Céline Alvarez « Une année pour tout changer« .

Je ne regrette pas mon achat, je ne l’ai pas encore fini, mais la 1ère moitié est déjà très intéressante et aide à comprendre le fonctionnement du cerveau d’un enfant. En gros, nous, adultes (parents comme institution scolaire), faisons vraiment n’importe quoi avec nos gosses.

Je retiens qu’un enfant, dès la maternelle a besoin d’être nourris intellectuellement et avec des défis qui peut nous sembler à nous compliqués alors que bien souvent ce qu’on leur demande est trop simples et donc les désintéresse rapidement. Je retiens aussi la nécessité d’entre tenir ce que Céline appelle « les fonctions executives », bref : faire travailler son cerveau avec ses mains comme savoir lasser ses chaussures (toujours pas acquis chez le Plumeau), mettre le couvert, faire la cuisine, etc. ce qui va constituer le terreau idéal à l’intelligence, à la sociabilité et au sens inhibiteur comme par exemple « attendre son tour » ou « ne pas interrompre une conversation » (tout ce que le Plumeau ne sait pas faire et qui lui joue actuellement des tours à l’école). En gros promouvoir l’autonomie : apprends moi à faire tour seul. Et moi, qui avait laissé ça de côté à la sortie de la crèche parce que je n’avais pas la patience d’attendre que le Plumeau saches s’habiller ou se doucher tout seul par exemple.

Voilà, et donc, depuis quelques temps, j’ai tout revu : le Plumeau est vivement encouragé à s’habiller, se déshabiller, se doucher… Il m’aide à vider le lave-vaisselle, à ranger les couverts, et maintenant, il commence à cuisiner tout seul. Il fait des pâtes, il chauffe ses poissons panés ou ses cordons bleus. Bien sûr, je reste à côté mais c’est lui qui fait.

Bien entendu, il en redemande, et je profite qu’il exprime encore de l’intérêt pour acquérir de l’autonomie, pour lui proposer et l’encourager. La meilleure période c’est entre 2 et 5 ans, et là, les capacités à ce niveau-là explosent pour atteindre un palier vers 6-7 ans. Il y a de nouveau une petite phase sensible au début de l’adolescence.

Bon, je parle, je parle, mais le mieux c’est d’aller cliquer sur mon lien pour commander, ou encore emprunter pour en prendre connaissance.

Au niveau des jeux, j’ai décidé que pour cette année, ça serait là aussi ce qui favoriserait les fonctions exécutives : à nous les dominos, les mikados, les puzzles 2d et 3D… J’ai profité du black friday pour acheter tous ces cadeaux de Noël, et je vous ferai un petit billet dessus 😉

Publié dans Des choses et d'autres

6 ans

Bon, on va pas se mentir, je n’ai plus trop le temps de venir par ici.
Je profite des 6 ans tout juste sonnés du Plumeau pour revenir par ici.
Donc, on va vite oublier les soucis de comportement à l’école au point que le bureau du môme soit collé au tableau, bien à l’écart des autres.

On va vite oublier que la pédopsychiatre, ça n’a rien donné, et qu’elle était juste bonne à demander nos chèques sans nous donner ne serait-ce que le début d’un début de piste.

On va aussi oublier que le gosse est déjà black-listé par toute l’équipe enseignante de l’école…

Et on va se concentrer sur le PO-SI-TIF !

Un beau gâteau en forme de citrouille façon pinata et une superbe décoration en pâte à sucre.

Une belle décoration façon Halloween (il n’y a jamais assez d’Halloween).

Une belle fête d’anniversaire avec les copains du 92.

Des cadeaux : un nouveau vélo tout neuf 20 pouces, un dinosaure en bois à monter et qui fait GRRRR, un autre dinosaure à escaver, un légo 3 en 1 et des livres de la collection Funny Bones qu’il adore.

Voilà, maintenant, je vais tâcher de fêter l’anniversaire du George.

Publié dans Des choses et d'autres

Le verre d’eau

A chaque repas pris en commun, le George ou moi remplissons consciencieusement le verre du Plumeau.

Et inexorablement, à chaque repas, on l’informe qu’il faut boire.

Et inexorablement, il délaisse son verre encore plein en quittant la table, alors, on lui répète « Plumeau, ton verre ! Bois ! »

« Oui, oui » lancé inexorablement d’un ton agacé.

Et inexorablement, le verre reste plein alors qu’on débarrasse tout le reste.

Et inexorablement, l’enfant finit par quémander à boire quand c’est vraiment plus le bon moment : en route pour l’école, pendant les courses, etc. (pour le coucher, ben, il se relève pardi !)

Et pourtant, nous étions deux à lui répéter qu’il fallait boire, qu’il fallait vider son verre etc.

Dîtes-vous que le verre d’eau c’est l’allégorie de la maternité, ou plutôt de ma maternité.

« Plumeau, fait attention à ton comportement. Sois sage. »

« Oui maman »

s’ensuivent explications causes – conséquences.

En vain.

Le problème ne sera pas évitable, il s’y engouffra en plein dedans.

Mon fils, c’est le verre d’eau obstinément plein sur la table vide, à attendre qu’il soit bu.

 

Publié dans Des choses et d'autres, Maman d'un Plumeau

En vrac des vacances automnales

Le temps est si humide et pluvieux qu’il nous est difficile de tondre la moindre pelouse, ou du moins, contrairement aux voisins, nous avons loupé l’étroite fenêtre d’ensoleillement pour le faire.

Je ne sais pas si c’est depuis que j’ai emménagement dans le 9-1, mais le RER D n’a jamais autant été merdique, et le droit de retrait ou la grève surprise (appelez ça comme vous voulez) a à peine modifié mon quotidien, car le trafic n’est jamais régulier, jamais normal, et toujours dysfonctionnel. J’ai donc trouvé pire que la ligne 13…

En réservant début septembre notre vol pour un séjour dans le Sud chez mes parents, je n’ai pas remarqué que notre vol partait de l’aéroport Roissy Charles de Gaulle et non Orly qui est maintenant plus près de notre nouveau domicile. C’est ballot. Je me retrouve donc à envisager un long trajet en Uber avec le Plumeau. Trop sympa…

Au niveau du comportement à l’école, le Plumeau semble s’être amélioré, ou du moins, il serait plus juste d’affirmer que le maître a cessé de s’en plaindre auprès du directeur. Pour ce qui est des activités hors scolaires, c’est une toute autre histoire. Le voir pour une énième fois sorti du bassin par la monitrice et réprimandé par cette dernière m’a donné furieusement envie d’être la mère de n’importe quel enfant du groupe 1 de natation sauf du mien.

Nous avons rdv avec la pédopsychiatre pour la 3ème fois, et normalement la dernière, afin qu’on sache à quoi s’en tenir. Sûrement que nous n’en n’allons pas en rester là : psychomotricité ? psychologue ? bilan WISC ?

Est-ce un enfant hyper actif ou simplement trop énergique ?

Est-ce un enfant ayant des troubles de l’attention ? Ou simplement rêveur ? Ou simplement attentif à ce qui l’intéresse (et pas au reste) ?

Est-ce un enfant à haut potentiel ? Ou simplement incontrôlable et réfractaire à toute forme d’autorité ?

Quand je vois dans l’entourage que les diagnostics psy arrivent à être posés lorsque les gosses « à problèmes » arrivent en plein CE2 ou CM1, je me dis qu’on a encore pas mal de chemin à être ballotés d’un psy à un autre.

Et dans tout ça, moi, je passe au dernier plan, notre couple, lui passe aussi au dernier plan.

En y repensant, beaucoup de choses passent à l’abandon en ce moment. L’anglais avec le Plumeau, l’écriture pour moi, les loisirs…

La seule chose que j’ai réussi à faire c’est prendre le recul nécessaire par rapport au boulot, mais je me rend compte que je glisse dangereusement vers le burn-out… maternel !

(Là, si je m’écoutais, je ne partirai même pas en vacances avec mon fils)

Et puis une phrase de la pédopsy m’est revenue : « hors de la maison, laissez faire les autres (maitre, monitrice), vous, vous avez assez à faire à la maison », et ça a commencé à faire sens dans ma tête.

En dehors de ma juridiction (le domicile), je ne m’en occupe plus. Arrivera ce qu’il arrivera, même, si ça me ferait mal au derche si on me disait que mon fils n’a plus le droit de continuer la natation (et au revoir les 240€ pour l’année de piscine) compte tenu de son comportement.

Bref, je commence à penser un peu à moi. Du moins, j’essaye.

 

 

Publié dans Des choses et d'autres

C’est l’automne

C’est l’automne et le début des feuilles qui roussissent et qui tombent.

C’est l’automne et les rythmes qui s’installent (avec les inévitables problèmes de transport).

C’est l’automne et le début des jours qui raccourcissent.

C’est l’automne et la fraicheur qui s’installer et le bonheur nouveau de voir tomber la pluie et donc d’arroser moins.

C’est l’automne et le début des visites chez le médecin. Qui du certificat ? Qui de la gastro très précoce cette année ?

C’est l’automne et déjà un premier rdv chez une pédopsychiatre pour faire le point.

C’est l’automne et déjà un premier entretien avec le maître d’école parce que Plumeau ne se comporte pas bien (on a rudement bien fait de voir la pédospy).

C’est l’automne et déjà l’envie de vacances 😉

Publié dans Plume bricole et George rigole et inversement

Plume jardine (et George éventuellement)

Avec la Rentrée, nous avons eu également notre pendaison de crémaillère où ce fut l’occasion de nous offrir des trucs verts et/ou colorés vivants, je veux parler bien sûr des plantes !

Jusqu’ici, George et moi, on s’est contentés de maintenir en état ce qu’on nous avait livré, à savoir, une pelouse avant et une pelouse arrière, un cerisier à l’arrière, un arbre ornementale (aucune idée de l’essence par contre) à l’avant, des arbustes pour la clôture avant.

Malgré la canicule estivale, je dirais que nous avons rempli notre mission avec succès. On ne peux pas en dire autant de l’un des 4 voisins.

George a tondu (je pourrai vous faire un billet tonte à l’occasion), j’ai ramassé les tontes de pelouse, on a arrosé. Beaucoup arrosé. Bref, notre jardinage s’est cantonné à ça.

Nous avons bien pensé à ce que nous pourrions faire, notamment de la butte-sa-mère, mais sans idée précise.

Puis nous avons hérité de pieds :

  • d’aster
  • de bruyère
  • de cyclamen
  • de lavande
  • de thym
  • des bulbes de tulipe

En bonne jardinière du Dimanche, j’ai regardé sur Internet pour chaque plante pour savoir à quoi j’avais affaire.

J’ai donc planté le Cyclamen dans la jardin côté nord, et les autres côté sud.

Il nous restait les bulbes de tulipes que  le George a planté sur une bande assez étroite, d’où un Plume assez circonspecte.

Nous verrons au mois de mars, si ça pousse. Ou pas.

Publié dans Des choses et d'autres

C’est la rentrée : acheter en ligne la liste de fourniture chez Scoléo

Bien avant cette Rentrée, soit peu de temps avant le déménagement, je me suis occupée d’acheter les fournitures scolaires (car, après, disons que j’aurais été un peu trop occupée). J’avais eu la liste par le directeur de l’école lors de la dernière étape avant l’inscription.

Parce que je ne voulais pas courir dans les rayons fournitures en grande surface le 28 août, essayant de me frayer tant bien que mal un passage avec mon caddie entre des familles parfaites (mais tout aussi stressées) venues acheter à l’arrache, j’ai opté pour une commande et une livraison par Internet.

Plusieurs conseils reçus à droite et à gauche m’ont amenée à Scoleo.

Leur boutique est très fournie, bon, il n’y avait pas le sac à dos ergonomique, mais en guise de fournitures, il y a tout.

Le service clientèle a été parfait, puisque n’étant pas encore livrée (alors que je déménageais dans 3 jours), j’ai dû faire appel à eux.

J’ai été livrée le lendemain !

Voilà, en somme je recommande.

Vous allez me dire que c’est un peu trop tard, mais il y a toujours des réserves à faire non ?