Publié dans Maman d'un Plumeau

Le point Kids Solo chez Air France et HOP!

Avec tout ça (c’est à dire rien puisque jamais le temps), j’avais oublié de vous faire mon retour du voyage en avion de mon Plumeau de fils.

En effet, pour celles et ceux qui ne passent pas régulièrement par ici, j’avais narré que le 4-ans devait partir plus de 2 semaines chez Papi et Mamie, ou plutôt « Comment je les avais entourloupés pour me prendre mon fils chez eux durant une partie de ses congés d’été« .

Histoire de rendre ça plus excitant encore, et comme le Plumeau avait désormais l’âge de voyager seul en mode mineur non accompagné, j’ai opté pour l’offre Kids Solo chez Air France et aussi chez HOP!.

Alors, d’abord, sachez qu’il y a deux mois et demi, cette offre était impossible à commander en ligne sur le site Air France. Je n’ai pas retenté depuis, donc je vous laisse me dire en commentaire si c’est toujours le cas. Bref, malgré notre appel au service de clientèle, rien n’a été fait pour résoudre ce souci technique.

En gros, tu te tapes toutes les informations : sélection du vol jour, horaire, formulaire concernant le voyageur (date de naissance, nom, prénom), identité des parents, identité et coordonnées de l’accompagnateur au départ (pas qu’une seule coordonnée hein ! mail, tel fixe, mobile), rebelote pour l’accompagnateur à l’arrivée, moyen de paiement etc. Tu cliques sur « Payer » et il ne se passe rien.

J’ai vidé le cache, j’ai tenté un autre navigateur, mais rien.

J’ai donc finalement passé commande chez HOP! et ça tombe plutôt bien puisque HOP! et Air France c’est la même famille.

Moyennant 143€ et des brouettes, j’obtins donc confirmation par email que mon fils aura un vol en soirée.

Et mon père – l’accompagnateur à l’arrivée – également de manière simultané 😉

A ce prix là est compris le bagage en soute, et c’est plutôt appréciable, car je voyais mal comment l’enfant allait pouvoir ranger sa valise dans la cabine.

Le jour du départ, nous sommes arrivés suffisamment à l’avance pour l’enregistrement du bagage en soute et prendre connaissance du dispositif.

Nous nous rendons à un accueil spécifique pour les mineurs non accompagnés et on nous remets une pochette plastique où ont été rangés sa carte d’identité au recto et l’impression papier de mon mail contenant toutes les informations du vol au verso.

On nous indique qu’ il faudra se rendre au Hall 2 (ça tombe bien nous y sommes) dans l’espace prévu pour les mineurs non accompagnés après l’enregistrement du bagage qui se trouve être à une autre caisse juste derrière. Une hôtesse viendra chercher le petit pour passer la sécurité.

Nous passons donc à la caisse de derrière pour enregistrer la valise, la dame nous range la carte d’embarquement dans la pochette et nous invite à aller attendre au Hall 1 dans l’espace mineurs non accompagnés.

Bref d’une caisse à l’autre, nous changeons de lieu de rendez-vous. Première angoisse…

Nous insistons forcément pour démêler le vrai du faux. Hall 1 ? Hall 2 ?

La dame nous assure que tous les vols vers Toulon c’est Hall 1 pour les mineurs non accompagnés.

A demi rassurés, nous nous pointons au lieu de rdv. Une bonne demi-heure plus tard (oui, nous étions vraiment en avance), se profile une jeune hôtesse de l’air dont les pieds ne semblent pas toucher le sol.

C’est donc en lévitant presque vers nous que son regard s’est posé presque par inadvertance sur moi pour s’enquérir s’il y avait des enfants en partance pour Toulon. Je lui désigne mon Plumeau qu’elle regarde à peine. « Bon, bien… alors il m’en manque un. Ils sont deux. » et la voilà qui détourne la tête en lévitant à nouveau. Nous la voyons faire les 100 pas à 10 cm du sol, pensant sûrement que l’enfant manquant arriverait comme par magie.

N’y tenant plus, le George apostrophe la demoiselle.

« En fait, vous devriez aller voir au Hall 2 parce qu’on nous a d’abord dit que le lieu de rdv était dans ce hall puis on nous a dit que finalement c’était ici. A tous les coups, l’autre enfant n’a eu qu’un seul son de cloche. »

L’hôtesse n’est nullement surprise puisqu’elle rétorque que c’est tout à fait possible et que ça arrive tout le temps.

« Je vais jeter un œil » dit-elle avant de léviter vers le Hall 2.

20 minutes plus tard, nous la voyons à nouveau, cette fois accompagné d’un petit garçon ressemblant comme deux gouttes d’eau à mon Plumeau. Le père est également là.

La demoiselle nous regarde et me lance « Oui… c’est pour Toulon ? »

Quoi répondre à ça ? En vingt minutes elle avait eu le temps de nous oublier et, plus fort, d’oublier qu’un autre enfant l’attendait.

Bref. C’est avec une certaine appréhension que nous avons laissé le Plumeau partir avec son sosie et la lévitante.

Il était 20h. L’embarquement était prévu à 20h40.

Je me suis dis que les petits n’auraient pas trop à attendre dans l’immense hall d’embarquement.

Aucun retard de prévu. Parfait.

Nous avons eu le temps de rentrer chez nous, de nous doucher, de dîner, et à 21h l’homme reçoit un texto d’alerte (pas moi bizarrement alors que c’est moi qui ai payé mais passons). Embarquement différé à 22h. Un gros retard.

Gloups…

L’enfant est arrivé vivant et en  pleine forme à plus de 23h.

Que s’est-il passé dans le hall d’embarquement pendant ces 2h d’attente ?

Je ne l’ai jamais su.

Ni Mamie, ni Papi, ni moi avons pu avoir un discours cohérent sur ces 2h.

L’enfant a été ravi de son vol.

Il a bien joué avec son copain-sosie, il a été faire pipi dans l’avion et même que c’est une dame qui l’a emmené. Il a mangé un gâteau pas trop bon. L’avion a gargouillé. C’était trop bien.

A l’arrivée, ma mère m’a appelée affolée car on ne voulait pas leur remettre le petit.

Seconde angoisse.

La raison : il n’y avait plus l’impression papier concernant le vol au verso de la pochette plastique.

La carte d’identité du Papi ne suffisait pas.

Finalement, avec la carte d’embarquement et la carte d’identité du Plumeau qui avaient miraculeusement échappé aux sorties de pochette intempestives, ils ont pu vérifier sur l’ordinateur que l’enfant Plumeau devait bien être récupéré par Papi Plume.

Ouf !

Verdict. Je reste assez mitigée sur l’offre Kids Solo.

En terme d’organisation, il y a des choses à revoir.

J’ai apprécié qu’on ait pris un peu trop de précautions à remettre mon fils à mon père même si cela nous a valu une petite angoisse. J’étais prête à leur parler au téléphone pour débloquer. Cela prouve qu’en terme de sécurité ils ont été vigilants.

La pochette plastique facilement ouvrable a ses limites. Surtout remise à un 4-ans.

Sachant qu’ils étaient deux en plus !

Que se serait-il passé si les enfants avaient perdu leurs papiers ?

Est-ce que l’accompagnement du personnel s’adapte à l’âge des enfants ? Ou est-ce qu’on compte sur le plus âgé du groupe pour tenir à l’œil les plus petits ? Que se passe-t-il quand on a un duo d’enfants aussi jeunes ? Qu’ont-ils fait dans le hall avant l’embarquement ? Quelqu’un les a-t-il occupé ? Les a-t-on surveillés puisque j’imagine qu’ils ont dû courir partout (en deux heures, croyez moi ils ont eu le temps !) ?

Est-ce que je reprendrai à nouveau l’offre Kids Solo ?

A l’heure d’aujourd’hui, je n’en sais rien. Je reste très partagée. Mais c’est quand même super pratique.

Pour que je n’hésite plus, il me faudrait des réponses. Avec mon expérience, là, tout de suite, je dirai que c’est idéal pour des enfants sortis de la maternelle.

Et vous ? Des avis ?

 

 

 

Publicités
Publié dans Des choses et d'autres, Plume bricole et George rigole et inversement

La signature – prélude à des épisodes bricolage

C’est donc fait depuis avant-hier soir. Nous sommes maintenant officiellement propriétaires du terrain.

Reste qu’il va falloir une bonne dose de patience avant de tenir nos clés en main.

Et encore une autre dose supplémentaire pour poser nos valises et réellement prendre possession des lieux, car après la livraison du Bien, il faudra faire peindre les murs, faire poser les sols, faire installer la cuisine, puis des placards, et des étagères.

Sans compter qu’il faudra également équiper d’un petit bureau d’écolier la chambre d’un petit Plumeau qui rentrera dans sa nouvelle école en tant que… CP.

(Oui, vous avez bien lu. Dingue comme le temps passe vite)

Alors, ok, j’ai encore une année pour m’y faire…

Au fait que le Plumeau ne soit plus un petit bébé (oups c’est déjà fait !), ne soit plus un petit garçonnet.

Au fait que je ne prendrai plus le RER C mais le RER D (mais je vous rassure, je prendrai toujours la ligne 13).

Au fait que je ne me promènerai plus au bord la Seine les dimanches.

Au fait que je n’entendrai plus les hélicoptères de l’héliport.

Au fait que je verrai plus la ligne de tramway en allant chercher mon pain.

Au fait que je n’irai probablement plus faire mon shopping à Montparnasse mais plutôt à Châtelet.

Au fait qu’il va falloir utiliser un peu plus la voiture.

Bref, nous allons bel et bien quitter le département Alto-Séquanais pour l’Essonne.

Et surtout, notre installation sera l’occasion de nous essayer (et surtout de nous former) au bricolage et au jardinage.

J’ai en ai été déjà quitte pour une petite leçon avant-hier chez le Notaire.

Le promoteur – qui se trouve être une promoteure – nous montrant les plans pour une énième validation, m’indique qu’un des deux robinets d’extérieur serait particulièrement indiqué dans notre garage qui se trouve est isolé, car… dit-elle « l’hiver comme ça gèle, ça va faire un dégât des eaux si vous oubliez de vider le robinet de puisage, tandis que dans le garage, si vous oubliez ce n’est pas grave. En revanche, n’oubliez pas de vider l’autre qui sera à l’extérieur. »

Encore une subtilité qui nous aurait totalement échappée au George comme à moi, décidément des indécrottables citadins ayant toujours vécu dans un appartement.

On n’a pas fini de rigoler moi je vous dis.

En tout la promoteure (promotrice ?)(rho zut ! Promoteur) nous a bien cernés.

Publié dans Point RAF

Point RAF de juillet

Plumeau

  • se passionne pour Harry Potter (oui, je lui ai passé un DVD)(oui, c’est un peu tôt pour son âge)
  • chante « Johnny Johnny yes papa ! » à tue-tête. Mais pas que.
  • a eu un retour élogieux de son maître sur son cahier de progrès concernant sa participation active. Ce n’est pas une surprise
  • a également eu la remarque comme quoi il a tendance à se déconcentrer ce qui pourrait nuire à son apprentissage. Là, aussi, ce n’est pas une surprise.
  • a pris l’avion comme un grand et ne s’est même pas retourné vers ses parents lorsqu’il a été emmené
  • profite des cigales qui chantent, de la mer et du soleil

Plume

  • globalement très fatiguée de son année de transitions
  • le corps le lui rend bien : colopathie fonctionnelle à donf
  • en profite pour rentrer plus tard de boulot depuis qu’il n’y a plus d’enfant au domicile
  • est la première à déplorer de ne plus avoir le temps de venir par ici
  • s’apprête à signer chez le notaire (previously on la vie est un grand casino)

George

  • globalement très fatigué de son année aussi
  • aucune somatisation à déplorer par ici
  • sera bientôt parti du domicile pour un voyage d’une semaine dans le cadre de son travail
  • s’apprête également à signer chez le notaire (forcément)
Publié dans Des choses et d'autres

I sing english-yogurt

Comme j’écrivais hier.

Arrêtons nous un instant sur cette première phrase ou plutôt sur son dernier mot. Hier. Oui, j’ai publié deux posts en 24h moi qui ne publiait que quand j’y pensais.

Comme j’écrivais hier donc… L’enfant souhaitait présenter son livre audio mes 1eres comptines en anglais à toute la classe.

Expliquons donc le contexte : dans un souci pédagogique cela va s’en dire, le maître d’école avait demandé à ses élèves de présenter chacun un objet qu’ils aiment pour encourager l’expression orale devant un public. Là, moi je dis que c’est une super initiative.

Pour des enfants timides c’est un vrai défi bien sûr et pour des enfants comme le mien le défi serait plutôt de les limiter dans cet exercice.

Car mon fils a d’ors et déjà présenté trois choses. Pendant que certains, j’en suis sûre ont échappé aux gouttes.

Et il n’est pas parti pour s’arrêter.

Ma question est la suivante : est-ce que c’est prévu de limiter ses ardeurs et son enthousiasme pour laisser la chance à un introverti de s’exprimer ? Je vous laisse juges.

Bref, mon fils, l’exact opposé de sa mère.

Mais revenons-en à nos moutons : ze presentation of the book in english putain con, et ce, in front of ze entaïre classroom.

Et ben le coco, selon ses dires (à prendre avec précaution donc) semble s’en être sorti haut la main.

il a montré son livre, il a appuyé sur les puces sonores et il a chanté.

Il nous a donc fait une démonstration et pour certaines chansons c’était plus du yaourt que de l’anglais (ce fut dur pour George et moi de nous retenir de rire), mais pour d’autres, ma foi, c’était pas mal du tout.

Petite précision pour la lectrice ou le lecteur qui supposerait que c’est moi qui l’aurait poussé pour présenter le livre en anglais, je n’y étais absolument pour rien dans son choix. Les deux premiers objets étaient d’ailleurs des jouets…

Publié dans Des choses et d'autres

Le point Rien A Foutre du joli mois de mai

Vous noterez qu’en plus d’être indécrottablement irrégulière, j’ai également oublié le numéro des points RAF (Rien A Foutre) d’où ce titre légèrement champêtre.

Plume

  • Depuis l’épisode Gale à la maison l’obligeant à repasser le moindre linge du F3, Plume s’est remis à repasser et même à y prendre goût (c’est Simone qui sera ravie) parce que le vêtement repassé c’est plus doux. Nous sommes en pleine mémérisation…
  • A commandé et récupéré sa 1ère paire de lunettes à 1 seul verre progressif (mémérisation bis).
  • Suite au point précédent, a redécouvert les joies de la lecture ( parce que c’est vrai qu’avant les nouvelles lunettes ça tirait un peu quand même)
  • A commandé le vol aller simple Kids Solo pour l’enfant (YES !)
  • Le Plumeau allant être confié à ses grands-parents pour au moins 15 jours voire trois semaines (YES !), Plume s’est dit que ça allait être étrange quand même dans le F3.
  • Et cette étrangeté s’accentuerait, alors que déjà soustraite du Plumeau, la Plume se retrouverait sans le George pendant 5 jours.
  • 5 jours de liberté totale donc et voilà que Plume pense aux afterworks, aux shoppings entre copines, aux expositions, aux escape games et aux séances de cinéma . Bref, à tout ce qui serait sympa à faire entre nanas ! Sauf que toutes les connaissances ne seront point libres (soit en vacances soit avec marmaille)
  • Bon… Rien de tels que des soirées TV tout en repassant hein ! (Mémérisation ter)

Plumeau

  • Devient de moins en moins bébé et de plus en plus pré-ado. (Non pas de stade « petit garçon » ici)
  • Pense maîtriser la nage à la perfection, aussi refuse-t’il toute main (maternelle cela va de soit) secourable, même quand il boit la tasse.
  • Maîtrise parfaitement le vélo sans petites roues y compris le démarrage
  • Sait reconnaître que dans le mot CACA il y a le morceau (aka syllabe) CA dedans. (Y a du progrès car avant CACA s’écrivait K-K)
  • Voudrait être papa plus tard. Il a prévu d’avoir 3 enfants. J’espère qu’il n’aura pas à passer par la case PMA
  • A présenté à sa classe son dinosaure puis son dragon Playmobil et pense leur présenter son livre sonore « mes 1ère comptines en anglais » (je vous jure que ce n’est pas moi qui l’ai poussé !). Bref, veut chanter devant toute la classe. En anglais.

George

  • A retrouvé son train train quotidien après la perte de sa maman avec une facilité déconcertante pour sa femme (elle, à sa place serait aux 36eme dessous) ou comment nous ne sommes pas égaux face à l’adversité
  • A profité de se recharger les batteries en Savoie avec sa petite famille. Du coup, Plume et Plumeau aussi forcément
  • A constaté une prise de poids (pas que lui) et se remets au sport
  • Assure avec brio les calculs pour la déclaration fiscale puisque Plume s’est déclarée atteinte de paresse administrative
  • Assure pouvoir trouver moins cher pour la cuisine après un 1er cuisiniste
Publié dans Des choses et d'autres

Les grandes vacances

À quelques jours de notre départ pour les vacances de printemps pour le sud chez mes parents, je pense déjà aux vacances d’été et notamment à juillet qui est le mois où George et moi travaillons.

Pour la plupart des parents, juillet (ou août), enfin le mois choisi (ou imposé) pour être travaillé sur les deux mois de vacances scolaires, il y a généralement plusieurs options possibles car pour la plupart des parents que je côtoie ils peuvent se tourner vers :

  • Leurs parents
  • Leurs beaux-parents
  • Les deux !
  • Centre aéré en dernier ressort

Leur choix de garde oscille donc entre parents, beaux-parents et centre aéré.

Me concernant, ce mois non chômé, bien que faisant parti des vacances scolaires ou grandes vacances, me donne ce choix somme toute simple puisque unique : le centre aéré.

Et uniquement le centre aéré.

Point.

J’ouvre là ma parenthèse « previously on le blog la vie est un grand casino… »

L’an dernier le môme de 3 ans s’est donc naturellement tapé 1 mois non stop de centre aéré avec au programme : dessins, gommettes, récréation et siestes imposées. Ce dernier élément fit que les derniers jours lors du dépôt matinal furent particulièrement difficiles à vivre pour tout le monde.

Voilà. Je dresse ici le tableau du 1er mois de « va-can-ces » pour celles qui débarquent récemment sur cet espace (et pour celles plus anciennes qui ont oublié).

Pour les autres : #CellesQuiSaventSavent

Fin de ma parenthèse.

Jusqu’ici je m’étais assez bien résignée sur le fait d’être peu épaulée (euphémisme inside) et trouvait même des circonstances atténuantes à mes ascendants.

Ils sont vieux.

Ils sont fatigués.

Ils sont loins. Best excuse EVER.

C’est pourtant cette dernière excuse qui vola en éclats ce jour de début juillet dernier lorsque un collège m’expliqua que ses parents habitant dans le sud à quelques kilomètres des miens se fadaient leur petite-fille du même âge que mon fils à toutes les vacances ( petites et grandes) (oui TOUTES !) et sherry on the cake prenaient le train jusqu’à Paris puis repartaient avec la gamine en train.

Oui là ce jour-là, malgré toute la meilleure volonté du monde… Ma circonstance number one vola en éclats devant le regard mi- compatissant mi-gêné du collège (le tout accompagné d’un sourire grimaçant).

Je ne lui ai plus JAMAIS évoqué mes plans de garde concernant mon fils durant les vacances. Petites ou grandes.

PLUS JA-MAIS.

(En même temps, s’il devait se questionner sur mon organisation, il aurait une réponse toute trouvée : Centre Aé-Ré)

Bref. Cette année, il faut croiser pour que le Plumeau vive un mois de juillet plus joyeux que les gommettes et les levés matinaux.

Cette année, ma mère m’ayant à plusieurs reprises promis de s’occuper de son petit-fils chéri sans présence parentale bref nous décharger un peu vu que maintenant il est grand ( traduisez : plus facilement gérable).

Une promesse pour des petites vacances d’abord.

« Trois jours pour un début c’est bien, non ? »

Alors… moui à hauteur de 200€ du ticket de train ou d’avion aller-retour en terme d’investissement là j’ai comme un léger doute…

À la vu du tarif AR AirFrance ou SNCF, j’ai pas eu besoin d’exprimer tout haut ce qui est écrit plus haut (rhooo suivez un peu !), ma mère me sortit « rho ben non, aller… (marchand de tapis) une semaine ! (Mode généreux inside) »

Ben j’ai pris. C’était prévu pour ces vacances de Pâques.

  1. Une semaine au centre aéré
  2. Une semaine chez papi mamie avec en prime je prend l’avion tout seul comme un grand (vive les kids solo).

Et puis, j’ai décidé de profiter du changement d’air moi aussi vu que je suis HS (euphémisme inside).

Donc l’enfant seul chez mamie papi c’était pas encore pour cette fois.

Mais pour juillet ! Oui mes amies. Ma mère a dit oui. Et pas une semaine mais deux semaines !

Bon, j’ai quand même eu l’impression de lui forcer la main, mais en même temps elle n’avait qu’à pas demander ce que deviendrait son petit-fils adoré pendant que j’irai travailler le mois de juillet, non ?

– Il ira au centre aéré. que je lui répond.

– ah bon ? Tout le mois !

– ben… oui…

– mais… mais… c’est comme s’il ne quittait pas l’école ! (notez le ton outré de la grand-mère)

– ben… oui… c’est tout comme. (notez le ton dégagé de votre obligée)

– mais tu me l’envoies une semaine… Et les trois autres semaines il fera quoi ?

(C’est là que j’ai halluciné)(ma mère doit croire que j’ai une fille au paire caché quelque part dans mon 60m2 ou que j’ai des beaux-parents pleins d’énergie et encore vivants)

– les trois autres semaines il sera en centre, maman !! (là, déjà le ton est beaucoup moins dégagé)

– ah ! (Le cerveau mouline) ah oui ça fait long… Vous n’avez pas d’autres solutions

-euuuuh…. (là je crois qu’elle le fait exprès). Non !

-bon… ( le cerveau mouline bis). On va essayera deux semaines. Mais… Mais vous viendrez le chercher s’il y a un problème, hein !

Ok, donc là, j’ai obtenu deux semaines pour une mamie qui n’a jamais gardé son petit-fils.

Je n’ai pas encore pris les billets.

Une collègue qui fait parti du clan #CellesQuiSaventSavent me conseille judicieusement d’acheter le billet AR vite. Très vite.

Publié dans Des choses et d'autres

Faut pas pousser mémé Plume dans les orties non plus…

C’est pas tout ça mais je ne fais que bosser depuis des semaines sans le moindre répit pas même 10 minutes.

Quand je vois que je cours d’une réunion a l’autre, que je cours choper une ligne 13 puis 12 ou 8 puis un tramway et que j’arrive quand même à l’école après le George qui bosse pourtant plus loin que moi, quand je vois que même pour faire ma séance de sport j’ai à peine le temps de me changer (et pisser encore moins), ben je me dis que je vais frôler le burn out.

Mon N+2 est sympa mais il se repose beaucoup sur moi.

Les prestataires sont sympas mais il se reposent beaucoup sur moi d’où leurs appels désespérés à 18h alors que suis sous terre parce que les collègues du métier sont pas faciles.

Du coup, cette semaine je me suis pris une journée off qui entraîna une longue suite de courriels tous plus urgents les uns que les autres le lendemain. Prix à payer pour un malheureux RTT…

Ah oui, et malgré tout, j’ai quand même ma semaine de vacances avec le Plumeau chez ma parents dans le sud que j’attends avec une impatience certaine… et une appréhension certaine rapport à la grève Air France qui se profile…

Et le George et moi avons envie de vert et donc on s’est réservé une location avec spa en Savoie pour les ponts de mai.

Bref, là, le métro boulot dodo, ca va bien mais mémé Plume fatigue sérieusement !