Publié dans Des choses et d'autres

Le point Plumeau à 2 mois des 4 ans

Je fais très peu de billets sur Plumeau du moins pas sur la forme d’un bilan sur ses particularités, progrès etc.

Je me dis que c’est un tord car il évolue si vite que les petites choses qui font ce qu’il est est maintenant vont disparaître et que me restera-t-il en souvenirs ?

Donc voilà un petit point vite fait.

Mention Mensurations

  • Taille : 101 cm ( il a tout pris en un mois ce qu’il aurait dû prendre en un an)
  • Poids : 16kg

Mention Capacités langagières

  • Disparition total du bégaiement , moins d’hésitations et un vocabulaire qui s’est étoffé. Tout s’est fait durant l’été.
  • Aime toujours couper la parole à coup de « Mais…Mais….MAMAAAAAAN ! Je voulais te dire quelque choooooooose » suivi de grosses larmes. Ou comment retourner sa faute contre la victime ?
  • En anglais maintenant. Comprend plus qu’on ne le pense. S’essaye à l’expression orale dont le résultat est entre l’anglais à la mode vache espagnole ou yaourt et quelques pépites comme un « I am hungry » ( cet enfant a tout compris puisque sa 1ère phrase est parfaite pour la survie) ou un « My name is Plumeau ». Sinon l’anglais c’est beaucoup en chanson et là j’en viens directement à la mention suivante… et enfin depuis aujourd’hui il a élaboré deux phrases par lui même :  » Lets go to the playground » et « I like small strawberry »

Mention artistique

  • Le chant. Je pense que des que ça sera possible il faudra l’inscrire à la chorale. Pout l’instant nous avons droit à des chansons de Abricot (alias Enrico Macias), de Sting avec SOS (Message in a bottle ! Message in a bottle ! Répété à l’infini). Queen en mode yaourt.
  • Le dessin. Avec des coloriages de dinosaures. Surtout des méchants. C’est important parce qu’il faut faire peur.
  • La musique. Klang klang sur le xylophone en allant du plus aiguë au plus grave puis vice et versa. On aurait bien aimé l’inscrire à l’initiation à la musique mais comme nous sommes des parents en carton on s’y ai pris trop tard et du coup il est sur liste d’attente. Bon, autant dire qu’il va falloir être plus réactifs l’an prochain. 

Mention Passions

    • Les bébés. Bon il ne me demande plus si je peux lui faire un petit frère ou une petite sœur. Mais aime son poupon et adore regarder les vidéos de bébés qui s’esclaffent, sucent leur pouces et font areuh areuh. Des fois, il joue lui même le bébé.
    • Halloween et tout se qui s’y rapporte comme les fantômes. Parce que ça fait peur bien sûr, mais celui qu’il préfère c’est Casper. Les monstres dont le Cyclopes, les têtes de mort…Michael Jackson avec Thriller parce que ça fait peur également 
    • Les dinosaures.
    • Son doudou
    • Son petit ours en peluche
    • Son loup en peluche Toby 
    • Son canard en peluche nommé ugly duckling 
    • Ses canards en briques de Lego 

    Mention Gastronomie 

    • Déteste le fromage. Tous les fromages. Seul le kiri trouve grâce à ses pupilles.
    • Aime les huîtres et les arapedes. On n’a pas tout perdu
    • Adore le citron
    • Aime les flans caramels
    • Aime les fruits rouges
    • Aime le melon
    • N’aime pas les abricots
    • Adore la charcuterie 
    • Et la moutarde !
    Publicités
    Publié dans Des choses et d'autres

    16 ans plus tôt. Séquence nostalgie… Ou pas.

    16 ans plus tôt je déambulais quotidiennement sur la place Comédie. J’y allais pour faire quelques courses, j’y passais pour emprunter le tramway qui me permettait d’aller à l’université. Je la longeais en fin d’après midi pour me rendre dans le vieux centre où se trouvait mon club de yoga et en y repartant, je l’évitais car, passée une certaine heure, elle était craignosse la place de la Comédie.

    Aujourd’hui, j’ai repris ce tramway depuis ma résidence hôtelière pour me rendre sur la place de la Comédie. J’ai longé l’Opera comme 16 ans plus tôt pour tenter de retrouver l’appartement où je logeais. Tout a tellement changé que je n’y suis pas arrivée. Après tout, je n’y étais pas si bien dans cet appartement…

    16 ans plus tôt, j’étais étudiante. Encore. Toujours. Figée dans une vie qui n’avançait plus. L’éternelle étudiante qui se fourvoyait dans la voie de la biologie et qui buttait face l’élitisme du monde universitaire et de la Recherche. Je n’aurais pas réussi à être chercheuse. C’est durant cette année à Montpellier où je comprendrais enfin  que ça serait soit ma santé mentale soit ma vocation. Aidée d’une psychologue, j’ai fini par choisir ma santé mentale. J’ai changé de voie. J’ai quitté Montpellier.

    16 ans plus tôt. Jour pour jour. J’étais dans un train qui me ramenait à Montpellier. Il allait falloir stopper ma location, organiser mon déménagement et se préparer à une autre année universitaire dans une autre ville, mais là j’en étais sûre ce serait la dernière. Effectivement, je rentrerais enfin dans le monde professionnel un an plus tard. Bref, je voyais enfin le bout du tunnel. Dans ce train, il y a 16 ans jour pour jour, j’ai reçu un coup de fil. Ma mère qui me racontait un récit de fin du monde : les tours jumelles attaquées puis le Pentagone, et un avion détourné toujours introuvable… L’impression que mon monde, notre monde, ne serait plus jamais comme avant…

    Voir dans mon wagon tous ces passagers aux visages impassibles. Ils ne savaient pas encore. 

    Arriver à Montpellier, poser sa valise, ressortir faire des courses et croiser de plus en plus de visages en train de se décomposer au fur et à mesure que je déambule sur cette place. 

    La place de la Comédie, 16 ans plus tôt. Jour pour jour.

    Publié dans Des choses et d'autres

    Vacances… Les prolongations.

    Ne pensez surtout pas que mes chefs m’aient donnée le privilège de prolonger mes vacances. C’est juste que j’ai eu la bonne idée de tomber malade juste avant ma reprise. 

    Depuis 5 jours, je suis donc sous antibiotiques, symbicort 400, AIRomir autohaler (de la ventoline) et depuis 48h j’ai rajouté à ce cocktail quotidien du spasfon et de l’anti-diarrhéique avec une efficacité très relative puisque je me vide systématiquement après chaque repas (merci les antibiotiques).

    Bref. C’est LA FÊTE !

    J’ai quand même repris le chemin du travail après 4 jours d’arrêt au repos très relatif (qui a gardé le Plumeau ? Qui ?).

    La toux est toujours là et l’asthme forcément. Bon, comme d’habitude il va falloir être patiente pour que ça passe. Déjà j’arrive à dormir allongée sans m’étouffer.

    Malgré ce contretemps, la rentrée fait son chemin. Le Plumeau rentre chez les Moyens. 

    Maaaan Dieuuuu !!! ça va trop vite.

    Comme son insolence ne s’arrange pas, j’ai contacté le centre parents enfants de notre ville pour obtenir un rdv avec la psychologue. Apparemment il ne faut pas être pressé puisqu’on ne m’a pas rappelée. Je commence à me dire qu’il va falloir aller consulter dans un cabinet.

    Bref. C’est LA FÊTE !

    Publié dans Des choses et d'autres

    Après…

    Après des heures de route…

    Après une visite du plus beau village de France…


    Puis du musée de l’automobile…


    Après encore des kilomètres en voiture et le passage d’une première frontière puis des selfies au bord du lac de Constance…


    Après de nouveaux kilomètres sur autoroute et une autre frontière passée, puis des randonnées en montagne dans le Tyrol autrichien…


    Et même un tour de tyrolienne !


    Des virées à Innsbruck,


    A Salzbourg,


    Ou encore à Vienne,


    Des déambulations dans le château de Schönbrunn,


    Des tours de manège dans le célèbre Prater de Vienne…


    Après des kilomètres en voiture et une nouvelle frontière traversée, puis une virée fluviale sur le Ljubljanica en Slovénie, 


    ou encore un pique nique sur le lac de Bled…


    Après de nouveaux kilomètres d’autoroute avalés et le passage d’une autre frontière, puis tomber sur des décors d’opéra à Vérone avant d’y déguster un expresso…


    Après des heures de routes pour passer la frontière française, puis des matinées de bains de mer…


    Après tout ça, il a bien fallu rentrer.