Publié dans Des choses et d'autres

Semaine européenne pour la fertilité – Que souhaitez-vous pour l’avenir ?

Mes souhaits pour le futur :

  • une meilleure prise en charge des couples confrontés à l’infertilité pendant le parcours PMA (et surtout après)
  • une meilleure recherche sur les causes et les moyens d’action (avec des moyens financiers et humains).
  • que le plan infertilité du manifeste BAMP soit mis en place avec une vraie politique de prévention
  • avoir enfin la possibilité de conserver ses gamètes quelque soit son statut ou son sexe
  • un étiquetage systématique de tous les polluants pouvant avoir un effet délétère sur la fertilité et les produits/jouets pour les enfants devront en être dépourvus
  • indemniser les donneurs de gamètes
  • assouplir la loi de bioéthique qui est actuellement hypocrite
  • que les discriminations contre les personnes ayant recours à la PMA/GPA ou issues de la PMA/GPA soient un lointain souvenir

En attendant, l’avenir c’est qu’il se joue.

#fertilityweek2018  #happybirthday  #fertilityeurope  #fertility  #infertility  #ivf  #family
#SemaineFertilité2018  #SemaineEuropéenneFertilité2018  #40ansbébésFIV  #40ansFIV  #EnParlerAutrement  #familleFIV  #familleAMP  #CollectifBAMP #fertilité #infertilité

 

Publicités
Publié dans Des choses et d'autres

Semaine européenne de la Fertilité – Aujourd’hui fêtons nos Familles !

Aujourd’hui, pour cette semaine européenne de la fertilité, il faut fêter les familles.

C’est beau une famille.

Famille hétéro-parentale, homoparentale, monoparentale. Dès qu’il y a un enfant c’est le bonheur.

On oublie les autres.

Moi, je vais déroger à la règle.

J’ai envie de parler des couples qui après un parcours PMA restent sans enfant.

On oublie de dire qu’ils sont une famille, eux aussi.

On parle beaucoup de politique inclusive (encore un terme à la mode).

A quand l’inclusion dans nos vies et dans notre société des couples sans enfants (par choix ou non) ?

Le plus triste c’est que nous-mêmes (George et moi) n’avons pas de couples d’amis sans enfants. Nous mêmes on reproduit les mêmes travers comme systématiquement demander à un nouveau collègue s’il a des enfants… Pour pouvoir échanger sur quoi d’après vous ? Nos gosses !

C’est vrai, c’est pratique, ça permet de briser la glace…

Et si la personne répond qu’elle en a pas, on est obligés de trouver un autre sujet.

Mais punaise, il me semble qu’il y a quarante ans, avoir des gosses n’était pas la panacée. Tout tourne trop autour des enfants aujourd’hui.

Alors voilà, je vois que maintenant les gens savent que les FIVs ne sont pas forcément gages d’un bébé assuré. Je vois que les médias parlent de plus en plus d’un après PMA sans enfant.

Les blogs et les soutiens pour ceux qui ressortant d’un tel parcours existent et c’est chouette.

Parce que même pour cette semaine, ils ne sont pas oubliés 😉

La preuve :

#fertilityweek2018  #happybirthday  #fertilityeurope  #fertility  #infertility  #ivf  #family
#SemaineFertilité2018  #SemaineEuropéenneFertilité2018  #40ansbébésFIV  #40ansFIV  #EnParlerAutrement  #familleFIV  #familleAMP  #CollectifBAMP #fertilité #infertilité

 

Publié dans Des choses et d'autres

Semaine Européenne de la Fertilité – healthy baby, mammy and fertility

Tiens aujourd’hui parlons un peu de la santé et de la fertilité.

Lorsque le diagnostic d’infertilité masculine a été posé, on a cherché à augmenter nos maigres chances avec des vitamines.

L’homme a ingurgité des kilos de gélules censés améliorer sa fertilité. Gélules payées à prix d’or.

On a tenté l’acupuncture, on a tenté l’ostéopathie, on a même tenté l’hypnose…

En vrai, ce qui a vraiment marché ce fut l’embolisation de ses varicocèles. Payé à prix d’or également. Là, il y a eu une vraie amélioration de ses résultats spermatiques (pas de quoi non plus le rendre fertile, ça aurait été trop simple).

On a essayé d’avoir la vie la plus saine possible. Manger mieux, bio, faire du sport. On n’est pas fumeurs, mais nous l’aurions été, on aurait tout arrêté.

A côté de ça, on voyait des couples de gros fêtards à la vie dissolue faire des gosses juste en se regardant dans le blanc des yeux.

Bref, je commençais à avoir un peu de mal à entendre des réflexions comme quoi je devrais mener une vie plus saine.

Le ras le bol a été tel que j’ai fini par me mettre à fumer. Je m’étais acheté mon kit de fumeuse débutante : le paquet de cigarillos et le briquet.

Ma carrière de fumeuse a été de courte durée, je vous rassure. Le George y a mis un terme.

[Il faut dire qu’à chaque fois que je voyais un gros ventre ou un nouveau-né,  j’avais envie d’en grillé une… Et donc, c’était souvent !]

Aujourd’hui, je ne fais plus attention à ma fertilité. Je fais attention à ma santé. Je me fais suivre. Je fais mes bilans et j’encourage le George a faire pareil. On veut vivre le plus longtemps possible pour profiter de notre Plumeau, le voir grandir, et avoir sa propre famille.

Sa famille justement. Parlons-en.

Je regarde mon fils de bientôt 5 ans et je m’interroge sur sa fertilité future.

J’ai évité le plus possible les perturbateurs endocriniens quand il était bébé (avec toutes les cochonneries de cosmétiques pour bébés), sources de dérèglement de sa fertilité future, mais je suis sûre que malgré toutes mes précautions il y a été exposé largement. Je n’ai pas pu éviter les « moments lingettes » pour petits culs parce que c’était pratique. Les crèmes hydratantes (avec sûrement pleins de merdes) pour contrer son eczéma, ni les protections solaires (avec tout autant de merdes), ni les fois où il mangé des pesticides avec les pommes. Bref, on a beau faire tout ce qu’il faut, on est environné de toutes ces saletés.

Je m’interroge encore sur sa fertilité car il a un antécédent (et de taille) : la fertilité de son père.

A ce que je sache, aucune étude n’est en mesure de nous dire si la fertilité des jeunes hommes issus de FIV ICSI est aussi normale que les autres. Il y a fort à parier que non…

 


 

#fertilityweek2018 #happybirthday #fertilityeurope #fertility #infertility #ivf #family
#SemaineFertilité2018 #SemaineEuropéenneFertilité2018 #40ansbébésFIV #40ansFIV #EnParlerAutrement #familleFIV #familleAMP #CollectifBAMP #fertilité #infertilité

Publié dans Des choses et d'autres

Semaine Européenne de la Fertilité – STOP aux incompréhensions. Place aux reflexions !

Aujourd’hui le sujet que j’ai envie d’évoquer c’est l’implacable solitude inhérente à l’incompréhension et aux tabous liés à l’infertilité.

La solitude c’est le second effet kiss cool faisant irruption dans votre vie dès le diagnostic d’infertilité posé.

En gros, elle vous colle à la peau dès que vous mettez un orteil dans la PMA et ne vous lâche plus, et ce, dans toutes les situations.

Au début, jeune padawan de la PMA, vous ne vous en rendez même pas compte, mais la solitude a déjà commencé son travail de sape de votre vie sociale. Cela commence avec l’annonce à vos proches. Vos très proches. Votre famille rapprochée. Là, à leur réaction qui tombe complètement à côté de ce que vous en entendiez, vous savez déjà que cette épreuve, c’est seuls que vous allez la traverser.

Quand j’ai annoncé notre infertilité à ma mère et que nous allions devoir faire des FIVs, j’ai eu trois remarques.

La première : « Mais pourquoi c’est toi qui dois faire des FIVs si c’est George qui a un problème ? » (ça s’appelle : la double peine de l’infertilité masculine)

La seconde : « Ah ben si tu fais des FIVs, c’est cool, tu vas pouvoir choisir le sexe. Tu prends fille, hein ! Hihihihi…  » (ça s’appelle avoir son premier gros moment de solitude par absence manifeste de connaissance générale ou alors c’est de l’humour de merde)

La troisième : « Ah au fait, justement… Tu sais que Machine est enceinte… Elle attend une fille et blablablabla…. » (ça s’appelle avoir son second grand moment de solitude dû à un défaut manifeste d’empathie de son interlocuteur).

Ces trois remarques arrivées en rafale en quelques minutes.

[sous vos applaudissements…]

La solitude se poursuit et se renforce au fur et à mesure du temps (et des échecs).

La famille proche, justement, n’ose plus évoquer LE sujet, et quand on en parle, nous ne récoltons qu’un silence gêné au bout du fil (c’est le signe qu’il faut vite changer de sujet).

La famille (toujours) et les fêtes des mères, de Noël, d’anniversaires, où les annonces d’heureux événements pleuvent, car n’oublions que pendant que vous échouez d’autres ont décidé de s’y mettre et… réussissent en un claquement de doigts.

Les amis. Itou.

Les collègues. Au début, on le cache. Avec le temps, on se dit qu’il faut pas en avoir honte, on finit par faire la révélation, et là, c’est la déception puisqu’on vous isole. Du coup, on ne nous y reprendra plus : on ne dit rien.

A la toute fin, sans vous en rendre compte, vous faîtes exactement comme toute personne allergique : vous êtes dans l’évitement permanent. Vous déclinez les invitations, et si vous êtes coincés à une réception, vous répondez évasivement aux questions qui fâchent et qui tombent systématiquement (vous savez lesquelles), vous vous arrangez pour ne pas être là. Bref, il vous arrive de parler toute seule et de ne même plus en avoir honte.

Pourquoi ?

La société toute entière vous rappelle cruellement que vous n’êtes pas foutus capables de faire des gosses. L’infertilité et les souffrances qui vont avec ne trouvent aucun écho auprès des gens (proches ou pas).

Sachez une chose : on ne plaindra jamais un couple infertile. Ils n’ont qu’à adopter, merde !

Alors pensez bien qu’une réflexion nationale sur le pourquoi il y a de plus en plus d’infertilité, ou s’il faut mettre plus de moyens à la recherche dans ce domaine, seront le cadet des soucis de nos chers politiques (qui, eux, sont fertiles). Ils ont autre chose en tête : remporter un scrutin !

Il est temps que les choses changent. Il est temps que les gens comprennent que ça concerne un couple sur six, et que si ça ne les concerne pas directement, ça peut concerner leurs enfants ou leurs petits-enfants.

#fertilityweek2018  #happybirthday  #fertilityeurope  #fertility  #infertility  #ivf  #family
#SemaineFertilité2018  #SemaineEuropéenneFertilité2018  #40ansbébésFIV  #40ansFIV  #EnParlerAutrement  #familleFIV  #familleAMP  #CollectifBAMP #fertilité #infertilité
Publié dans Des choses et d'autres

Semaine Européenne de la Fertilité – le jour des enfants

J’ai eu deux grossesses.

La 1ère naturelle, celle « de la connasse au cul bordé de nouilles » qui va échapper à la FIV mais qui s’est finie en fausse couche.

Retour à la case départ.

La seconde après une cinquième FIV et des années de désillusions et qui m’a donné le Plumeau.

Cette grossesse là, je ne peux même pas dire que je l’ai savourée.

Quand la secrétaire m’a annoncé le positif, j’ai raccroché. J’ai cru à une blague ou à une erreur. Avec le George, on a fait les autruches pendant 48h.

Nous étions tout simplement effrayés. Choqués. Avec le recul, je sais que c’était une forme de protection.

Je suis restée dans cette sorte de déni pendant des mois.

J’ai évoqué cet état psychologique particulier lors des consultations. J’ai même vu la psychologue de la maternité. Elle n’a rien voulu brusqué. On s’est laissé le temps à mon cerveau de prendre son temps.

« Vis sa grossesse au jour le jour. Ne se projette pas dans la maternité » tels furent les mots inscrits sur mon dossier.

Bien sûr il y a bien eu des achats puériculture, mais j’avais du mal à apprécier les cadeaux ou les dons, car pour moi, ils étaient trop précoces,  et j’avais peur que ça me porte la poisse.

Je suis donc restée dans l’irréalité tout le long de ma grossesse.

Quand je regardais mon ventre, je n’étais pas loin de penser qu’il s’agissait du ventre d’une autre. D’une fille fertile.

Même quand j’ai vu le Plumeau de 13SA s’agitait sur l’écran, j’en étais à me demander si on ne me montrait pas une vidéo d’un autre ventre (impossible qu’il s’agisse du mien !).

On m’évoquait mon accouchement. Comment ça MON accouchement ? Impossible.

Même quand le Plumeau est sorti de mon ventre, je suis restée dans l’irréalité.

Ce qui arrivait, cela ne m’arrivait pas à moi. Je n’étais pas concernée.

On m’a tendu mon bébé bleu. On m’a dit de lui faire une bisou avant de l’emmener pour les premiers soins. J’ai obéis sans rien éprouver. Pas le grand déferlement de bonheur.

Il a fallu du temps parce que j’étais morte de trouille que tout s’arrête et qu’il meurt. Qu’il reste juste un rêve inatteignable.

Je me revois encore à la PMI, avec mon poupon dans les bras, et me sentant comme une intruse parmi toutes ces jeunes mamans aux visages irradiant de bonheur. Je les ai haït ces filles.

Je me revois encore à la crèche et me demandant ce que je foutais là…

C’est le Plumeau qui a mis de l’ordre à tout ça. Je vous rassure.

Plumeau. Bientôt 5 ans au compteur. Toujours en train d’attendre qu’une dent veuille bien tomber pour avoir droit à la visite de la petite souris.

Plumeau qui sait rien de la PMA et de nos 5 ans de lutte. Trop tôt. Comment lui expliquer ?


 

#fertilityweek2018 #happybirthday #fertilityeurope #fertility #infertility #ivf #family
#SemaineFertilité2018 #SemaineEuropéenneFertilité2018 #40ansbébésFIV #40ansFIV #EnParlerAutrement #familleFIV #familleAMP #CollectifBAMP #fertilité #infertilité

Publié dans Des choses et d'autres

Semaine Européenne de la Fertilité – Métro Boulot Spermo

Métro Boulot Spermo…

Le quotidien de tout infertile.

Pour moi, c’était il y a longtemps, mais quand je relis ces trois petits mots, je me revois en train de faire mes pékin express ultra-matinaux en cours de traitement.

  • 1er métro pour se rendre à un 1er labo afin d’y réaliser sa prise de sang (PDS).
  • grosse file d’attente.
  • PDS
  • courir pour reprendre le 2nd métro afin de se rendre à un labo de radiologie faire son échographie pelvienne.
  • grosse file d’attente et réaliser qu’on sera très en retard. Envoyer un texto à sa chef avec une excuse bidon.
  • se désaper en 2 minutes et s’allonger pour l’échographie. Rager que la radiologue prenne tout son temps pour se pointer.
  • comptage des follicules
  • longue attente pour récupérer le cliché.
  • s’assurer que la secrétaire va bien scanner les résultats
  • courir pour attraper le 3ème métro qui vous emmène au boulot.
  • Il est 10h30. Vous entrez en trombe dans votre bureau. Votre collègue vous regarde de travers.

ENJOY !

#fertilityweek2018 #happybirthday #fertilityeurope #fertility #infertility #ivf #family
#SemaineFertilité2018 #SemaineEuropéenneFertilité2018 #40ansbébésFIV #40ansFIV #EnParlerAutrement #familleFIV #familleAMP #CollectifBAMP #fertilité #infertilité

Publié dans Des choses et d'autres

Semaine Européenne de la Fertilité – 40 ans de FIV et moi ?

Pour cette semaine de sensibilisation à l’infertilité, j’ai décidé de suivre le challenge BAMP.

Un post par jour pour faire parler de nous. Les infertiles.

Aujourd’hui, je vais vous évoquer l’anniversaire des 40 ans de la FIV et de ce que ça évoque pour moi.

40 ans !

J’ai grandit avec les documentaires sur la FIV, même si, étant enfant puis adolescente, je ne savais pas que j’y serai confrontée un jour.

Je me suis toujours intéressée à la biologie, à la science et notamment à tout ce qui touche à la reproduction.

D’ailleurs, j’ai fait des études de biologie (avant de bifurquer) et j’ai même travaillé dans l’immunologie de la reproduction.

La reproduction a toujours été avec moi en quelque sorte…

Adolescente, j’ai pu avoir une entrée dans un laboratoire de PMA grâce à une copine du lycée. J’ai jeté un œil à un microscope et j’ai pu observé des spermatozoïdes. Le technicien qui était à mes côtés et qui procédait au comptage, m’expliquait que justement, il n’y en avait pas beaucoup des spermatozoïdes.

Bien des années plus tard, en découvrant le résultat du spermo du George, cette image est revenue en flash dans ma tête (avec l’envie de me jeter sous les roues du 1er bus qui passait par là).

La PMA, la FIV, pour moi a toujours été synonyme de grand espoir. Même avec l’envie de se jeter sous le bus, j’avais espoir à ce moment là que la science nous sauverait.

Et puis, j’ai déchanté.

J’ai découvert la face sombre de la PMA.

Les longues attentes pour avoir un rdv en centre ou pour avoir une analyse, le fait que vous ne soyez qu’un numéro, la PMA à plusieurs vitesses (public, privé), le manque de considération des patients, une PMA française à la traîne par rapport aux autres pays européens.

Bref, j’ai sacrément déchanté.

J’ai quand même eu mon bébé, mais à quel prix !

Voilà, c’était ma modeste contribution.

#fertilityweek2018 #happybirthday #fertilityeurope #fertility #infertility #ivf #family
#SemaineFertilité2018 #SemaineEuropéenneFertilité2018 #40ansbébésFIV #40ansFIV #EnParlerAutrement #familleFIV #familleAMP #CollectifBAMP #fertilité #infertilité